Zapekanka, le second petit-déjeuner soviétique

Crédit : Anna Kharzeeva

Crédit : Anna Kharzeeva

Mon deuxième menu soviétique est important : il s'agit du « second » petit-déjeuner. Ceux qui sont allés à l'école ou au jardin d'enfants en URSS s'en souviennent toute leur vie. C'était souvent du zapekanka : un aliment quelconque râpé et cuit avec un œuf, servi avec du pain et du lait ou du thé.

J'ai choisi de préparer du zapekanka aux fruits, aux légumes et au fromage blanc. Le nom est étonnamment étrange et bien loin des zapekanki que j'ai déjà pu manger. En fait, les légumes mentionnés ne sont rien d'autre que des carottes. Les autres ingrédients sont des pommes, des raisins secs, des épinards, du sucre et des figues. Pour moi, les figues sont un fruit exotique, et j’étais très étonnée quand ma grand-mère m’a dit : « Les figues, un fruit exotique ? Mais non... On en trouvait beaucoup qui venaient d'Arménie ou d'Azerbaïdjan : des blanches, des violettes, de toutes les sortes. » J'étais également surprise en préparant ce plat, car il était vraiment réussi. Les ingrédients se marient bien entre eux, et constituent effectivement un repas « sain et savoureux ».

La seule chose qui me laissa perplexe étaient les consignes plutôt vagues : par exemple, il faut passer le mélange d'ingrédients au four. À quelle température ? Pendant combien de temps ? Comment sait-on que c'est cuit ? De nos jours, une telle recette ne serait pas acceptée sur Marmiton ou un autre site de recettes. Surtout que le livre est supposé aider les « femmes au foyer », qui n'ont pas forcément d'expérience en la matière.

Les « 35 grammes de carottes » m'ont aussi prise au dépourvu – me voilà une demi-carotte à la main, à me demander si elle pèse 15, 20 ou 35 gramme – loin de « la moitié d'une grande carotte » habituelle. Et je me suis interrogée sur le « demi-œuf ». Je me souviens avoir vu des balances dans plusieurs cuisines soviétiques, donc on devait probablement procéder ainsi à l'époque. Bref, je doute que quelqu'un puisse aujourd'hui trouver cette recette facile à réaliser.

Laissez-moi vous expliquer l'importance du zapekanka en URSS et au début de l'ère post-soviétique. Quand la nourriture était « introuvable », comme dirait ma grand-mère, il fallait utiliser et recycler tout ce qu'on avait sous la main. Il vous reste du riz de la veille et une demi-pomme ? Râpez la pomme, mélangez-la au riz, ajoutez un peu de sucre et un œuf, et vous obtenez un zapekanka ! C'est ce que faisait mon arrière-grand-mère. Pommes de terre, chou, pâtes : la plupart des aliments ont fini dans un zapekanka ! Je pense que c'est pour cela que je n'ai pas les yeux qui brillent d'excitation quand ma grand-mère dit qu'elle faisait du zapekanka, comme c'est le cas avec les pirojki, des tourtes russes traditionnelles.

Et c'est pour cette raison que la recette du livre me semble farfelue : non parce que les ingrédients étaient introuvables, mais parce qu'ils n'auraient sûrement pas étés cuits ainsi, s'ils étaient de bonne qualité.

Je vais préparer ce zapekanka pour ma grand-mère, pour voir s'il lui évoque des souvenirs, et je vous tiendrai au courant vendredi prochain !

Recette :zapekanka aux fruits, aux légumes, et au fromage blanc

1 pomme

20 g de raisins secs

20 g de figues

50 g de fromage blanc

1 œuf

1 cuillerée à soupe de beurre (15 g)

2 cuillerées à café de sucre (10 g)

1 cuillerée à café de semoule (5 g)

35 g de carottes (environ 1/2 carotte)

25 g d'épinards (1 botte)

30 g de crème aigre

Préparation

Émincer les fruits et légumes. 

Faire cuire les carottes dans 10 cl d'eau. Ajouter l'épinard haché, et laisser mijoter 5 min, puis ajouter les pommes et les figues émincées, la moitié de l’œuf, et mélanger le tout. 

Passer le fromage blanc au tamis, le mélanger à la semoule, au reste d’œuf et aux raisins secs.  

Graisser un plat allant au four.

Alterner des couches de fromage blanc et de fruits jusqu'à épuisement des ingrédients.

Égaliser la surface, recouvrir de beurre, et cuire le tout.

Servir avec de la crème aigre.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.