Des salles du palais impérial de Gatchina rouvrent après restauration

Le Grand palais de Gatchina.

Le Grand palais de Gatchina.

Lori / Legion-Media
Quatre salles du palais impérial de Gatchina, dans la banlieue de Saint-Pétersbourg, vont ouvrir après restauration pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le public pourra désormais visiter l’enfilade de salles du demi-cercle est du palais de Gatchina : la Galerie grecque, la Salle Rotari, le Passage lumineux et la Rotonde. Comme les guides du musée le racontent, l’intérieur, sévèrement endommagé pendant la guerre, a été restauré selon les plans du bâtiment, des photographies et des tableaux d’époque.

Le Grand palais de Gatchina a été construit entre 1766 et 1781sur ordre de Catherine la Grande en cadeau à son favori, le compte Grigori Orlov. Le palais a été construit dans le style classique par l’architecte italien de la cour, Antonio Rinaldi. Après la mort d’Orlov, la tsarine le racheta aux héritiers du prince, et le palais devint la résidence du prince héritier.

La Galerie grecque relie le Bâtiment central du palais au Carré de l’Arsenal. C’est un autre architecte italien, Vincenzo Brenna, qui proposa à la fin du XVIIIe siècle de faire couvrir cette galerie ouverte à colonnades et d’y installer la collection impériale.

La Galerie grecque. Photo pour la presseLa Galerie grecque. Photo pour la presse

Comme le reste du palais, la Galerie grecque fut endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale : les Allemands la dynamitèrent, et volèrent de nombreux objets d’art. Après la guerre, le palais resta longtemps à l’écart, d’abord comme académie militaire, puis comme Institut d’Etat fermé au public.

Aujourd’hui, les intérieurs luxueux ont été restaurés et décorés de sculptures, tableaux et meubles des XVIIIe et XIXe siècles provenant du fonds du musée.

La Salle Rotari abrite dans ses intérieurs historiques un ensemble de tableaux du célèbre portraitiste italien Pietro Rotari, qui servait à la cour de Russie au milieu du XVIIIe siècle. Les œuvres proviennent de la collection du premier maître des lieux, le compte Orlov.

Lire aussi

Nuits blanches de Saint-Pétersbourg : six choses à faire absolument

Dix sites secrets de Saint-Pétersbourg

Gatchina : de l'Empire à nos jours

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.