Comment la Russie révolutionnaire est devenue accroc aux drogues

Kinopoisk.ru
À la fin des années 1910 et au début des années 1920, sur fond de prohibition de l'alcool, de nombreux soldats russes utilisaient sur le front des analgésiques à base de morphine, entraînant une augmentation spectaculaire de la toxicomanie.

Cocaïne. Crédit : ArchivesCocaïne. Crédit : Archives

Dans sa nouvelle Morphine (1926), l'auteur russe Mikhaïl Boulgakov décrit un médecin d'un hôpital provincial qui, après être tombé malade et s’être injecté de la morphine, devient toxicomane. Sa vie s'effondre rapidement et, incapable de surmonter sa dépendance, il se suicide. Boulgakov savait de quoi il parlait – pendant plusieurs années, à partir de 1917, il a exercé comme médecin et utilisait de la morphine. Et son cas n'était pas inhabituel, loin de là.

Guerre et drogue, main dans la main

Crédit : TASS Crédit : TASS

Au cours des années de guerre et de révolution, il était difficile de trouver un hôpital sans patients accrocs à la morphine, écrit le toxicologue soviétique Vladimir Gorovoï-Chaltan. La consommation de morphine était répandue parmi les soldats blessés sur le front durant la Première Guerre mondiale (1914–1917) car ces derniers étaient soignés au moyen de cette drogue. Etant donné que les scientifiques de l’époque ne la considéraient pas comme dangereuse, de nombreux soldats sont devenus dépendants après avoir reçu une dose de cette drogue opiacée.

Le gouvernement tsariste a involontairement contribué à la propagation de la toxicomanie en interdisant la vente d'alcool dans les magasins « jusqu'à la fin victorieuse de la guerre ». Bien sûr, beaucoup de gens ont trouvé le moyen de contourner la loi, mais l'alcool était généralement moins facile d’accès. Ainsi, ceux qui cherchaient un moyen de se « défoncer » se tournaient vers les drogues.

La cocaïne était encore plus populaire que la morphine et était qualifiée de « tsar des drogues » en Russie durant la guerre et l’après-guerre. Peu de temps avant, elle était en vente libre dans les pharmacies – l'interdiction n'était donc pas encore très stricte. Les trafiquants l’importaient d'Allemagne et d'autres pays occidentaux. La drogue était populaire et il était facile de faire une fortune en la vendant. Avant la guerre, la cocaïne était une « drogue réservée aux riches », mais son prix a chuté et elle est également devenue disponible pour les citoyens lambda.

Cocaïne pour les SDF et les héros

Une pharmacie de Saint-Pétersbourg. Crédit : Getty ImagesUne pharmacie de Saint-Pétersbourg. Crédit : Getty Images

La cocaïne était facile à trouver et à consommer. Pas besoin d'aiguilles ou de pailles – tout le monde pouvait la « sniffer » dans sa main, un ongle ou un morceau de papier. En 1924, selon des études menées à Saint-Pétersbourg, environ 70 à 80% des sans-abris consommaient cette drogue. Même l'argot de cette époque révèle la popularité de la cocaïne – il existait huit synonymes parmi les criminels (de « marafet » à « fée blanche »), soit plus que pour tout autre stupéfiant.

Certains personnages historiques célèbres étaient des consommateurs réguliers de cocaïne. Par exemple, Alexander Vertinski, un chanteur de cabaret cocaïnomane avant la guerre, a décrit dans ses mémoires un incident survenu à Odessa à la fin de la guerre civile (1918–1922).

Odessa était l'un des derniers bastions du mouvement blanc antibolchevique. Vertinski a un jour été invité à chanter devant le général Yakov Slachtchev, l'un des commandants blancs les plus célèbres. Pâle et épuisé, Slachtchev a écouté la chanson triste de Vertinski en sniffant de la cocaïne. « C'était un rendez-vous étrange », a écrit Vertinski par la suite.

Bien sûr, la cocaïne de Slachtchev n'était pas la même que celle que les sans-abris achetaient aux contrebandiers. Seuls les riches pouvaient se permettre de la « poudre blanche » de première classe. Les autres sniffaient une poudre mélangée à de l'aspirine, à de la craie et à d'autres substituts à bas prix qui nécessitaient plusieurs doses avant de pouvoir « planer ».

Scène du film A Young Doctor's Notebook. Crédit : Kinopoisk.ruScène du film A Young Doctor's Notebook. Crédit : Kinopoisk.ru

L’alcool contre-attaque

Les bolcheviks ont déployé d’importants efforts pour lutter contre la toxicomanie de masse et, en 1924, le gouvernement a adopté une loi prévoyant des peines de 10 ans de prison pour les trafiquants de drogue, ce qui a contribué à réduire l’envergure du trafic de drogue.

Les historiens mentionnent cependant que l'étape la plus efficace dans la guerre contre les drogues a été de « rendre » la vodka au peuple russe. En août 1924, le gouvernement a officiellement autorisé la vente d'alcool, près de 10 ans après l’avoir interdite. La consommation de drogue a immédiatement chuté!

Pour ceux qui voulaient se « détendre », il était plus facile d'acheter de la vodka légale que de risquer la prison pour achat de stupéfiants. Ainsi, la Russie a retrouvé son état « normal » : l'alcoolisme est redevenu un problème plus important que la toxicomanie.

Lire aussi : 

Belles-de-nuit: la prostitution à la veille de la Révolution

Que buvaient les écrivains russes il y a cent ans?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer