Dix retraités russes qui vieillissent bien

Crédit : Igor Gavar

Crédit : Igor Gavar

Le photographe d’Omsk Igor Gavar voyage à travers les villes russes en étudiant le look des gens dans la rue. Il prend en photo des passants, précise leurs centres d’intérêt et publie les meilleurs extraits sur son site. Rien d’inhabituel jusqu’ici, sauf que les personnages de la plus grande partie de ses messages ont franchi le cap des 70 ans. RBTH a sélectionné dans les documents d’Igor Gavar les portraits de dix Russes qui peuvent servir d’exemple d’élégance aux représentants de tous les âges.

Tatiana Nikolaïevna. 84 ans. Physicienne

Moscou

Crédit : Igor Gavar

J’ai publié une quarantaine d’articles consacrés à la physique. Si une trentaine de personnes les a lus et si trois y ont compris quelque chose, c’est déjà bien. En outre, j’ai écrit une centaine d’articles sur le tricotage dans nombre de magazines.

J’ai réalisé ce costume à la mémoire de mon père qui était un détenu politique. En 2013, je me suis rendue à la prison où papa purgeait sa peine et j’ai fait ce costume en route. Mon père a été victime de la répression dans les années 1930, c’était un avocat assez célèbre. Il a été accusé de propagande contre le pouvoir soviétique.

Victor Afanassievitch. 71 ans. Peintre en décors céramique

Moscou

Crédit : Igor Gavar

A l’époque soviétique, je faisais de la peinture monumentale, par exemple, dans des palais de mariage et de culture. Mon travail était d’importance étatique et était par conséquent très bien rémunéré. Mes céramiques sont conservées dans les réserves du Musée russe.

Nelly. 73 ans. Psychologue

Omsk

Crédit : Igor Gavar

On estime souvent que les seniors doivent avoir un look spécial. En réalité il n’existe aucune règle et s’il n’y en a, c’est uniquement dans votre tête. Habillez-vous comme cela vous plaît.

LioubovAntonovna. 76 ans. Ancienne secrétaire du conseil artistique de la ville

Omsk

Crédit : Igor Gavar

Mon pardessus et mon sac, c’est une de mes petites-filles qui me les a offerts. Mes baskets, je les ai achetées avec mon autre petite-fille. J’en suis à ma troisième paire, je les trouve très confortables. Les premières étaient blanches, je les ai portées pendant quatre ans. Mes copines ne me comprennent pas, elles se moquent de moi en disant : « Tu ressembles à un boxeur. » Quant à moi, je leur explique que c’est très pratique pour nos vieux pieds.

Tamara Dmitrievna. 79 ans. Ingénieur spécialiste de brevets

Omsk

Crédit : Igor Gavar

Je rentre d’une galerie d’art où j’ai demandé d’encadrer ma broderie. Malgré une myopie de -12 dioptries, je fais du crochet et je tricote aux aiguilles, j’ai l’intention de m’initier au tissage de perles. Dans ma jeunesse, j’ai fait du ski et j’ai toujours aimé le style sportif. Avec l’âge, j’ai opté pour le classique, pour des vêtements sobres et élégants. Mais que ce soit à 20 ou à 80 ans, prenez soin de vous, habillez-vous harmonieusement et mettez votre visage en valeur à travers votre coupe de cheveux.

Аlbina Stanislavovna. 72 ans. Actrice

Moscou

Crédit : Igor Gavar

J’ai exercé nombre de métiers dans la vie, j’ai été fileuse, opérateur de maintenance et ingénieur dans une fabrique textile. J’ai travaillé aussi dans une boulangerie. A 60 ans, j’ai été repérée dans le métro par un agent qui m’a invitée à un casting. Ma candidature a été approuvée pour le rôle de la grand-mère de l’héroïne du film La Sirène. J’ai joué 107 rôles jusqu’à présent. J’ai beaucoup de costumes et je les mets souvent pour jouer. Ils sont approuvés par les réalisateurs qui me font parfois cadeau des vêtements.

Vassili Andreïevitch. 83 ans. Archiviste

Moscou

Crédit : Igor Gavar

Tout ce que vous voyez sur moi m’a été offert par mes voisins d’immeuble. Moi, je ne m’achète jamais rien. Mon médecin m’a prescrit de bouger le plus possible. Faire des mouvements sur de la musique est plus gai et trois fois par semaine je vais sur une piste de danse dans un parc.

Iraïda Vassilievna. 79 ans. Ancienne monteuse-câbleuse électronique à l’usine Karl Marx

Omsk

Crédit : Igor Gavar

Des vêtements, je n’en achète que très rarement, car ils me viennent de mes enfants et mes petits-enfants. Je les envoie en partie à ma famille, dans la région de Kostroma dont je suis originaire. Aujourd’hui, on n’a plus aucun problème avec les fringues. Mais dans ma jeunesse, je n’avais qu’une seule robe en tout et pour tout. Je la lavais tous les mercredis et les samedis.

Irina Andreïevna. 76 ans. Ancienne hôtesse de l’air lors de vol d’essais

Omsk

Crédit : Igor Gavar

Je suis handicapée, j’ai été victime de nombreuses fractures aux jambes lors d’un accident et j’ai subi trois opérations. Le docteur m’a dit que je ne pourrais marcher qu’avec des béquilles. Aujourd’hui, les médecins s’étonnent, car, premièrement, je marche même sans canne, deuxièmement, je mets des chaussures à talons et, troisièmement, je vais danser. Je me suis dit que je marcherai, que je bougerai. Je n’ai pas vraiment besoin de nouveaux vêtements. Je porte ce que j’ai déjà, car j’en ai beaucoup. Si j’achète quelque chose, c’est au marché aux puces ou dans les dépôts-vente.

Andreï Victorovitch. 72 ans. Prêtre.

Moscou

Crédit : Igor Gavar

Beaucoup de gens me posent des questions sur mes cheveux. Non, ils ne sont pas colorés. Ma rousseur est héréditaire.

RBTH exprime sa reconnaissance au créateur du site Oldushka.com Igor Gavar pour les documents mis à sa disposition

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.