La Tchoukotka, pays des Russes authentiques

Les Tchouktches se décrivent eux-mêmes comme un peuple « authentique ». Source : flickr / magadan

Les Tchouktches se décrivent eux-mêmes comme un peuple « authentique ». Source : flickr / magadan

La Tchoukotka est une région située au Nord Est de la Russie, à la frontière de l'Eurasie. C'est l'une des zones les plus isolées au monde. Les populations locales vivent dans de petits villages dispersés dans l'immense toundra. Celle-ci revêt de vives couleurs l'été et dégage de nombreux parfums avant de se plonger dans la nuit hivernale, la neige, les vents arctiques éprouvants et les aurores boréales mystiques.

La Tchoukotka est la plus éloignée, la plus difficile d'accès, la plus rude et hostile des régions de Russie. L'homme n'est qu'un grain de sable perdu dans ce désert neigeux silencieux.  Ici, vous pouvez profiter de la fraicheur des vents des deux océans, découvrir la beauté de la faune et de la flore arctique, observer les sanctuaires énigmatiques des anciens peuples et voir un nouveau continent s'offrir à vos yeux depuis le rivage de la Tchoukotka.

Le point de rencontre de deux océans


Agrandir le plan

Le district autonome de Tchoukotka se situe à l'extrémité Nord-est de la Russie et de l'Eurasie. Elle est plus grande que n'importe quel pays d'Europe : sa superficie est de 721 500 km². C'est une des régions les moins peuplées du pays. En effet, seuls 50 000 habitants se partagent ces immenses étendues. La moitié d'entre eux sont des membres des tribus des peuples du Nord.

La Tchoukotka est enclavée entre l'océan Glacial Arctique et l'océan Pacifique. Depuis le Cap Dejnev (le point le plus oriental de Russie), il est possible de voir l'océan Arctique à sa gauche et l'océan Pacifique à sa droite. L'Amérique du Nord se profile à l'horizon quand la toundra s'étend à perte de vue derrière vous.

La Tchoukotka est également la seule région de Russie à se trouver sur deux hémisphères. Le 180e méridien sépare l'hémisphère Est de l'hémisphère Ouest en seulement deux points : la Tchoukotka et les îles Fidji.

L'incroyable nature arctique : les saisons tchouktches

Biodiversité arctique

Une grande partie du territoire tchouktche se situe au delà du cercle polaire. Malgré un climat des plus hostiles (la température annuelle moyenne oscille ici entre -4°С et -14 °С), la nature tchouktche épate par sa grande variété : près de 1300 espèces de plantes, des mousses arctiques et lichens aux arbres de l'ancestrale taïga, près de 400 espèces de poissons et 200 d'oiseaux. Les animaux sont également nombreux : ours blancs, mouflons des neiges, narvals, baleines à bosse, rorquals communs, rorquals boréaux, baleines blanches et baleines bleues, baleines de Minke, etc. Les sources géothermiques servent de refuge à beaucoup de plantes et d'animaux.

La Tchoukotka est recouverte par la toundra. D'immenses étendues vallonnées sont recouvertes de mousse, d'herbe et d'arbres nains dont des petits bouleaux et des saules. Pendant les courts étés polaires, grâce aux baies arctiques, aux champignons et aux fleurs, la toundra se transforme littéralement en un tapis multicolore où de vives teintes s'associent à d'innombrables odeurs. Cependant, la neige persiste parfois dans les zones les plus retirées.

Dès fin octobre, après la saison des pluies et du brouillard, la neige commence à tomber. Elle ne s'arrêtera qu'en juin. La Tchoukotchka glisse alors dans la longue nuit polaire. Le soleil ne brille que quelques heures par jour. Les vents sont particulièrement violents sur le littoral. La vitesse record est de 80 mètres par seconde (288km/h). En hiver, la Tchoukotka promet des sensations fortes.  Ceux qui s'y aventurent peuvent observer de splendides aurores boréales dont les couleurs varient à l'infini.

Le printemps n’arrive que fin juin. La fonte des neiges commence doucement, d'immenses mares d'eau envahissent les villages. La toundra se transforme en un labyrinthe humide que survolent des milliers d'oiseaux migrateurs. En juillet-août, l'été polaire peut enfin commencer, apportant avec lui couleurs et senteurs.

