Ces monuments qu'on déguise avec ou sans raison

Peter Kovalev / TASS
En signe de protestation, pour s'amuser ou par souci de recouvrir les attributs d'une statue ou d'un monument, certains Russes les déguisent. Anciens bolcheviks ou grands maîtres de la littérature se voient ainsi affublés de manteaux d'étudiants, et les mammouths de costumes de Père Noël...

En juillet 2016, des habitants de Saint-Pétersbourg se sont plaints auprès des organisateurs d'une exposition sur Michel-Ange à cause de la réplique de la statue de David érigée dans la rue Kirotchnoï. Selon eux « le géant nu estropiait l’âme des enfants ». Et ils ont décidé de l'habiller.

L'idée n'est pas nouvelle. On se souvient notamment que la sculpture d'Apollon au théâtre Bolchoï avait été recouverte en 2011 d'une feuille de figuier et que le monument dédié au grand poète Pouchkine sur la vieille rue Arbat de Moscou avait été affublé d'une cagoule colorée pendant quelques heures en 2012. Parfois les sculptures sont les cibles de farces, de protestations politiques ou encore de simples provocations.

Les meilleures plaisanteries

Dans la plupart des cas, tout de même, les monuments sont habillés pour plaisanter. A la fin de l'université, les étudiants d'Ekaterinebourg (Oural) recouvrent traditionnellement les statues des communistes Kirov et Sverdlov de manteaux et des symboles de leur faculté. Ironie du sort, ces deux révolutionnaires ne sont pas passés par les bancs de l'université : Kirov a seulement terminé l’école et Sverdlov était autodidacte.

L'empereur Pierre Ier a créé la flotte russe mais ne portait pas de maillot de marin. Sa statue en a pourtant été vêtue en 2016 par des farceurs anonymes de Petrozavodsk (700 km de Moscou).

 

A Irkoutsk (4200 km de Moscou) les habitants ont enfilé des moufles aux pattes de l'animal mythique mi-tigre mi-castor, symbole de la ville. A Salekhard (1934 km de Moscou) même les autorités locales se sont ralliées à la plaisanterie en recouvrant une statue de mammouth d’un costume du Grand-père Gel (Père Noël russe).

Source : TassSource : Tass

Un acte de protestation

Parfois, les monuments sont habillés pour provoquer les autorités. « De telles actions font beaucoup de bruit et dans notre cas, c'est nécessaire », raconte à RBTH Vladislav Gouliatev, peintre activiste de Krasnoïarsk (Sibérie). En juin 2016, il a posé des masques à gaz sur une dizaine de statues de la ville pour attirer l'attention sur sa mauvaise situation écologique.

Et quand en 2012, les membres de Pussy Riot avaient organisé leur « messe punk » dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, durant laquelle elles ont chanté une chanson critiquant fermement le pouvoir avant de se faire arrêter, des habitants de la ville ont organisé le flash-mob « Faisons de Moscou une ville cagoulée ». En soutien aux détenues, ils ont mis un masque sur le monument à Pouchkine et sa femme.

Source : Ria NovostiSource : Ria Novosti

Morale victorienne

En général, les statues sont assez rapidement dévêtues par la police. Mais seulement si l'initiative d'en changer l'apparence ne vient pas « d'en-haut » comme avec la statue d'Apollon au théâtre Bolchoï… Pendant la rénovation de l'établissement en 2011, l'entrejambe du dieu grec avait en effet été recouvert d'une feuille de figuier.

Internet avait immédiatement tourné en dérision cette histoire, rappelant que le David du musée Victoria & Albert de Londres avait été vêtu de la même manière avant une visite de dames importantes à l'époque victorienne. D'autres plaisantaient sur le fait que sur les billets de cent roubles, l'image de ce même Apollon apparaissait sans aucune couverture.

Mais la pudeur de la statue de David n'a pas été questionnée qu'à l'époque victorienne : en juillet 2016, dans le cadre de l'exposition Michel-Ange, la création du monde, une réplique du célèbre nu a été placée devant une église à Saint-Pétersbourg. Malheureusement, la beauté de la statue a semblé trop flagrante à certains Russes. Choqués, ces derniers ont déposé une plainte auprès du Commissaire aux droits de l'enfant de Saint-Pétersbourg : «  Comment a-t-on pu placer cet homme nu en plein centre-ville, à proximité d'écoles et d'églises? » Et ce malgré le soutien apporté à l'exposition par les églises et les écoles en question.

Le sort de la statue est aujourd'hui entre les mains des habitants de Saint-Pétersbourg : les organisateurs de l'exposition ont annoncé l'action « Habille David » pendant laquelle chacun peut proposer une manière originale d'habiller la sculpture. « Et pourquoi pas avec une burqa ? », avance avec sarcasme un habitant. Ou encore : « En costume de bouffon ! Avec des cloches pour que ce soit vraiment trash ​ »

Cacher le sexe de David avec les courriers de plainte, lui faire porter tunique, culottes, chemise traditionnelle, costume de Jedi ou même maquillage pour le faire ressembler à Pierre Ier : déjà 200 personnes ont envoyé leur proposition. La plupart, tout de même, appellent à ne pas tomber dans l’excès et à ne pas laisser l'hypocrite-Goliath vaincre David. Maxim Volkov, organisateur de l'exposition, espère lui aussi que l'histoire s'arrêtera là. « Sinon, nous le recouvrerons de manière artistique pour donner à l’œuvre un nouveau sens », conclut-il.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.