Hôtels moscovites : pourquoi sont-ils trop chers ?

Pour la catégorie en dessous, les 3 étoiles, le prix moyen était de $225. Ces chiffres sont publiés par le cabinet d'experts GVA Sawyer. La tendance à la baisse devrait se prolonger au début 2010, prédit le cabinet, plus particulièrement pour les hôtels haut de gamme.
Selon Stanislav Ivachkevitch, directeur adjoint du développement de CB Richard Ellis (CBRE), un cabinet concurrent, le tarif des hôtels s'approche de ceux qui étaient envisagés au moment de leur conception. Il estime le cout normal d'une nuit dans un trois étoiles à 4000 roubles la nuit. Quant au 5 étoiles, le tarif est de 300 à 350 euros avec un pic maximum 1500 euros.

David Jenkins, directeur du groupe DTZ Rossiya/CIS spécialiseé dans l'immobilier d'hôtellerie, estime lui que la fourchette $150/$200 à la nuit dans le segment médium permet de trouver un équilibre entre des services accessibles et la rentabilité des hôtels. "Si on atteint un taux d'occupation de 70% et à la condition que l'hôtel ait été construit à un cout raisonnable, l'affaire est rentable. Jusqu'à la crise, le retour sur investissement se faisait en seulement 4 ans, mais c'était trop beau pour durer. Aujourd'hui, un bon projet, c'est 7 ans", estime Jenkins. Ivachkevitch voit, lui, une période de 7 a 10 ans.

Un autre expert, Kenneth McLaren, estime que l'amortissement dépend de l'emplacement et de la catégorie de l'hôtel, mais aussi »de l'aptitude de la direction à réagir rapidement aux évolutions du marché afin d'adapter sa politique de vente à chaque segment de clientèle".

Les hôtels de catégorie supérieure ont enregistré un taux d'occupation de 64% au 3ème trimestre 2009, en baisse par rapport au 3ème trimestre 2008 (70%), selon les chiffres de GVA Sawyer.

"Dans les prochains mois, il sera difficile d'attirer les clients avec ce qui est proposé actuellement", estime Vladimir Poddubko, directeur de la société d'immobilier hôtelier Ounikor (qui supervise la reconstruction de l'hôtel Minsk sur la Tverskaia). Selon lui, "les hôtels de catégorie supérieure devront ajouter de nouveaux services, des concepts inédits et des décorations originales pour attirer les clients. Quand aux catégories inférieures, elles devront baisser leurs tarifs".

A l'heure actuelle, les prix ont déjà baissé d'entre 10 et 15%, selon GVA Sawyer. Jenkins précise que des rabais sont accordés pour attirer davantage de conférences et toutes sortes d'évènements. Quant aux touristes qui naviguaient entre les lointains Kosmos et l'Izmailovo, ils pourront désormais pour le même tarif s'installer en centre ville dans les Hilton, Holiday Inn, Marriott Grand et Renaissance: tout ça pour le même prix.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.