Des couronnes et d'autres trésors des tsars de Moscou en mode multimédia à Paris

Maria Tchobanov
Cette année, le Centre spirituel et culturel russe à Paris participe pour la première fois aux Journées européennes du patrimoine, qui se déroulent les 16 et 17 septembre prochains, ouvrant une nouvelle page dans la coopération culturelle entre la Russie et la France. Les Musées du Kremlin de Moscou ont été choisis comme partenaire pour cette première manifestation mêlant l’Antiquité à la modernité.

Couronne de diamants du tsar Ivan Alexeïevitch (1682-1687). La couronne de diamants fut fabriquée vers 1687 par les artisans russes de Palais des Armures.

L’exposition « Trésors des tsars de Moscou. Les insignes du pouvoir dans les illustrations de Fedor Solntsev issues des fonds des musées du Kremlin de Moscou » se tient au Centre spirituel et culturel russe (1, Quai Branly) à Paris du 5 au 21 septembre 2017.

L'Encolpion (Croix pectorale) (1662-1682) et la Médaille du Prince Vassili Vassilievitch Golitsyne.

L'exposition présente des dessins de regalia des tsars russes conservés au Palais des Armures du Kremlin de Moscou : couronnes royales, sceptres, orbes et croix, qui ont été utilisés lors du sacre et du couronnement des tsars, de réceptions d’ambassadeurs et de cérémonies solennelles.

Ouverture de l'exposition par l'ambassadeur de Russie en France Alexandre Orlov, les représentants de l'édition Medialibr (concepteur du visite interactif) et des Musées du Kremlin de Moscou.

La collection des insignes comprend trente-neuf pièces datant du XIIe au XVIIIe siècles, tous chefs-d’œuvre de joaillerie.

Fedor Solntsev (1801-1892), peintre, restaurateur et historien russe, était le plus grand spécialiste de l'archéologie artistique (reproduction de monuments anciens pour leur conservation et leur étude). Il s’est vu attribuer le titre d'académicien et professeur de peinture historique. Fin connaisseur de l'art russe ancien, membre de la Société d'archéologie russe, Fedor Solntsev se trouvait à l'origine du style dit russe ou russo-byzantin.

Fedor Solntsev.

Il est né dans le village de Verkhnie-Nikoulskoïe dans la région de Iaroslavl, dans une famille de serfs appartenant au comte Ivan Alexeïevitch Moussine-Pouchkine. Le comte ayant découvert le don artistique de Fedor a libéré la famille Solntsev du servage, ce qui a permis à Grigori, le père d’une famille de cinq enfants, d'envoyer son fils en 1815 à l'Académie des arts à Saint-Pétersbourg.

Orbe de l’Empereur Pierre II (1727). L’orbe d’or en forme de sphère surmontée d’une croix se distingue par sa petite taille et son poids réduit. L’aspect miniature de cet insigne s’explique par le fait qu’elle était destinée au jeune monarque Pierre II.

Les tableaux du jeune artiste ont été remarqués par le directeur de la Bibliothèque publique impériale, Alexeï Olenine, devenu président de l'Académie des arts en 1817. Artiste et expert en antiquités, érudit en matière de littérature et d'art, historien, archéologue et ethnographe, il a demandé à Fedor Solntsev d’effectuer divers travaux et commandes destinés à la recherche artistique et archéologique.

Trône de diamants (1659). Le trône fut offert au tsar Alexis Mikhaïlovitch.

Sa première commande consistait à reproduire les objets qui composaient un trésor découvert en 1822 par trois paysans lors de la réparation d’une route qui passait à l’emplacement de Staraïa Riazan, l'ancienne capitale de la principauté de Riazan. Le trésor d'or exceptionnel était enveloppé dans un sac en cuir. Il appartenait à une famille grand-ducale et avait été enterré avant l'invasion des hordes mongoles qui ont détruit le vieux Riazan en 1237. Les objets ont été fabriqués par les artisans au XIIe siècle.

Les travaux sur les antiquités de Riazan ont lié la vie et le travail de Fedor Solntev à l'archéologie: ses contemporains le qualifiaient exclusivement d’« artiste-archéologue ».

Dans les années 1830-1940, Solntsev a créé sa célèbre série de 3 000 dessins « Antiquités russes ». Une partie de ces dessins a constitué une monographie illustrée unique dans son genre, un recueil des monuments intitulé « Les Antiquités de l'État russe ».

Ses œuvres ont une valeur inestimable pour les scientifiques, les artistes et tous les amoureux de l'Antiquité. Pour son activité artistique et archéologique d'un demi-siècle, Solntsev a reçu la médaille d'or de la Société impériale d'archéologie russe.

Depuis 1882, les dessins de Solntsev sont conservés à la bibliothèque du Palais des Armures du Kremlin de Moscou. A l’heure actuelle, les fonds du musée conservent environ 1400 aquarelles et dessins de l’artiste.

Pour faire découvrir les œuvres de l'artiste-archéologue, les organisateurs de l’exposition « Trésors des tsars de Moscou » ont réalisé une reproduction exacte des aquarelles originales. Un travail méticuleux a été réalisé pour préparer une impression de haute qualité, qui a permis de conserver toute la richesse de la palette des couleurs, de voir les plus petits détails des images et d'évaluer les compétences de l'artiste.

C’est la première fois que les œuvres de Solntsev sont exposés à ce format. Outre les dessins eux-mêmes, les visiteurs ont le moyen de s’informer sur les époques et les monarques auxquels ces objets ont servi, grâce au guide interactif novateur, développé par l’éditeur Medialibr.

Le système, basé sur la technologie de l’identification optique, comporte un stylet muni d'écouteurs, qu’on peut pointer sur un titre (muni d'un code invisible) dans un catalogue fourni à tous les visiteurs de l’exposition, pour écouter les explications et les commentaires sur les objets, représentés sur les dessins. Leger et facile à manier, ce stylet contient à peu près une heure d’enregistrements audio en chacune des trois langues : russe, français et anglais.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.