Scandale autour de Tannhäuser : le Bolchoï invite le metteur en scène, le parquet fait appel

Timofeï Kouliabine. Crédit : Evgueni Kourskov/TASS

Timofeï Kouliabine. Crédit : Evgueni Kourskov/TASS

« En effet, le Bolchoï envisage d’inviter Timofeï Kouliabine à mettre en scène un spectacle pendant sa prochaine saison. Le titre concret ne sera annoncé qu’en mai lors d’une conférence de presse consacrée à nos projets pour la nouvelle saison. J’ai vu plusieurs réalisations de Kouliabine, notamment sa mise en scène d’Eugène Onéguine, présentée l’année dernière dans le cadre du festival Masque d’or », a déclaré le directeur du théâtre, Vladimir Ourine.

Dans le même temps, le parquet de Novossibirsk envisage de faire appel de la décision du magistrat du district central de la ville, Ekaterina Sorokina, sur l’arrêt des poursuites engagées contre le metteur en scène de l’opéra Tannhäuser Timofeï Kouliabine et contre le directeur de l’Opéra de Novossibirsk Boris Mezdritch, a appris l’agence TASS auprès du procureur adjoint de la ville, Igor Stassioulis.

Et d’ajouter qu’il espérait recevoir une copie du verdict au cours de la journée de vendredi, ce qui lui permettrait de faire appel de la décision du magistrat dès le lundi 16 mars.

L’arrêt des poursuites, rendu public le 10 mars, a été accueilli par des applaudissements des gens présents dans la salle du tribunal.

L’œuvre de Richard Wagner Tannhäuser a été montée sur la scène de l’Opéra de Novossibirsk en décembre 2014. L’action de l’opéra se déroule de nos jours. Dans la version de Timofeï Kouliabine, Jésus Christ devient le personnage d’un film érotique tourné par le chevalier Tannhäuser.

Le métropolite de Novossibirsk et de Berdsk Tikhon a porté plainte auprès du parquet contre le metteur en scène et le directeur du théâtre. Des procédures administratives pour « Profanation publique délibérée de la littérature religieuse ou théologique ainsi que des objets de culte, des symboles, des emblèmes et des attributs idéologiques ou leur endommagement ou destruction » ont alors été engagées.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.