Polina Gagarina : une étoile en route vers l’Eurovision

La carrière scénique de Gagarina commence en 2003 avec sa victoire à l’émission musicale télévisée Fabrika Zvezd-2 (équivalent de la Star Academy, ndlr).

La carrière scénique de Gagarina commence en 2003 avec sa victoire à l’émission musicale télévisée Fabrika Zvezd-2 (équivalent de la Star Academy, ndlr).

Polina Gagarina se prépare à se rendre à Vienne pour représenter la Russie à l’Eurovision. Auparavant, elle a pu enregistrer la bande originale du blockbuster russe Bataille pour Sébastopol et jouer au cinéma.

Fan de Whitney Houston

Polina Gagarina a passé son enfance en Grèce où sa mère, la danseuse de ballet Ekaterina Moutchkaïeva, avait un contrat avec le producteur grec au sein du ballet Alsos. Polina avait 4 ans quand, en 1991, sa famille a quitté Moscou pour Athènes. Ses proches ont remarqué ses capacités vocales dès son plus jeune âge. « J’étais toute petite quand j’ai organisé mon premier concert devant mes parents – je me suis levée et j’ai commencé à chanter la chanson populaire Khodit Vania. Emportée par la chanson, j’ai hurlé la partie vocale avec tant d’âme et d’émotion que mes parents étaient morts de rire », se souvient Polina sur son site.

Le décès soudain de son père l’a amenée à revenir en Russie. Pas pour longtemps. C’est en Grèce que Polina a commencé l’école élémentaire : « A part la garderie auprès du Bolchoï, je n’ai pas de souvenirs d’enfance à Moscou ».

Quand le contrat de sa mère a pris fin et que la famille est de nouveau retournée en Russie, Polina a commencé à préparer ses concours d’entrée dans une école de musique. Le film Bodyguard et la bande originale de Whitney Houston ont déterminé son choix: à l’examen d’entrée, Gagarina a lancé à l’accompagnateur : « Pas d’accompagnement pour moi ! » et a interprété I will always love you a capella. Polina a été prise immédiatement.

Nom qui porte chance

La carrière scénique de Gagarina commence en 2003 avec sa victoire à l’émission musicale télévisée Fabrika Zvezd-2 (équivalent de la Star Academy, ndlr). La décision de participer, d’après la chanteuse, était spontanée : « je voulais simplement saisir cette chance ». Gagarina est remarquée par la Russie tout entière, mais un silence s’en suit : Polina disparaît des écrans et renonce à collaborer avec son producteur. Plus tard, elle avouera : « J’avais peur de perdre ma singularité et le droit à ma propre voie artistique ». Elle décide de reprendre les études et obtient un diplôme du collège d’art jazz-pop, ainsi que le diplôme avec mention de l’École-studio MKhAT.

Le silence prend fin en 2005, quand elle s’est fait remarquer au concours international New Wave à Jurmala (Lettonie) avec la chanson Kolibelnaïa (Berceuse), devenue rapidement un hit. En 2007, elle enregistre son premier album Poprosi ou Oblakov (Demande aux Nuages), suivi de plusieurs années de tournées à travers le pays.

Son deuxième album, O Sebié (Sur Moi), sort en 2010. Dans son entretien avec le magazine 7 days, Polina explique qu’il marque le début de sa « meilleure période artistique, qui continue à ce jour » : collaboration avec le célèbre producteur Konstantin Meladze, participation à des spectacles musicaux en Ukraine et en Russie, prix et distinctions nationales.

Sa voix et sa vie sont aujourd’hui assurées à hauteur de 1 million de dollars. Gagarina explique que le nom de famille du cosmonaute légendaire contribue à son succès – le public réagit positivement au nom Gagarina. La chanteuse confirme, toutefois, n’avoir aucun lien de parenté avec lui.

« J’espère être une bonne actrice »

À l’Eurovision 2015, la chanteuse présentera la ballade rock A Million Voices. La chanson est le fruit d’une collaboration internationale, créée par les producteurs suédois Gabriel Alares et Joakim Björnberg, la musicienne Katrina Noorbergen, installée à Berlin, ainsi que le musicien Leonid Goutkine et le compositeur Vladimir Matetski, tous deux Russes.

Gagarina estime que la chanson lui convient parfaitement. « C’est une chanson du monde, une chanson pour tout le monde. C’est ce que disent ces millions de voix », a expliqué Gagarina dans un entretien avec la Première chaîne russe.

Certains la mettent en garde : avec le conflit ukrainien et les sanctions, l’attitude envers la Russie n’est pas spécialement favorable ; dans une telle conjoncture, il sera très difficile de remporter la victoire. Mais la chanteuse ne s’en soucie guère. Elle plaisante : « J’ai de la chance : je suis une femme. J’ai doublement de la chance – j’ai les cheveux de la bonne couleur et suis parfaitement apolitique. Ce que je sais faire dans la vie c’est chanter et faire des shows. J’espère aussi que je suis une bonne actrice – un film où j’ai joué sort bientôt …».

Avant de se lancer dans la préparation de l’Eurovision, Gagarina a pu jouer dans plusieurs films et enregistrer la bande originale du film Bataille pour Sébastopol qui s’est classée troisième au top de l’iTunes russe. Actuellement, la chanteuse se prépare au concours qui aura lieu à Vienne. Elle refuse de dévoiler les détails de son numéro et se contente d’intriguer ses fans en disant qu’il « sera certainement en blanc ».

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #eurovision


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.