L'humour soviétique vieillit mieux que l'arsenal nucléaire

Stanislav Belkovski

Stanislav Belkovski

Pas seulement d'armes nucléaires, de production industrielle ou d'infrastructure, mais aussi de blagues. Il semble d'ailleurs qu'il n'y ait pas une seule proposition faite par le président Medvedev dans sa récente allocution à la nation qui ne trouve un écho dans une bonne vieille blague soviétique.
1) Sur les zones horaires
Un alcoolique vautré sur le bar d'un buffet de gare claque ses derniers kopeks dans un verre de vodka. Soudain, on entend à la radio un bulletin d'information. « Nous transmettons les heures standard dans chaque fuseau horaire. Il est 15h à Moscou, 16h à Kouïbychev, 17h à Sverdlovsk, 19h à Krasnoïarsk, 20h à Irkoutsk et minuit à Petropavlovsk-Kamtchatka."

L'alcoolique tourne son visage bouffis vers le poste et grogne :
« Ah, quel pays ! Quel foutoir !"

2) Sur l'innovation

« Il paraît que sous le communisme, chacun aura son propre avion
- Mais à quoi bon ?

- Ce serait bien pratique. Tu sais, il paraît qu'il y a du beurre en ce moment à Leningrad. Tu pourrais sauter dans ton avion et voler en acheter !"

3) Gouvernement électronique et services administratifs online

« C'est vrai que sous le communisme, on pourra commander des produits par téléphone ?"
- oui, et ils seront délivrés par la télévision ».

4) Sur les nouveaux avantages sociaux accordés aux retraités

« J'ai entendu que bientôt les taxis feront un rabais aux retraités...

- Oui, avec une autorisation, il sera possible d'avoir un rabais de 50% à partir du 1er janvier. Pour les retraités, la réduction s'applique aux traineaux de chien dans le Grand Nord, les sous-marins et le transport vers la Station orbitale Mir."

5) Sur la liberté d'opinion

Le jour du 9 mai 1945, le chef d'un camp de concentration rassemble tous les prisonniers en rang.

« Chers amis ! Je souhaite vous informer que la Seconde Guerre mondiale est terminée. Merci à tous. Vous êtes tous libres."

6) Sur le discours dans son ensemble

Quelques lièvres terrorisés par les carnassiers rodant dans la forêt approchent un vieux hibou sage et lui demandent de l'aide : « Dites-nous, cher sage hibou, que devons-nous faire pour améliorer nos chances de survie ? Le hibou répond : « devenez des hérissons » Enthousiasmés par l'idée, les lièvres retournent chez eux, avant de réaliser qu'ils ont oublié de demander au sage hibou comment devenir des hérissons. Ils retournent donc le voir et lui demandent : « Vénéré hibou, votre idée est brillante ! Pouvez-vous simplement nous expliquer comment devenir des hérissons ?" « Je suis un stratège » répond doctement le sage hibou. « pour le reste, voyez vous-mêmes."

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.