Moscou sous le pinceau des maîtres de la peinture russe

Moscou, 10 tableaux de maîtres, 200 ans de peinture!

Arrière-cours, maisons de bois et églises en pierres blanches, c’est souvent ainsi que Moscou a été dépeint par les grands maîtres de la peinture russe des XIXe et XXe siècle, dont les œuvres sont actuellement exposées dans les musées de la capitale. L’exposition Moscou, retour en arrière, organisée par la fondation IN ARTIBUS, est ouverte au public du 30 août au 30 septembre. Voici un florilège des tableaux qui y sont présents.

Vassili Sourikov. L’illumination du Kremlin de Moscou. 1883.

L’illumination du Kremlin de Moscou. 1883. Le site le plus célèbre de Russie charme par ses portes majestueuses, ses tours, ses ornementations et sa fameuse horloge. Une grande partie des bâtiments du Kremlin ont été construits entre le XIV et le XVIIe siècle avec pour but de faire montre de sa puissance, et force est de constater qu’ils en imposent encore aujourd’hui. Le Kremlin n’est pas seulement le centre du pouvoir politique, il est aussi le cœur de la Russie.

Vassili Polenov. Une arrière-cour à Moscou. 1878.

Une arrière-cour à Moscou. 1878. Les maisons et les barraques en bois étaient présentes dans le centre de la capitale jusque dans les années1960.

Aristarkh Lentoulov. La cathédrale Saint-Basile. 1913.

Cette impressionnante bâtisse est probablement le monument qui symbolise le mieux Moscou. Elle a été construite sous Ivan le Terrible entre 1555 et 1561 afin de célébrer la victoire sur le Khanat de Kazan. D’après la légende, Ivan le Terrible aurait demandé à ce qu’on crève les yeux des architectes une fois leur ouvrage terminé afin qu’ils ne puissent le reproduire ou le surpasser ailleurs.

Boris Koustodiyev. Une auberge à Moscou. 1916.

Les artistocrates russes préféraient les restaurants chics, les plus modestes les auberges, en particulier leurs cochers et la petite bourgeoisie. Le Schi (soupe au choux) et le sbiten (boisson à base de miel, d’eau et de confiture) figuraient parmi les plats les plus populaires.

Alexandre Labas. Métro. 1936.

Le métro de Moscou fonctionne depuis 1935, et est devenu un des plus grands métropolitains du monde tant par sa taille que par son nombre de voyageurs. Dans les années 1930, seule la ligne rouge avait été construite et elle ne comportait que 11 stations. Aujourd’hui, le réseau compte 206 stations, dont 44 sont classées. Et le réseau n’en finit plus de s’agrandir !

Iouri Pimenov. Le nouveau Moscou. 1937.

Ce tableau a été peint pendant la reconstruction de la capitale soviétique voulue par Staline. Le plan prévoyait la création de nouvelles routes et de nouveaux ponts ainsi que l’agrandissement du métropolitain.

Natalia Nesterova. La maison de Gogol. 1979.

Le célèbre écrivain russe Nicolas Gogol a passé les quatre dernières années de sa vie dans cette maison (il est décédé en 1852). C’est dans cette demeure que Gogol a, dix jours avant sa disparition, jeté au feu certains de ses manuscrits.

Konstantin Dorokhov. Moscou. Université. 1953.

L’Université d’État Lomonossov de Moscou (MGU) a été fondée en 1755 et est l’une des plus anciennes du pays. Mais son bâtiment principal, situé sur la Colline aux Moineaux et que l’on voit ici, date de 1953 et est devenu l’un des symboles de la nouvelle architecture soviétique.

Evgueni Oks. Les rues du vieux Moscou. 1960.

Dans les années 1960, la capitale s’est étendue de manière vertigineuse avec la construction d’immenses zones résidentielles en lieu et place des villages alentours. C’était l’apogée des Khroutchtchevki (immeubles d’habitation à bas coût). Le vieux Moscou était à l’époque encore occupé par des maisons en bois surplombés par de grands arbres.

Natalia Nesterova. Allée Pechatnikov. 1985.

La Maison des Cariatides de Moscou a été construite au début du XIXe siècle après l’invasion napoléonienne. Elle a été ensuite retravaillée par l’artiste Peter Sysoev (qui a codesigné l’Hôtel Métropole). À l’époque soviétique, la maison a été transformée en appartements communautaires.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.