Six évènements culturels pour la semaine du 2 au 8 juin

Linkin Park. Crédit photo : Photoshot/Vostockphoto

Linkin Park. Crédit photo : Photoshot/Vostockphoto

De passage à Moscou ? RBTH vous propose chaque semaine une sélection d'événements culturels à ne pas manquer.

Lundi 2 juin

Titulaire de deux Grammy, le groupe américain Linkin Park est l’un des fleurons du style nu métal ayant popularisé la musique alternative. Leur premier album, sorti en 2000, demeure à ce jour l’un des disques les plus vendus au XXIsiècle, alors que leurs chansons occupent les principales places des classements musicaux des quinze dernières années.

En juin, Linkin Park viendra en Russie pour la cinquième fois. Lors de leurs précédentes visites, le groupe a donné 6 concerts à guichet fermé à Moscou et à Saint-Pétersbourg, en 2011 ils ont même donné un concert gratuit sur la scène ouverte à côté du Kremlin de Moscou.

En juin de cette année, les musiciens sortiront leur sixième album intitulé Hunting Party, les chansons de cet album seront, sans doute, jouées lors du concert à Olimpiisky.

www.tickets.olimpik.ru (en russe)

Mercredi 4 juin


« Chevalier », Oleg Tsalikov. Source : Service de presse

L’artiste non-conformiste Oleg Tselkov fête cette année son 80e anniversaire. À cette occasion, le fonds culturel Ekaterina a préparé une vaste exposition : quarante-cinq tableaux de toutes les périodes artistiques du peintre.

Comme tous les artistes underground des années 1960 en Union soviétique, Oleg Tselkov n’était exposé que dans les expositions informelles. Le pouvoir reprochait à l’artiste de peindre des masques fantasmagoriques, des images hideuses et disproportionnées des gens, plutôt que des ouvriers soviétiques.

Dans son art, Tselkov s’inspirait du primitivisme et des œuvres de Malévitch. Cela entrait en contradiction avec le style officiel – le réalisme socialiste – ainsi qu’avec la propagande soviétique. En 1977, Tselkov a émigré en France et vit à Paris. Le retour de son art en Russie a eu lieu assez récemment, une grande exposition de ses œuvres a été organisée au Musée russe et à la Galerie Tretiakov en 2004.

Les œuvres de Tselkov font partie des principales collections au monde, à l’Ermitage, à la Galerie Tretiakov, au Musée russe, au Musée Pouchkine, au Musée Zimmerli à l’Université Rutgers aux États-Unis, ainsi qu’au Stedelijk Museum aux Pays-Bas.

www.ekaterina-fondation.ru (en anglais)

Vendredi 6 juin

Un orchestre symphonique est un modèle de société totalitaire dirigée par un dictateur, le chef d’orchestre. Le dictateur y a ses sbires – les responsables des groupes orchestraux, et ses serviteurs fidèles – les premiers violons. Il a également ses dissidents : toutes sortes d’outsiders parmi les simples musiciens.

Le premier à montrer les conflits sociaux au sein d’un orchestre fut le génial réalisateur italien Frederico Fellini dans sa comédie satyrique Répétition d'orchestre, réalisée en 1978. Le 6 juin, la première de la pièce du même nom aura lieu au théâtre musical Natalia Sats.

La pièce est tirée du film et sera accompagnée de musiques par d’autres grands Italiens : Verdi, Donizetti, Rossini et, bien sûr, Nino Rota, le compositeur de toutes les bandes son des films de Fellini.

La principale idée de Fellini, que les artistes du théâtre disent chercher à incarner sur scène, est comment, dans les conflits permanents entre les musiciens, naît la vraie musique. Comment un orchestre parvient à oublier ses contradictions pour devenir un tout sur scène et à se dissoudre dans les chefs d’œuvre musicaux.

www.teatr-sats.ru (en russe)

Samedi 7 juin

Samedi et dimanche prochains, le parc Kolomenskoye de Moscou accueille le 4e festival de la reconstruction historique « Times and epochs » (Ages). Le festival gagne rapidement en popularité – en 2011, lors de sa première édition, il a attiré 50 000 personnes, alors que l’année dernière, ce nombre a été multiplié par quatre.

Chaque année, les organisateurs avec l’aide des équipes de reconstructeurs du monde entier, préparent un spectacle portant sur une époque différente. Cette année, il s’agit de l’époque de la Première Guerre mondiale, dont le centenaire sera célébré cette année.

Les sites interactifs et ludiques du festival permettront aux visiteurs de découvrir la vie quotidienne de toutes les couches sociales du début du XXe siècle. Vous pourrez jeter un coup d’œil dans un salon de la mode de l’année 1914, faire une photo selon les techniques du début du siècle, participer à l’activité d’une imprimerie clandestine, à une grève des ouvriers et à un tournoi de lutte.

Et, bien sûr, sur le site principal « La Grande Guerre », vous pourrez vous rendre dans les camps russes, allemands, austro-hongrois, découvrir les équipements et les exercices militaires de l’époque. Sur le champ de bataille, les plus grandes scènes de bataille de la Première Guerre mondiale seront reproduites.

www.ratobor.com (en russe)

Source : Service de presse

Deux festivals consacrés à la culture italienne auront lieu à Moscou. Les 7 et 8 juin, la Maison centrale des Artistes accueille le festival Italomania. Au programme – des conférences et des séminaires sur la culture italienne, des master classes de cuisine, une rétrospective de films italiens, des vernissages de peintres italiens, la vente de livres sur l’Italie et en langue italienne.

Un programme musical est préparé pour les spectateurs du festival : la grande salle de la Maison centrale des Artistes accueille le musicien rock Filippo Gatti, la chanteuse napolitaine Monica Santoro et le groupe Senza fine, ainsi que les chanteurs d’opéra de l’Académie russe de musique Gnessine.

www.italoman.ru (en russe)

Parallèlement, le 7 juin, un autre festival italien, intitulé Amore Italia, aura lieu au parc Krasnaïa Presnya. Il accueillera des défilés de mode de créateurs italiens, un marché de produits italiens, des animations pour enfants, un cinéma à ciel ouvert, un vernissage artistique, un programme de musique et de danse ainsi qu’un Carnaval de Venise.

www.myfest.ru (en russe)

 

Préparé par Dmitriy Romendyk

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.