Découvrir une Russie insoupçonnée

Crédit : Aurélien Mas

Crédit : Aurélien Mas

L’écrivain et voyageur français Cédric Gras vient de publier son nouveau livre « L’hiver aux trousses », qui clôt sa trilogie sur la Russie d’Orient. Dans cette nouvelle œuvre, il raconte le voyage à la poursuite de l’automne qu’il a entrepris en 2013 avec le photographe Aurélien Mas. Dans un entretien à RBTH, l’écrivain parle de son œuvre et de sa perception de la Russie.

Crédit : Aurélien Mas

Comment avez-vous découvert le pays et qu’y avez-vous trouvé d’exceptionnel ?

Un hasard de la vie. Suite à un grave accident d'alpinisme je me suis retrouvé limité physiquement pendant quelques mois,(…) j'ai décidé de faire fonctionner mon cerveau et d'apprendre une langue. Dire pourquoi j'ai choisi alors le russe m'est impossible !

Contrairement à la plupart de mes compatriotes, j'ai découvert la Russie par l'Orient, un peu comme un Chinois ou un Japonais. Mes premiers voyages ont tout de suite eu pour théâtre la Sibérie et les rivages du Pacifique. C'est cette région que j'aime particulièrement et c'est à son sujet que je prends la plume. 

Pour vous la Russie c’est avant tout sa nature et sa géographie – comme vous êtes alpiniste et géographe de formation – ou son peuple ? 

Sa géographie évidemment car l'espace est la clé de tout le reste. Il fait en sorte que la Russie confine à l'Europe comme à l'Orient, il influence violemment le caractère de son peuple, il s'impose aux gouvernements, il étale la diversité ethnique. Tout cela est uni par la langue qui, elle, varie à peine d'un point cardinal à l'autre. 

À quel moment avez-vous pris la décision d’écrire sur la Russie et quelle était votre motivation ? 

Je me suis senti autorisé à écrire car je parlais d'une Russie orientale qu'on connaît à peine en Europe. Il n'y avait guère d'ouvrages sur la façade pacifique. J'ai voulu combler ce manque en relatant mes voyages certes mais aussi en faisant partager mes recherches. C'est ce que j'ai appelé dans mon dernier ouvrage la géographie narrative, une façon de combiner tribulations et remarques pertinentes !

Votre nouveau livre L’hiver aux trousses vient de paraître en France. Pouvez-vous nous en parler ?

Source : service de presse

Il s'agit d'un voyage avec l'automne. Cette saison que je trouve délicieuse apparaît au nord début septembre avant de descendre progressivement vers le sud. J'ai fait de même, entre la Yakoutie et Vladivostok. L'idée était de surfer sur la vague de l'été indien, de prolonger cette saison trop fugace à mon goût. D'où le titre, « L'hiver aux trousses », car j'ai été deux fois surpris par la neige qui peut tomber très tôt dans ces régions. 

Il s'agissait aussi d'une métaphore car, avec tout l'amour que je porte à l'Extrême-Orient russe, cette région connaît un déclin depuis une trentaine d'années. Or les défis de l'ouverture à l'Asie du Nord-Est sont immenses et Moscou doit jouer finement la partie. C'est aussi de cela qu'il s'agit dans ce livre, du destin des Vladivostok, Sakhaline, Khabarovsk et autres villes du fleuve Amour ou de la mer du Japon.

Pour ceux qui n’ont pas encore découvert vos œuvres, comment est la Russie que vous décrivez ? Qu’est-ce que le lecteur occidental y découvrira ?

Le lecteur occidental découvrira une Russie qu'il ne soupçonne pas. Et pour cause, les Moscovites et les Pétersbourgeois eux-mêmes ignorent tout de leurs contrées de Sibérie et d'Extrême-Orient ! Dans mes livres, point de guerre napoléonienne mais des combats avec les Mandchous, pas de conflit gazier en Ukraine mais des contrats fleuves avec Tokyo et Pékin, une perception de l'idée de nord et du sud déboussolée par les courants froids des mers d'Okhotsk et du Japon, une autre géographie, un autre monde, mais la Russie malgré tout !

Actuellement vous travaillez en Ukraine, pensez-vous un jour retourner en Russie ? 

Jusque là je suis retourné chaque année en Extrême-Orient russe. Mon contrat en Ukraine va toucher à sa fin. Tout est possible !

Quels sont vos projets et vos lecteurs fidèles peuvent-ils s’attendre à d’autres livres sur la Russie ?

Je pense que ce livre est le dernier sur la Russie d'Extrême-Orient. Après Vladivostok , neiges et mousson en 2011 puis Le Nord, c'est l'Est en 2013 la trilogie est bouclée !

J'écris désormais sur le conflit de l'Est ukrainien...

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.