La musique russe au féminin

Elles sont jeunes, modernes, talentueuses et belles. Qui régnera sur la scène musicale russe d’ici quelques années ? À l’approche de la Journée internationale de la femme, RBTH a sélectionné cinq musiciennes russes qui ont toutes les chances de devenir des stars et de propulser la musique russe au niveau international.

Naadia

Source : service de presse

Nadejda Gritskevitch est une nouvelle icône de la scène indie russe, leader des groupes Naadia et Moremoney. Apparue pour la première fois au printemps 2013 avec son clip Pirati (Les Pirates), le groupe Naadia s’est imposé comme le plus brillant nouveau venu sur la scène russe. Quand cette fille intelligente à la voix insolite chante avec son style froid inimitable, elle vous donne la chair de poule. Cela faisait longtemps qu’une musique aussi moderne n’était pas apparue en langue russe. En deux ans d’existence, Naadia a donné plus de 30 concerts, participé à des principaux festivals nationaux et réalisé sa première tournée dans les villes de Russie et d’Ukraine. La rédaction russe d’iTunes a classé Naadia comme l’une des dix étoiles montantes de l’année, alors que l’album du groupe sorti fin de l’année dernière s’est classé dans les Tops des publications musicales prestigieuses.

 

Yana Blinder

Yana BlinderSource : service de presse

Yana Blinder est considérée comme l’une des chanteuses les plus polyvalentes sur la scène russe. Elle a toutes les chances de devenir une pop star d’envergure internationale, mais reste, pour le moment, peu connue du public. Ses faits d’armes comprennent la participation aux projets expérimentaux de SPDSC, Vagina Vangi, 30 Colours Of White, une collaboration avec le très ancien Bravo et la participation à l’émission Golos (adaptation russe de The Voice) sur la Première chaîne. Deux semaines après son premier concert, Yana Blinder chantait déjà en première partie du groupe vétéran de pop-rock Blondie. La chanteuse qualifie son style de « pop indie-post-rave », laissant entendre que sa musique échappe à toute définition. Yana se positionne comme « une petite fille juive de Rostov-sur-le-Don », mais chante en anglais. Cette langue lui est plus proche, car la chanteuse a grandi à l’étranger, principalement en Espagne.

 

Moosia Totibadze

Crédit : PhotoXPress

Le jeune âge de Moosia Totibadze, 18 ans, étudiante de l’École-studio duThéâtre d’art de Moscou (MKhAT) dotée d’une toison rousse incandescente et d’un physique de mannequin, ne lui a pas encore permis d’accomplir beaucoup d’exploits. Dans la presse glamour, elle est connue pour ses origines bohème (elle est la fille de l’artiste Constantin Totibadze) et sa participation au Bal des débutantes de Tatler. Quant à sa carrière musicale, Moosia n’a, pour le moment, enregistré que deux singles. Le premier d’entre eux, le hit disco ironique Pravda o Lioubvi (La vérité sur l’amour), a immédiatement enflammé Internet et conquis les clubbers moscovites. Dans tous les cas, un avenir brillant lui est assuré : avec ses qualités physiques et vocales, la jeune femme est sure de devenir une star, si ce n’est sur la scène musicale, du moins au cinéma.

 

Dasha Luks

Source : service de presse

Il y a cinq ans, Dasha Luks a mis Internet en émoi avec son clip amateur Boguinia Krasoti (Déesse de la beauté). Sa pop electro enjouée dans l’esprit des années 80 et sa capacité à non seulement se produire en concert, mais aussi à créer de grands show pleins d’humour et de costumes extravagants, ont rapidement attiré l’attention des milliers de fans et des médias. Se positionnant à mi-chemin entre la danse-pop et la musique indie, Dasha s’est produite sur les meilleures scènes de Moscou, a fait des tournées à travers toute la Russie, et s’est produite aux Etats-Unis. Elle a sorti deux albums en russe et en anglais et sept clips dont l’un a été réalisé par la chaîne américaine MTV. En 2015, Luks promet de revenir pour revendiquer le titre de Madonna ou Lady Gaga russe avec une force renouvelée.

 

Jekka

Source : service de presse

La jeune architecte moscovite Evguenia Nedosekina est la meneuse et l’idéologue du projet Jekka. Elle a enregistré une vingtaine de morceaux dans un genre qu’elle définit elle-même comme « musique pop electro éclectique ». Jekka tire l’inspiration pour ses nouvelles chansons dans les morceaux classiques de David Bowie, Bjork et Aretha Franklin, ainsi que dans les nouvelles chansons d’artistes tels que Tune Yards, Bat for Lashes et Gold Panda.  Fan de nouvelles technologies, Jekka collabore activement avec des vidéastes et se produit aux festivals internationaux progressifs tels que Stereoleto (Saint-Pétersbourg) et FORMA (Moscou).

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.