Fabergé n’était pas le seul

Partout dans le monde, on connaît l’orfèvre-joaillier Karl Fabergé, fournisseur de la cour impériale russe. Ses œufs de Pâques font la fierté de n’importe quelle collection. Mais la Russie comptait de nombreux bijoutiers extraordinaires dont les œuvres étaient tout aussi magnifiques.

Crédits : Fotodom, Itar-Tass, Vostock Photo, RIA Novosti

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, les joailliers étaient considérés comme de simples artisans. Ce n’est que lorsqu’ils ont commencé à participer à des expositions internationales que leurs noms sont devenus de véritables marques commerciales.

Syndrome de Stockholm

Les joailliers suédois Bolin sont arrivés en Russie au début du XIXe siècle, quelques dizaines d’années avant Fabergé. Ils fournissaient principalement les tsars russes, ce qui n’était pas une mince affaire. Ils devaient, par exemple, préparer la dot des filles du tsar. Un seul ensemble nuptial coûtait autant qu’une maison au centre de Saint-Pétersbourg et comprenait une couronne de mariage, quelques diadèmes, un collier et des bracelets, sans oublier les bagues, boucles d’oreilles, etc. La veille du mariage, les nouveaux joyaux des princesses étaient exposés à la vue de tous. Il s’agissait d’une ancienne tradition : la valeur de la future épouse était déterminée par la valeur de sa dot.

La maison de joaillerie Bolin a travaillé en Russie jusqu’à la Première Guerre mondiale, dont le début bloquera Wilhelm Bolin, propriétaire de l’époque, en Allemagne. Le bijoutier a bien essayé de rejoindre la Russie via la Suède, mais il a été coincé à Stockholm où il a ouvert un magasin et est rapidement devenu fournisseur des rois de Suède. Il a ainsi remplacé une monarchie par une autre.

Style russe

L’orfèvre-joaillier et marchand Pavel Sazikov est connu depuis 1793. En 1851, son fils Ignati a apporté à l’exposition de Londres des objets décorés de motifs de la vie rurale tels que l’ours et son maître, la crémière, le chandelier en l’honneur de la bataille de Koulikovo et d’autres œuvres de l’art populaire. Il a même remporté la médaille d’argent pour son chandelier et est rentré à Saint-Pétersbourg muni d’une grande notoriété.

Cette reconnaissance londonienne l’a propulsé aux devants de la scène. Les membres de la cour n’effectuaient plus leurs achats chez n’importe quel artisan, mais chez un joaillier ayant été reconnu dans la capitale britannique !

Les aristocrates, qui considéraient souvent que les objets précieux français étaient meilleurs que ceux de leur pays, pouvaient de cette manière mettre en évidence leur côté russe. L’importante popularité dont a bénéficié le style russe n’est pas si étonnante. Les Européens appréciaient également cette mode « à la russe ». À l’exposition de Vienne de 1873, Le joaillier Ivan Khlebnikov avait notamment surpris les spectateurs avec son samovar et son service pour le thé. Le samovar était présenté sur des pattes de coqs et ses poignées étaient en forme de têtes du même oiseau. Les tasses massives étaient quant à elles décorées de pierres précieuses et d’émail. Une telle beauté ne pouvait pas passer inaperçue et échapper aux éloges. Khlebnikov est revenu de l’exposition avec la reconnaissance et a continué son artisanat avec encore plus d’enthousiasme.

Il tirait les thèmes de ses œuvres dans l’histoire et la littérature, comme les scènes de la vie d’Ivan le Terrible et du saint orthodoxe Serge de Radonège, ou des vers de Mikhaïl Lermontov. Mais ses émaux constituaient la partie la plus intéressante de son travail. Le Musée historique d'État conserve d’ailleurs un récipient à vin des années 1870, fabriqué en forme de carafe-coq et de gobelet-poussin, et décoré d’émail champlevé. Cette technique était également utilisée pour les plats en argent et en or.

Ascenseur social

Pavel Ovtchinnikov était aussi connu pour ses objets en émail. Le joailler a acquis une certaine gloire grâce à ses techniques comme le cloisonné, le peint, le vitré et le vitraillé. Le cloisonné était utilisé à l’époque de la Rus de Kiev où elle était arrivée en provenance de Byzance, avant de disparaître pendant le joug tataro-mongol. C’est Ovtchinnikov qui a réussi à la faire revivre.

Son destin n’est pas banal. Il est né dans une famille de serfs. On a cependant très vite découvert chez le garçon un talent pour le dessin, raison pour laquelle il a été envoyé dans l’atelier des arts en or et argent. En huit ans de travail, il a récolté assez d’argent pour racheter sa liberté, s’est marié avec une femme riche et a ouvert son propre atelier.

À ses 24 ans déjà, le chiffre d’affaires annuel de son atelier s’élevait à un demi-million de roubles. Si on transpose cette fortune à notre époque, cet argent suffit pour tourner le film Titanic. À l’époque, 600 personnes travaillaient pour lui. Et ce n’est pas tout. À 35 ans, Ovtchinnikov est devenu fournisseur de la cour, avant d’être nommé citoyen d’honneur et cavalier de plusieurs ordres.

Après la révolution de 1917, les joailliers ont commencé à émigrer. Il était en effet impossible de travailler à cause de la famine, du chaos et des expropriations de bijoux pour les besoins de la classe ouvrière. Le secteur a connu une renaissance progressive mais avec une autre école, une autre esthétique. Le style sublime des joaillers des tsars n’est désormais visible que dans les musées et collections privées. 

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.