En images: Léon Tolstoï à travers les yeux d'Ilia Répine

Le grand artiste russe a peint plus de 20 portraits, croquis et esquisses de l’illustre écrivain. Jetons un coup d'œil à cette symbiose créative.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Léon Tolstoï et Ilia Répine

C'était une amitié de longue date mais, en même temps, les deux hommes se disputaient à propos de tout. Il y avait une admiration mutuelle et une influence mutuelle, mais il y avait aussi des désaccords inconciliables, par exemple, sur les questions d'art.

12 portraits, 25 dessins, 8 croquis de membres de la famille, 17 illustrations pour des œuvres de l'écrivain et 3 bustes en plâtre – selon les chercheurs, c'est le nombre total d'œuvres de Répine associées à Léon Tolstoï.

Portrait de Léon Tolstoï

Répine et Tolstoï se sont rencontrés à Moscou en 1880. À cette époque, Tolstoï n'était plus seulement un écrivain célèbre, mais également dans un état de « quête spirituelle » – il repensait les valeurs et les réalisations des premières années de sa vie. Tolstoï est alors venu lui-même dans l'atelier de cet artiste relativement jeune (il avait 52 ans et Répine 36).

Dans ses mémoires De mes communications avec L. N. Tolstoï, Répine a écrit : « Léon Tolstoï. Vraiment ? C'est donc ce qu'il est ! Je ne connaissais bien que les portraits faits de lui par Ivan Kramskoï et j'avais imaginé jusqu'à présent que Léon Tolstoï était un gentleman très particulier, comte, de grande taille, aux cheveux bruns et qu'il n'avait pas une si grosse tête... ».

Croquis de L. Tolstoï

Répine a rappelé que Tolstoï lui avait prêché un sermon selon lequel lesgens étaient devenus indifférents aux horreurs de la vie et marchaient sur le chemin de la débauche, et à ce moment sa voix sonnait profonde et émouvante. « La lampe sur la table était déjà allumée, et il y avait une prémonition sombre et mystérieuse dans l'air. Il semblait que nous étions àla veille du Jugement dernier... C'était à la fois nouveau et terrifiant... ».

Saint Nicolas arrêtant le bourreau

Après cette rencontre, Répine s'est porté volontaire pour accompagner l'écrivain chez lui, après quoi ils se retrouvaient presque chaque jour et parlaient beaucoup. Le peintre était tellement impressionné par tout ce que Tolstoï disait qu'il a écrit qu'il « ne pouvait pas dormir après, sa tête tournait de ses [de Tolstoï] verdicts draconiens à des formes de vie obsolètes ». Le sermon de l'écrivain sur l'abolition de la peine de mort l'a inspiré à peindre le tableau Saint Nicolas arrêtant le bourreau. (Selon une version, dans le personnage de Saint Nicolas, cet homme barbu aux cheveux gris avec des croix, Répine aurait dépeint Tolstoï lui-même).

Léon Tolstoï se reposant dans la forêt, 1891

La communication avec l'écrivain a fait une si forte impression sur Répine qu'il a écrit à son ami et critique Vladimir Stassov qu'il se sentait comme un garçon à côté de Tolstoï et voulait l'écouter sans fin. « Mon Dieu, quelle âme omniprésente a ce Tolstoï ! Tout ce qui vient de naître vit, respire, et toute la nature – tout cela se reflète vraiment en lui, sans le moindre mensonge et, lu une fois, reste devant les yeux pour la vie ... ».

Portrait de Léon Tolstoï, 1901

Tolstoï a également exprimé son opinion sur le tableau de Répine Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie – l'écrivain l'a trouvé frivole. Sérieusement bouleversé par cette remarque, le peintre a même abandonné son travail. Cependant, après un certain temps, Répine n'a pas pu résister et a terminé néanmoins son chef-d'œuvre, qui est célèbre aujourd'hui dans le monde entier.

