La Journée de la Russie dans le monde

Chœur national académique russe Piatnitsky. Crédit : Vladimir Pesnia/RIA Novosti

Chœur national académique russe Piatnitsky. Crédit : Vladimir Pesnia/RIA Novosti

Le 12 juin 1990, la Fédération de Russie proclamait son indépendance vis-à-vis de l'Union soviétique. Depuis, on célèbre en ce jour la Journée de la Russie, fête nationale du pays.

Cette année, les célébrations du 12 juin, fête de la souveraineté russe, dépasseront les frontières nationales : les scènes les plus prestigieuses, dans les capitales d’Europe, d’Asie et d’Amérique accueilleront les concerts de cinq célèbres collectifs, 550 artistes au total, dont chacun est emblématique de la culture russe.

Les villes engagées dans le projet, initié par la fondation caritative Klassika sont Jérusalem, New York, Rio de Janeiro, Pékin et Paris.

Paris – Salle Gaveau

Dans la Ville Lumière, le Chœur national académique russe Sveshnikov se produira à la salle Gaveau. Le programme fera parcourir au public toute l’histoire de la musique chorale russe : folklore et chants anciens les conduiront au classicisme et au romantisme ; suivront des chefs-d’œuvre de Tchaïkovsky et Rakhmaninov, des compositions des maîtres de la « nouvelle école russe » pour finir par des créations des compositeurs de l’école de Moscou de l’époque d’après 1917 jusqu’à nos jours. En ce 70e anniversaire de la Victoire de 1945, le chœur national russe interprétera sa propre version du célèbre Chant des partisans, d’Aram Khatchatourian.

New York - Carnegie hall

Créé en 1882 auprès de la cour Impériale, l'Orchestre académique symphonique de la Philharmonie de Saint-Pétersbourg est l'un des plus anciens de Russie. Il présentera sous la direction de Nikolaï Alekseïev, lauréat du concours International de la Fondation Herbert von Karajan, deux oeuvres musicales, presque deux confessions, de compositeurs russes, créées à 60 ans d'écart : la Symphonie N°4 de Piotr Tchaïkovsky, le premier drame psychologique de l'histoire de la musique russe, et la Symphonie N°5 de Dmitri Chostakovitch. Ces deux œuvres ont en commun la profondeur de la tragédie lyrique, la sincérité, le désespoir et l'espoir en même temps.

Rio de Janeiro - Théâtre municipal

L'orchestre de chambre Solistes de Saint-Pétersbourg sous la direction de Mikhaïl Gantvarg présentera au public brésilien le programme suivant : en introduction le concerto N°17 de Mozart, ainsi que quatre pièces pour piano de Sergei Prokofiev et dans la deuxième partie la Sérénade pour orchestre à cordes et trois pièces pour violon avec orchestre de Piotr Tchaïkovsky. Le point culminant du programme sera l'interprétation des préludes pour piano de Dmitri Chostakovitch. 

Pékin - Centre national des arts du spectacle

La Chapelle nationale académique de Saint-Pétersbourg sera présente en masse à Pékin : l'orchestre symphonique, les solistes et le chœur mixte sous la direction d'Alexandre Tchernouchenko. Le public pourra apprécier les meilleures œuvres de l'école classique russe de composition. La fantaisie des chansons de mariage et l'air de danse Kamarinskaïa de Mikhaïl Glinka sont suivis par Le Capriccio espagnol de Nikolaï Rimski-Korsakov, exemple exceptionnel d'adaptation pour orchestre d'une mélodie espagnole. Deux cantates compléteront le programme : la cantate solennelle Moscou de Piotr Tchaïkovsky et Alexandre Nevsky de Serguei Prokofiev, frappant par sa grandeur.

Jérusalem - Centre de conférences international

À Jérusalem, le public pourra admirer des compositions musicales et chorégraphiques dans le style populaire traditionnel russe présenté par le célèbre Chœur national académique russe Piatnitsky, ensemble grandiose de musiciens, chanteurs et danseurs.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.