Cinq prodiges de la chaussure russe

Void Shoes

Void Shoes

service de presse
RBTH a sélectionné cinq créateurs russes dont les chaussures peuvent être portées aussi bien en soirée avec ses amis que lors d'une cérémonie chez le président.

VOID SHOES

Egor Noudguine, fondateur et directeur artistique de la marque, a commencé comme styliste pour des magazines avant d'être recruté par la maison de mode PIROSMANI - spécialisée dans les vêtements conceptuels. C'est pour elle qu'il a créé sa première collection de chaussures. De cette collaboration est née sa propre marque, VOID SHOES, qui présente des chaussures conceptuelles fabriquées à partir du cuir de la même usine italienne que celle qui fournit Rick Owens lui-même. Chaque paire est conçue à la main et Egor contrôle chaque étape du processus de fabrication. Dans les magazines de mode, on souligne que « les modèles de Noudguine sont souvent en avance sur leur temps ». Parfois littéralement : VOID SHOES a notamment recours à des imprimantes 3D pour créer des embauchoirs et des talons uniques.

www.voidshoes.com

Rustam Adykov

Source : service de presse

Sur l'impression qu'il a gardée d'une paire de chaussures offerte par sa mère quand il était encore enfant, le maître Rustam Adykov a construit sa vie. Chaque création qui sort de sa fabrique est unique, semblable à une pièce de musée. La grande équipe d'artisans qui travaille aujourd'hui sous sa direction peut travailler à la main jusqu'à six mois pour parvenir à créer une seule paire, en utilisant les techniques anciennes des peuples de Russie pour façonner les matériaux. Selon le designer, « le principal pour créer un chef-d’œuvre est de matérialiser par tous les moyens l'idée que l'on a en tête - l'utilité de la chaussure naît ensuite pendant le processus de façonnage ». Les collections de la marque sont déjà reconnues à l'étranger et ont même décroché la première place des salons MIDEC en Allemagne et ESCARPIN DE CRISTAL à Paris.

Gottlieb Schwarz

Source : service de presse

Gottlieb Schwarz est une marque créée à Moscou en 2010 par le cordonnier Andreï Jakevitch, qui a appris les méthodes de fabrication des chaussures avec le « gourou de la mode » italien Stefano Bemer dans son studio à Florence, et le design à l'Université des Arts de Londres. Jakevitch a emprunté le nom de sa marque à la Comtesse de Rudolstadt de l'écrivaine française George Sand, roman dont l'un des principaux héros était le cordonnier Gottlieb Schwarz, créateur de chaussures fou. La marque est spécialisée dans les chaussures classiques pour hommes de type Brogue et Oxford. On peut acheter ses créations déjà conçues ou en commander sur mesure. Dans ce cas, il faudra attendre au moins un mois : le créateur s'en occupera personnellement.

www.gottliebschwarz.com

Aleksander Siradekian

Source : service de presse

Après avoir quitté le trio scandaleux de designers et stylistes Fresh art, autrefois populaire en Russie, Aleksander Siradekian a trouvé sa vocation dans la fabrication de chaussures élégantes pour femmes. En créant une marque à son nom de chaussures classiques, de qualité et originales, il a réussi en cinq ans à ce que la moitié des it-girls russes se battent pour ses escarpins et ses mocassins. Il a aussi des points de vente dans le monde entier : on peut voir les travaux d'Aleksander Siradekian à Moscou, Paris, Prague et des dizaines d'autres villes, notamment dans le célèbre magasin florentin LUISA VIA ROMA. C'est Aleksander lui-même qui décide lui-même de la fabrication de chaque modèle et pendant le travail sur une nouvelle paire d'escarpins, il les teste toujours sur sa « meilleure critique » : sa femme. Selon lui, c'est ainsi qu'il arrive à faire que des escarpins décorés de pics de 12 centimètres ne soient pas seulement beaux, mais aussi confortables à porter.

www.siradekian.com

AFOUR

Source : service de presse

Économiste de formation, Vladimir Grigoriev s'est reconverti dans le monde de la chaussure : depuis 2009 une équipe d'artisans de Saint-Pétersbourg fabrique des chaussures à la main sous sa direction. Les clients peuvent modeler eux-mêmes leur chaussure idéale sur le site du créateur ou acheter des modèles déjà conçus. En ligne, on peut laisser libre court à son imagination : du modèle en lui-même à la couleur et au type de semelle. La chaussure, en elle-même, est pensée pour garder une apparence harmonieuse indépendamment du design personnalisé. Tous les matériaux utilisés pour la fabrication sont achetés en Russie, mais proviennent de l'étranger : « Les semelles viennent de l’entreprise italienne légendaire Vibram. Le cuir est italien et allemand ». Une paire de baskets ou de chaussures de ville déjà prête coûte aujourd'hui de 80 à 150 euros - et il faut rajouter environ 20% de plus pour les créations originales.

www.afourcustom.com

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.