«Croix Rouges» de Sacha Filipenko: une bouleversante introspection du régime soviétique

Le 8 mars prochain, sera publiée aux Éditions des Syrtes la traduction française du roman Croix Rouges de l’écrivain biélorusse Sacha Filipenko.

Initialement rédigé en russe, cet ouvrage s’articule autour d’une conversation de palier entre deux personnages que tout semblerait opposer au premier abord : un jeune homme s’étant tout juste installé à Minsk et une vieille femme de 91 ans souffrant de la maladie d’Alzheimer. Le premier a décidé de gagner la capitale biélorusse suite à la mort de sa femme, attiré par cette ville qui est l’un des plus vifs reflets contemporains de ce qu’a été la vie en URSS. La deuxième a durant la Seconde Guerre mondiale travaillé pour le Commissariat du peuple aux Affaires étrangères et était en lien avec le Comité international de la Croix-Rouge, mais a un beau jour vu son existence être subitement bouleversée, son mari fusillé et sa fille arrachée.

Lire aussi : Qui étaient les dissidents soviétiques?

Ces deux destins tragiques plongent le lecteur dans les sombres heures de l’URSS, au travers du récit de cette femme, qui s’appuie sur les recherches documentaires de l’auteur concernant la correspondance entre les deux parties sus-citées, et de son évocation du sort des prisonniers soviétiques ainsi que des répressions staliniennes. C’est aussi un appel à la réflexion quant à la délicate commémoration de cette époque, dont la leçon est finalement bien difficile à formuler.

À seulement 33 ans, Sacha Filipenko a d’ores et déjà reçu le Prix Russe, seule distinction de Russie à être destinée aux auteurs étrangers écrivant dans la langue de Pouchkine. Né à Minsk, il a fait ses études en Russie, où il est notamment sorti diplômé de la Faculté de philologie de l'université de Saint-Pétersbourg. Il a par la suite travaillé pour différentes chaînes de télévision russes.

En attendant la parution de cet ouvrage, plongez-vous dans ce sombre épisode de l'histoire russe grâce à notre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies