Les beignets russes, « enfant terrible » du régime alimentaire soviétique

Crédit : Anna Kharzeeva

Crédit : Anna Kharzeeva

Pour se faire une idée du vrai goût des beignets russes, ou ponchiki, il vaut peut-être mieux faire l'aller-retour à Saint-Pétersbourg que d'essayer de les faire à la maison.

J'ai déjà préparé beaucoup de plats dans le cadre de ce projet : du sarrasin, du borchtch, des salades... Je pense qu'une grande partie du régime alimentaire soviétique était sain. Il y avait beaucoup d'avoine, de soupes, de boissons aux airelles... mais ce régime avait aussi ses « enfants terribles » comme la bolognaise, la mayonnaise, les sucreries et... les beignets, ou ponchiki en russe.

Il y a deux sortes de ponchiki : ceux avec un trou au milieu – ou  ponchiki de Moscou –et ceux qui n'en ont pas – les ponchiki de Saint-Pétersbourg.

Mes amis de Saint-Pétersbourg m'assurent que leurs ponchiki, comme les nôtres, ont un trou au milieu mais qu'ils portent simplement un autre nom, les pychki. Pour ma part, le seul moment où j'entends des Moscovites dire pychka, c’est quand ils parlent d'une femme avec de l'embonpoint, sous-entendant ainsi qu'elle a mangé beaucoup de beignets. Quand j'aurai préparé les miens, je les enverrai au bureau de mon mari.

Je me rappelle avoir mangé des pychki, c’était il y a environ dix ans à Saint-Pétersbourg. Je suis entrée dans un café spécialisé dans les pychki, j'ai fait la queue pendant un bon moment, puis j'ai finalement eu quelques pychki – ce que mon Moscovite ignorant appelait toujours ponchiki – et les ai mangés sur place, debout, avec un thé.

Saint-Pétersbourg a davantage préservé la tradition des cafés et des pâtisseries que Moscou. La fameuse pâtisserie Sever n'a pas bougé de la rue principale, la perspective Nevski, et les Moscovites s'y arrêtent souvent pour acheter quelques pâtisseries qu’ils ramènent à la maison. Il y a aussi des pâtisseries où vous pouvez manger et prendre un café debout, ce qui ne se voit plus à Moscou.

Après avoir fait moi-même mes ponchiki, le point positif est que je ne vais certainement pas prendre de poids en les mangeant. Ni personne au bureau de mon mari car ils étaient complètement ratés !

Peut-être que je n'ai pas suivi la recette correctement. Peut-être que les ponchiki ont senti mes réserves pour tout ce qui est frit. Dans tous les cas, au lieu d'être bien ronds, mes ponchiki étaient tout plats. Et pour aggraver le tout, j'ai mis un peu trop de temps à les prendre en photo en train de frire et... vous avez deviné… je les ai brûlés. La cuisine était remplie de fumée.

Quand j'ai raconté ça à ma grand-mère, elle m'a dit :

« Nous étions à Leningrad pour éviter le Premier Festival de la Jeunesse à Moscou. Il y avait alors des magasins de beignets partout et nous y allions en permanence. Par contre, je ne me rappelle pas avoir mangé de pâtisseries à Leningrad – cela fait 58 ans que je n'y suis pas retournée ! Je me rappelle une fois y être allée avec ma mère : ils préparaient une parade pour fêter le 250ème anniversaire de la ville et anticipaient l'arrivée de hauts dirigeants comme Malenkov, Molotov, Kaganovitch et Chepilov. Mais les festivités ont été retardées car ces leaders ont été déclarés « anti-parti ». Elles ont ensuite repris avec un nouveau leader : Krouchtchev. »

La prochaine fois que j'aurai envie de ponchiki, je sauterai dans un train qui m’emmènera directement chez un marchand de beignets à Saint-Pétersbourg. J’en profiterai pour faire renaître le souvenir de mes 18 ans en retrouvant le goût des vrais ponchiki.

Le beignet de Moscou

La page 292 du « Guide soviétique pour une nourriture saine et délicieuse ».

Ingrédients : 

1,5 tasse de farine • 2 cuillers à café de sucre • 1 cuiller à café de beurre • 1 oeuf • 0,5 tasse de lait • 0,5 cuiller de bicarbonate de soude • 100g d'huile ou de matière grasse (pour la friture)

Préparation :

1. Mélanger la farine et le bicarbonate de soude. Ajouter un peu de cannelle moulue et tamiser.

2. Dans un bol à part, mélanger le sucre, le beurre et l’œuf. Bien mélanger.

3. Ajoutez lentement le lait au mélange à base d’œuf.

4. Versez peu à peu le contenu du bol dans la farine. Pétrir la pâte.

5. Rouler la pâte jusqu'à ce qu’elle atteigne une épaisseur de 0,5 cm. Découpes des cercles. Faire un trou au centre de chaque cercle pour faire un anneau.

6. Faites frire le tout dans de l'huile chaude et saupoudrez les beignets de sucre en poudre avant de servir.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.