Cinq cadeaux uniques à ramener de Moscou

service de presse
Les boutiques des musées de Moscou recèlent de véritables trésors, édités à tirage limité à l'occasion d'expositions temporaires. Sélection.

1. Les foulards de soie de la galerie Trétiakov

Crédit : galerie Trétiakov
Crédit : galerie Trétiakov
Crédit : galerie Trétiakov
 
1/3
 

On peut désormais littéralement porter les chefs-d’œuvre de la galerie Trétiakov de Moscou sur ses épaules. La marque russe Radical Chic a en effet sorti une série limitée de foulards de soie, Art Edition, sur lesquels sont reproduits les œuvres de célèbres peintres russes.

Dans la collection, on retrouve notamment Salomé selon l'esquisse d’un costume conçu par Léon Bakst pour le drame théâtral d'Oscar Wilde, les Salles des tsars Berendei – une esquisse de la décoration dessinée par Viktor Vasnetsov pour l'opéra Snegoroutchka ou la fille de neige de Rimski-Korsakov, Moscou. Place rouge du peintre Vassili Kandinsky, Café-chantant de Georgi Iakoulov, Astres d'Aristrarkh Lentoulov et La Formule de l'univers de Pavel Filonov.

2. La collection de bijoux « La Péri by Léon Bakst »

Crédit : service de presse du musée PouchkineCrédit : musée Pouchkine

Le musée Pouchkine considère que les bijoux sont le meilleur des souvenirs. En 2014, il a ainsi collaboré avec la marque de joaillerie MyKi Jewelry afin de concevoir une collection pour les expositions « Les Trésors de Troie » et « Fleuve Congo. L'art d'Afrique centrale des collections du Musée du Quai Branly ».

La nouvelle collection, La Péri by Léon Bakst, dévoilée à l'occasion du lancement de l'exposition consacrée au célèbre peintre et costumier de théâtre Léon Bakst, est tirée de ses décors et costumes pour les Saisons russes de Sergueï Diaghilev en France et aux USA. Elle s'inspire des costumes du ballet du même nom monté en 1911, principalement de ceux de l'histoire de La Péri, héroïne de contes orientaux. La collection comporte des boucles d'oreilles, des bagues, des colliers, des broches et des bracelets.

3. T-shirts et sweat-shirts made in « Garage »

Crédit : service de presse du musée GarageCrédit : Garage

Le musée d'art contemporain Garage prépare des collections spéciales de souvenirs pour chaque exposition, auxquelles contribuent souvent les artistes eux-mêmes. Les deux expositions actuelles ne font pas exception – celle de l'artiste suisse Urs Fischer et « Compagnon d'âme ».

Fischer a lui-même dessiné et envoyé l'image qui a été imprimée sur la série limitée de sacs et de sweat-shirts créée pour l'exposition.

Et pour l'exposition « Compagnon d'âme », qui se déroule dans le cadre du programme inclusif du musée, une série de T-shirts avec l'inscription GARAGE en braille a été créée.

4. Une collaboration du musée Juif avec la marque Kalmanovich

Crédit : service de pressedu musée juifCrédit : musée juif

Les imprimés de la collection limitée créée par Ioulia Kalmanovich (fondatrice de la marque Kalmanovich) en collaboration avec le peintre Denis Semenov pour la boutique du musée s'inspirent des motifs des travaux et de la pensée d'artistes juifs légendaires, d'hommes de culture, d'art et de science tels que Marc Chagall, David Ben Gourion ou encore Albert Einstein.

5. Les sweat-shirts de Katya Dobryakova pour le MMOMA

Crédit : service de presse du MMOMA
Crédit : service de presse du MMOMA
 
1/2
 

La créatrice russe Katya Dobryakova a créé spécialement pour le Musée d'art moderne de Moscou une série de sweat-shirts amusants avec des « yeux ». Même s'ils rappellent les imprimés célèbres de Comme des Garçons, eux aussi avec des yeux, elle insiste sur le fait qu'elle s'est inspirée des esquisses du peintre russe Protey Temen et des vêtements que portent les hipsters.

En septembre 2016, le musée sortira une série limitée de T-shirts et de skateboards avec les dessins brutaux d'un autre artiste célèbre : Valeri Chtak.

Lire aussi

Les souvenirs de Russie les plus extravagants

Petit guide de survie : être invité chez des Russes

Calculatrices, fourchettes, rabots : cinq collections russes insolites

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.