Cadeau royal: ces résidences offertes par les tsars à leurs favoris

Zamir Usmanov/GlobalLookPress
Être le favori d'un tsar n'est pas toujours facile, mais les bénéfices en valent vraiment la peine. Jetez un coup d'œil à ces villas de Saint-Pétersbourg que les dirigeants de la famille Romanov ont offertes à leurs bien-aimés au fil des ans!

Le Palais Anitchkov 

Crédit : WikipediaCrédit : A.Savin / Wikipedia

Le palais Anitchkov à Saint-Pétersbourg, construit et décoré par les architectes russe et italien Mikhail Zemtsov et Francesco Bartolomeo Rastrelli, appartenait d'abord à Alexeï Razoumovski, favori et époux officieux de l'impératrice Elizaveta Petrovna, qui lui a offert le manoir en 1757. Après sa mort en 1771, le manoir fut racheté par Catherine la Grande et offert à son amant Grigori Potemkine, qui employa l'architecte Ivan Starov pour restaurer le bâtiment.

Le Palais Gatchina

Crédit : Konstantin Kokoshkin/GlobalLookPressCrédit : Konstantin Kokoshkin/GlobalLookPress

Le palais Gatchina, situé à 45 km de Saint-Pétersbourg, a été construit par l'architecte italien Antonio Rinaldi pour le comte Grigori Orlov, favori de l'impératrice Catherine II. En 1765, Orlov reçut le domaine comme cadeau de l'impératrice, mais il ne put pas longtemps profiter de sa maison terminée car il mourut en 1783, soit deux ans seulement après la fin de la construction. Plus tard, l'impératrice a racheté le domaine à l'héritier d'Orlov et l'a offert à son fils, le grand-duc Paul Ier Petrovitch. Ce fut son domaine préféré à partir de ce jour-là.

Le Palais de marbre

Crédit : Zamir Usmanov/GlobalLookPressCrédit : Zamir Usmanov/GlobalLookPress

Une autre résidence que Catherine II a offerte à Orlov était le Palais du Marbre, qui devait être construit non loin de la résidence impériale par un autre architecte italien, Antonio Rinaldi. Pourtant, l’amant de l'impératrice n’a pas vécu assez longtemps pour voir les fruits du travail de Rinaldi. Après la mort d'Orlov, Catherine l'a acheté et offert à son petit-fils Constantin Pavlovich. Aujourd'hui, le bâtiment accueille le Musée Russe.

Le Palais Bobrinsky 

Crédit : WikipediaCrédit : Wikipedia

Ce manoir situé face au quai du canal de l’Amirauté à Saint-Pétersbourg accueille maintenant une des facultés de l'Université d'État de Saint-Pétersbourg, mais ses débuts remontent à la fin du XVIIIe siècle. L'impératrice Catherine II a offert le manoir à son favori Platon Zoubov, qui était 40 ans plus jeune qu'elle. Après que Paul Ier eut hérité du trône, le manoir a été transmis au comte Alexeï Bobrinsky, un enfant naturel de Catherine II et de Grigori Orlov. Depuis lors, le palais appartint à la famille Bobrinsky.

La villa d’Anna Lopoukhina

Crédit : GoogleMapsCrédit : GoogleMaps

Favorite de Paul Ier, Anna Lopoukhina vivait à Moscou mais finirait par déménager à Saint-Pétersbourg à la demande de son amant. L'empereur, qui voulait la voir aussi souvent que possible, lui a acheté en 1798 une villa sur le quai de Neva qui appartenait auparavant à l'amiral Ossip de Ribas. Quand Anna s'est mariée (Paul Ier a en fait arrangé son mariage avec son amour d'enfance Paul Gagarine), elle a également reçu un bâtiment voisin de l'Empereur comme cadeau de mariage. L'architecte italien Giacomo Quarenghi a fusionné les deux bâtiments en un seul manoir à deux étages avec un jardin suspendu.

Le manoir de Mathilde Kchessinskaïa

Crédit : GoogleMapsCrédit : GoogleMaps

En 1892, le futur tsar Nicolas II achète un manoir sur l'avenue anglaise de Saint-Pétersbourg pour sa maîtresse – la ballerine Mathilde Kchessinskaïa. Ce bâtiment de deux étages avec un petit jardin et une écurie fut sa résidence jusqu'en 1906. Quand son histoire d’amour avec le tsar prit fin, elle décida de quitter la maison et construisit un nouveau manoir au coin de l’avenue Kronversky et de la rue Bolshaya Dvoryanskaya à Saint-Pétersbourg. Comme elle l'a rappelé dans ses mémoires, il était difficile pour elle de quitter une maison où elle avait passé tant de jours heureux, mais dans le même temps elle ne pouvait pas y rester, car tout ici lui rappelait « Niki ».

Lire aussi : 

Notre-Dame-de-Kazan: la cathédrale privée des Romanov en 8 points

Le dernier palais des Romanov: Livadia en neuf faits

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.