Portrait de l'écrivain Léon Tolstoï, 1887

Répine a souvent visité la maison de Léon Tolstoï dans le quartier Khamovniki du centre-ville de Moscou. Pendant longtemps, sans le peindre, il s’est contenté de l'observer de près, en créant son image mentale. Le premier portrait n'a été fini qu'en 1887, lorsqu'il est venu rendre visite à l'écrivain dans son domaine de Iasnaïa Poliana situé dans la région de Toula.

Tolstoï dans un champ de labour, 1887

Le peintre y est resté pendant une semaine et a créé plusieurs croquis de Tolstoï travaillant dans son bureau et dans les champs, lisant, marchant et parlant avec des paysans. Répine a écrit que par une chaude journée d'août, Tolstoï a passé six heures, sans repos, à labourer la terre noire avec une charrue. « J'avais un album entre les mains, et je n'ai pas perdu de temps... », a-t-il déclaré.

Léon Tolstoï pieds nus. Étude pour un portrait du même titre, 1891
Léon Tolstoï pieds nus, 1901

Lorsque le collectionneur et fondateur de la célèbre galerie d’art moscovite Pavel Tretiakov a découvert que Répine avait visité Iasnaïa Poliana, il a beaucoup regretté de ne pas avoir pu dire à l'avance comment il imaginait les portraits de Tolstoï – il voulait que l'écrivain soit dépeint en été, dans toute sa taille, en plein air.

Léon Tolstoï dans son bureau à Iasnaïa Poliana, 1887

Léon Tolstoï dans un fauteuil rose, 1909

Tolstoï, qui n'aimait pas poser, a néanmoins résisté à cette épreuve, et par la suite a parlé très chaleureusement du peintre à son ami Vladimir Tchertkov : « Répine vit avec nous pendant une semaine et peint mon portrait. Cela prend mon temps, mais je suis heureux et je l'ai beaucoup aimé, c'est une personne très bonne et sérieuse ». Dans d'autres lettres, Tolstoï a également parlé de ses sentiments enthousiastes pour Répine.

Tolstoï à sa table de travail, 1891

Répine a souvent voyagé à Iasnaïa Poliana. Au contact de Tolstoï, il est tombé complètement sous son charme, l'influence de cette personnalité « forte et géniale » était inébranlable pour lui, l'artiste percevait tous les mots de l'écrivain comme la vérité.

Léon Tolstoï avec sa femme Sofia

Mais au fil du temps, le charme a semblé disparaître et loin de Tolstoï, Répine ne se sentait déjà plus en extase devant sa personnalité, au contraire, il avait pitié de ce vieil homme, qui était assis seul avec une bougie dans son bureau sombre.

Tolstoï dans un cabinet japonais

L'attitude de l'artiste envers Tolstoï a radicalement changé, il s'est rendu compte que ce n'était pas à l’écrivain de s'abaisser au niveau des paysans, mais, au contraire, qu’il devait les élever au sien. Une autre pierre d'achoppement entre les deux génies était l'art. Répine était fortement en désaccord avec de nombreuses déclarations de Tolstoï.

Léon Tolstoï lisant

Dans un article, l'écrivain a qualifié Raphaël, Wagner, Shakespeare de médiocrité, ce qui a grandement offensé Répine : « C'est tout comme s'il y avait quelque tête folle qui me dirait que Léon Tolstoï est médiocre et faux. De quoi discuter avec une telle personne, pourquoi ?! », s’est-il emporté.

Portrait de Léon Tolstoï, 1912

Et pourtant, jusqu'à la fin de la vie de Tolstoï, ces deux hommes sont restés amis et se sont disputés à propos de tout. Répine a continué à travailler sur les portraits de l'écrivain même après sa mort en 1910. On pense même que cet artiste précisément a créé l'image visuelle de Tolstoï, qui apparaît maintenant dans la tête des gens modernes quand ils pensent de l'auteur de Guerre et Paix.

Portrait de Léon Tolstoï, 1916

Dans cet autre article, nous vous présentions dix tableaux de l’illustre Ilia Répine à connaître absolument.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies