La vie soviétique de la plus célèbre patiente de Carl Jung

Source : kinopoisk.ru

Source : kinopoisk.ru

La plupart des gens ne connaissent Sabina Spielrein que par l’interprétation qu’en fit Keira Knightley dans le film « A Dangerous Method » de 2011. Toutefois, cette psychiatre, dont on fête cette année les 130 ans de la naissance, a réalisé une importante contribution dans les domaines de la psychiatrie et de la pédologie. RBTH a demandé à l’auteur de sa biographie « Sexe contre Survie » John Launer d’évoquer la période soviétique de sa vie.

Sabina Spielrein était une psychiatre et pédiatre juive de Russie, célèbre pour avoir été la patiente du psychologue Carl Gustav Jung. Elle devint l’une de ses maîtresses avant de le quitter pour devenir une partisane de son rival Sigmund Freud. De plus un plus de gens la reconnaissent maintenant comme l’un des penseurs les plus originaux du domaine de la psychologie au XXe siècle.

En avance sur son temps

Spielrein est née à Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie (environ 1 000 km de Moscou) en 1885, mais travailla à Zurich, Vienne, Berlin, Genève et Moscou avant de retourner dans sa ville natale pour les vingt dernières années de sa vie.

En raison des préjugés antirusses de l’occident, de l’antisémitisme et des répressions staliniennes contre les intellectuels, son travail est resté pratiquement inconnu jusqu’à aujourd’hui. Elle écrivait dans trois langues, le russe, l’allemand et le français, et étudiait une vaste gamme de thèmes psychologiques. 

La somme des succès intellectuels de Spielrein est extraordinaire. Alors qu’elle était encore étudiante en médecine, elle aborda les méthodes qui permettent de comprendre comment parlent les personnes atteintes de schizophrénie : elle fut la première à y déceler une forme spéciale de logique. Un an plus tard, en 1912, elle écrivit un article intitulé La destruction comme cause du devenir.

Elle se basait sur la théorie darwinienne de la préservation des espèces, établissant un lien entre l’angoisse de mort et le besoin de se reproduire. Elle y convoque Nietzsche et les écrivains et philosophes symbolistes Vladimir Soliovov et Viatcheslav Ivanov. Elle connaissait également les travaux des grands scientifiques russes de son temps. Certaines des idées développées dans son article anticipent les théories de la psychologie évolutionniste de notre époque. 

Psychothérapeute pour enfants révolutionnaire

Photo d'archive.

Spielrein fut certainement la première personne à utiliser la psychothérapie sur des enfants souffrants de névroses et de phobies et à travailler avec eux par le jeu. Elle comprit l’importance de la relation mère-enfant bien avant que d’autres penseurs n’écrivent sur ce sujet. Certains de ses articles ont un point de vue féministe, et elle comprenait les difficultés rencontrées par les femmes dans leurs choix reproductifs. 

Dans son travail, Spielrein combina la psychanalyse avec l’étude du développement, de la biologie et de la neuropsychologie des enfants. Elle travailla avec le psychologue de l’éducation Jean Piaget et fut sa psychanalyste. Ensuite, jusqu’à la fin de l’année 1924, elle contribua à l’organisation d’un célèbre jardin d’enfants psychanalytique à Moscou, qui servait également de laboratoire de recherche sur le développement des enfants.

Beaucoup d’enfants de dignitaires soviétiques s’y rendirent, y compris le fils de Staline, Vassili. Durant le temps qu’elle y passa, Spielrein enseigna aux deux éminents neuropsychologues russes que sont Alexander Louria et Lev Vygotsky.

Héritage perdu

Après son retour à Rostov en 1923, elle contribua à développer la pédologie russe. C’était une science qui s’efforçait d’abattre les barrières entre les approches médicale, psychologique et éducative des enfants. L’historien Alexander Etkind a écrit sur l’histoire de la pédologie et les contributions qu’elle y fit. Un siècle plus tard, toutes ces idées et ces méthodes de travail semblent très en avance sur leur temps.

Spielrein fut assassinée de façon tragique avec ses filles par un escadron de la mort nazi dans le ravin de Zmeïevski près de Rostov en 1942. Par la suite, elle fut complètement oubliée aussi bien à l’ouest qu’en Russie. Les historiens n’ont commencé à redécouvrir son travail que dans les années 1980 et 1990.

Quel est l’héritage de Sabina Spielrein aujourd’hui ? Malheureusement, de nombreux psychiatres et psychologues n’ont jamais entendu parler d’elle ; ou bien ne la connaissent que comme la patiente hystérique et la maîtresse passionnée incarnée par l’actrice Keira Knightly dans le film de David Cronenberg A Dangerous Method

Beaucoup utilisent les idées qu’elle inventa, sans réaliser qu’elle écrivait déjà à ce sujet il y a cent ans. Il n’existait aucune biographie précise d’elle jusqu’à il y a quelques années, quand Sabine Richebaecher en écrivit une en allemand : elle est maintenant disponible en russe.

Les penseurs russes ont souvent été ignorés ou oubliés dans les universités et les livres d’histoire occidentaux. Dans les manuels de psychologie du futur, Sabina Spielrein mérite une place de choix. Je crois que les gens finiront par reconnaître son importance dans l’histoire intellectuelle du XXe siècle. 

John Launer est docteur, psychothérapeute familial, éducateur et écrivain. Il est l’auteur du livre « Sexe contre survie : la vie et les idées de Sabina Spielrein. »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.