Ulyana Sergeenko : histoire d’une marque insolite

Crédit : Getty Images / Fotobank

Crédit : Getty Images / Fotobank

Le défilé de la jeune marque russe Ulyana Sergeenko s’est déroulé lors de la récente Semaine de la Mode de Paris. Le thème du voyage imaginaire à travers l’Asie Centrale, idée centrale de la collection, a conquis de nombreux critiques de mode.

La marque Ulyana Sergeenko est née il n’y a pas si longtemps. Le premier défilé a eu lieu en 2011, et la marque partage aujourd’hui les podiums avec Chanel et Balenciaga. Ulyana est qualifiée de Russian Lady, de poupée russe, d’icône du style à la russe.

Devenue l’épouse du millionnaire Danil Khatchatourov, l’ambitieuse jeune fille de la ville kazakhe d’Oust-Kamenogorsk a commencé à mener une vie sociale active en se rendant à toutes sortes d’événements du milieu de la mode. C’est là-bas qu’elle s’est épanouie. Des vêtements hors du commun, ne ressemblant pas à la mode classique, des tenues bien pensées et harmonieuses, ainsi que sa manière de se tenir en public ont fait que l'ensemble du monde de la mode parle de « cette Sergeenko ».

Ses looks caractéristiques, avec de somptueuses jupes tombant jusqu’aux chevilles, de chastes chemisiers arrivant jusqu’à la gorge, des lèvres écarlates et des foulards noués vers l’arrière sont devenus habituels dans les reportages de mode et les revues. Une combinaison insolite de modestie et de sexualité. C’est en grande partie grâce à notre héroïne que l’Occident est actuellement soulevé par une vague d’intérêt pour les styles à la russe et russe retro.

La majeure partie de ses tenues sont cousues sur commande ou étaient habillement stylisées à l'aide d'éléments décoratifs. C’est ainsi qu’a débuté l’histoire de la marque Ulyana Sergeenko, qui ne cesse de gagner en popularité à travers le monde entier. A l’heure actuelle, figurent parmi ses clients Lady Gaga, Sarah Jessica Parker, Anna Dello Russo, Carine Roitfeld, Natalia Vodianova, Miroslava Douma, ainsi que d’autres célébrités.

La majeure partie de ses tenues sont cousues sur commande. Crédit : Getty Images / Fotobank

Ulyana s’est toujours efforcée de s’entourer d’objets de premier choix. « J’ai toujours été intéressée par la mode, enfant je rêvais toujours que je porterai de la haute couture…Je n’avais jamais envisagé que les choses se passeraient de telle façon que la haute couture serait en quelque sorte associée à mon nom, que mon souhait deviendrait réalité, c’est tellement incroyable… ».

En Russie, l’attitude envers Ulyana est ambigüe. Pour certains, elle est intelligente, a atteint la renommée. Pour d’autres elle est une « Rublevskaya Jena » (Femme de Roublevskoe) typique (en deux mots : une épouse qui ne travaille pas, entretenue par son mari, qui a tout dans la vie et ne fait rien) et pour un troisième groupe, elle est une créatrice talentueuse et originale.

Bien que les experts étrangers ne s'intéressent qu'à ses compétences professionnelles, ils ne sont pas tous du même avis à son sujet. Une partie d’entre eux jugent les défilés de la marque trop théâtraux, et les pièces surabondantes et primitives. Une autre partie admire l’originalité de ses collections et la capacité d’Ulyana Sergeenko à repenser harmonieusement l’histoire de son pays.

Certains experts de la mode jugent les défilés de la marque trop théâtraux. Crédit : Ilya Pitalev / RIA Novosti

La première collection de la marque était, d’après Sergeenko, « une illustration de la Vogue soviétique des années 50 » (si une telle chose existait réellement). Des silhouettes retro, des robes longues et étroites, des manteaux de fourrure, des chandails et des sacs en forme de bourses ont favorablement impressionnés l’ensemble des spectateurs du premier défilé, des blogueurs aux acheteurs.

La deuxième collection était encore plus audacieuse. Les tenues à l’esthétique soviétique escomptées ont été agrémentées par de longues robes paysannes bouffantes, des chapeaux de paille et des bodys érotiques intégrant des éléments en chiffon. Depuis lors, les robes longues, les foulards, les couleurs élaborées et délicates ainsi que le « goût russe » éternel sont devenus la carte de visite de la marque.

Les robes longues sont devenues la carte de visite de la marque. Crédit : Getty Images / Fotobank

Aujourd’hui, les stars russes ainsi que les célébrités étrangères comme Dita Von Teese ne sont plus les seules à s’afficher en portant les tenues d’Ulyana Sergeenko. La chanteuse Beyonce est récemment apparue dans le nouveau clip «Haunted» vêtue d’un body en velours aux jabots blancs issus de la collection Automme-Hiver d’Ulyana. Dans le clip vidéo Jealous, Beyonce arborait déjà une pèlerine en dentelle Ulyana Sergeenko sur laquelle ont travaillé 15 maîtres-artisans de Vologda. La mystérieuse « Poupée russe » a remporté des succès conséquents en l’espace de quelques années. Ulyana continue d’enchanter le monde de la mode avec ses figures originales qui restent, de l’avis de beaucoup, la meilleure publicité de sa marque.

Beyonce Haunted. Le spectaculaire body en velours noir avec des jabots blancs kipelno réalisé par les stylistes d’Ulyana Sergeenko et dévoilé pour la première fois au cours du défilé parisien de la collection automne-hiver 2013/2014 de la marque.

Beyonce Jealous. Pèlerine en dentelle noire de la chanteuse spécialement créée pour ce clip suivant une ancienne technique de Vologda sur laquelle 15 personnes ont travaillé pendant deux mois (certaines parties du vêtement ont été cousues lors de la phase finale de l’ouvrage).

 

Et vous, quelles marques russes de vêtements connaissez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #mode


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.