Vingt-quatre rencontres pour éditer un livre

Crédit photo : www.librairieduglobe.com

Crédit photo : www.librairieduglobe.com

Vingt-quatre rencontres, menées par des spécialistes et professeurs, se tiendront au sein de la Librairie du Globe de Paris, sur plus de deux ans, à raison d'environ une par mois.

L'élaboration de la publication a commencé le 15 mai 2014, avec une conférence sur les premiers écrits et la tradition orale, conduite par Luba Jurgenson et Anne Coldefy-Faucard.

C'est le poète et traducteur André Markowicz, qui a soutenu la librairie en y orgnisant régulièrement des rencontres, qui est à l'origine du projet. Selon François Deweer, le directeur de l'établissement, « sans l’organisation de ces rencontres, lors desquelles nous avons pu constater qu’un public important était prêt à s’investir dans un projet à long terme sur le thème de la littérature russe, le projet actuel n’aurait sans doute pas pu être conçu ».

L'objectif de « La littérature russe, ruptures et continuité », est de fournir aux lecteurs français une publication de nos jours inaccessible : une perspective globale des genres et courants, allant des origines (tradition orale et textes religieux) jusqu'au XXIe siècle.

« Notre but, et c’est pour cela que nous avons retenu un plan thématique, et non chronologique, est de montrer la littérature russe dans sa diversité mais aussi dans les thèmes, les styles et les préoccupations qui s’y font écho et assurent une certaine continuité à travers le temps », souligne le directeur.

Même si des auteurs comme Tolstoï, Pouchkine, Dostoïevski ou Gogol sont largement représentés, le projet, est loin de s'en tenir uniquement à ces indémodables auteurs classiques.

Les champs abordés regroupent les thèmes de l'âge d'or et d'argent à travers les œuvres de Lermontov ou Akhmatova, de la littérature avant le XIXe siècle, mais aussi des thèmes conceptuels comme le grotesque et l'absurde (entre autres par Pelevine et Malmeïev), les révolutions, les monstres et fantômes marqués par des auteurs comme Lebedev ou Sologoub, la ville de Saint-Pétersbourg et bien d'autres encore.

Un travail vaste et complet pour les deux auteurs, également professeurs à la Sorbonne, Anne Coldefy-Faucard, fondatrice de la maison d'édition L'inventaire et Luba Jurgenson, écrivain et traductrice.

Détrompez-vous, l'élaboration d'un livre en 24 conférences, visibles sous forme de vidéos en ligne, n'est pas le seul aspect original du projet. Dans le but de rémunérer les auteurs et collaborateurs, mais aussi de préparer et imprimer le livre, François Deweer, directeur de la Librairie du Globe et coordinateur du projet, appelle au financement participatif, dans l'espoir de récolter un total de 12 000 euros.

Il explique sa démarche : « Le budget du projet est important pour une petite structure comme la notre. Une partie sera financée par les entrées aux conférences [8 euros/6 euros pour les membres, ndlrles accès aux vidéos en ligne et bien entendu la souscription au livre à paraître. Une autre partie viendra, nous l’espérons, de partenaires qui souhaiteront nous accorder des subventions ou qui acquerraient les vidéos pour les diffuser, par exemple, auprès de leurs abonnés ».

L'ouvrage La littérature russe, ruptures et continuité, édité par la Libraire du Globe en collaboration avec les éditions L'inventaire devrait paraître en septembre 2016.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.