Mys Dejniova (le cap Dejnev) situé sur la péninsule de Tchoukotka est le point le plus oriental du continent asiatique. Crédit : Lori / Legion Media

La philosophie de vie des habitants

Une fois en Tchoukotka, vous pourrez observer une quantité de phénomènes inhabituels et incompréhensibles à première vue.

Par exemple, les portes s'ouvrent toujours vers l'intérieur. Vu que l'hiver dure 9 mois, les maisons sont très souvent couvertes de neige jusqu'au toit. Afin de pouvoir sortir de chez soi le matin, les habitants ouvrent leur porte vers l'intérieur et se frayent un tunnel dans la neige.  Si la porte s'ouvrait vers l'extérieur, il serait tout simplement impossible de sortir !

L’île de Wrangel

Le parc naturel de l'île de Wrangel est une véritable perle de l'Arctique. Elle est également surnommée « la maison des ours blancs ». La biodiversité de l'île de Wrangel est tellement riche qu’aucun autre territoire arctique ne peut rivaliser avec elle. Les espèces y sont plus variées que dans tout l'archipel arctique canadien.

Les Tchouktches et les esquimaux font partie des populations autochtones de la région. Ce sont des peuples joyeux, qui aiment les festivités. Chaque hiver, à l'aide d'attelages de rennes et de hardes de chiens, des parties de chasses sont organisées.  En été, le festival « Beringia » se déroule sur les berges du détroit éponyme. Des ensembles folkloriques issus de différents horizons de la Tchoukotka se produisent, des maîtres artisans exposent leurs productions quand des équipes sportives s'affrontent dans des compétitions nationales. À Anadyr, capitale de la Tchoukotka, le festival folklorique Ergav dédié aux populations autochtones est organisé à la fin de l’été.

Pendant l'été, il est possible d'assister à la chasse à la baleine. Les populations locales ont un rapport très respectueux au monde qui les entoure : après avoir dépecé la baleine, les chasseurs en découpent un morceau et le jettent à la mer, avec l'espoir qu'une nouvelle baleine naîtra et leur reviendra.

Les secrets de l'ancienne Tchoukotka : une cathédrale en os de baleine et des hommes-champignons

Au sud-est de la région, sur l'île d'Yttygran, se trouve l'un des monuments les plus surprenants de la culture arctique : l'allée des baleines. Deux rangées de côtes et de crânes de gigantesques baleines sont plantées dans le sol de cette île où personne n'a jamais habité. Les côtes atteignent près de 5 mètres de haut.

Il est étonnant de constater que ces os ont été transportés jusqu'à ce lieu de manière volontaire. Un chemin pavé de pierres conduit ensuite jusqu'à une place circulaire qui représente un anneau de pierres au centre duquel se trouve un ancien foyer et ses cendres. Les chercheurs pensent que ce lieu était le sanctuaire des ancêtres des esquimaux. Cependant, les esquimaux  qui sont toujours très respectueux des tombes et des vestiges des habitations de leurs ancêtres n'ont aucune idée de la signification de ce lieu. L'allée des baleines ne figure dans aucune légende de la tradition orale de la population. 

Les pétroglyphes de Pegtymel constituent un autre élément propre à la culture des ancêtres des esquimaux. Ces dessins ont été gravés dans la roche à une hauteur de 20 à 30 mètres. Réalisés il y a deux mille ans, ceux-ci représentent des scènes de chasse ainsi que des créatures qui ressembleraient à des hommes à tête de champignons. Le sens de ces représentations donne encore lieu à des débats au sein de la communauté scientifique. Certains les comparent aux représentations des mayas et pensent qu'ils ont été tracés sous l'influence de champignons hallucinogènes. D'autres considèrent que ces dessins ont été réalisés au contact d'une civilisation extraterrestre.

Comment s'y rendre ?

Pour atteindre Anadyr, capitale de la Tchoukotka, il faut prendre l'avion depuis Moscou. Se déplacer dans la région n'est pas aisé en raison de l'absence d'autoroutes. Il vaut mieux compter sur les avions ou les hélicoptères. L'été, on peut emprunter une voie maritime qui relie les villages.

Il est obligatoire d'avoir une autorisation spéciale du FSB (service fédéral de sécurité) pour se rendre dans les villages tchouktches. En effet, ceux-ci sont très proches de la frontière russo-américaine.

Nous vous conseillons de profiter des services d'une agence de voyage et d'opter pour un séjour en groupe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.