Les couturiers s'emballent pour les podiums

Crédit photo : RIA Novosti

Crédit photo : RIA Novosti

Ces dernières années, la parade des nations organisée dans le cadre des cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques ressemble de plus en plus à un défilé de mode. Les uniformes des équipes nationales, souvent conçus par de célèbres couturiers, provoquent des débats et même des controverses.

 L’équipe russe : des «Snegourotchkas» et des héros des contres de fées

 Le pays hôte des Jeux olympiques de Sotchi essayera cette année de donner le ton des tendances, mélangeant la «saveur locale » et de la personnalité. Cette fois, il n’y aura pas de retro ni de chic, juste la commodité, le confort, la technologie de production dernier-cri et un peu de… contes de fées.

Au cours de la présentation de l’uniforme olympique de l’équipe russe, tenue juste la veille du Jour de l’an, le public a été frappé par la débauche de couleurs : sur la scène ont émergé des jeunes femmes revêtues en manteaux en couleurs du tricolore russe, garnis de vraie fourrure et ornés de motifs folkloriques.

Les athlètes ressemblaient toutes à la Snegourotchka, « fille de neige » du folklore russe. Quant aux sportifs, ils ont fait leur apparition devant les spectateurs en manteaux à double boutonnage, garnis de peau de mouton et ressemblant à des telogreïkas (vestes matelassées), et en ouchankas, chapeaux traditionnels russes.

Quant à l’uniforme sportif que les athlètes porteront au cours de leur séjour au village olympique et durant les entraînements, sa conception sera cette année radicalement différente de ce que nous avons vu lors des Jeux précédents, où les Russes se distinguaient par la « plume de l’oiseau de feu » et l’ornement folklorique sur les vestes.


Crédit photo : RIA Novosti

Cette année, presque tous les vêtements sont ornés de l’abréviation RU, reconnu internationalement comme le sigle officiel du pays. Les deux lettres sont formées par des images d’un Pégase et d’un griffon, appelés à porter le bonheur aux sportifs.

Un costume pour les champions

 Une autre particularité de l’uniforme de l’équipe russe : un élément spécial, conçu exclusivement pour les athlètes participant aux cérémonies de remise de prix. C’est une veste courte élégante en couleurs du drapeau russe. Il s’agit d’une édition limitée : contrairement aux autres équipements, la « veste des champions » ne sera pas commercialisée.

Le hockeyeur russe Pavel Bouré a beaucoup apprécié le nouvel uniforme.

« La présentation des uniformes et la distribution de ceux-ci aux athlètes représentent des événements émotionnels uniques. C’est au moment où l’on reçoit le nouvel uniforme que l’on comprend que les Jeux olympiques démarrent très bientôt. Lorsque l’on essaie pour la première fois le nouvel uniforme, l’on se sent immédiatement membre de l’équipe, l’on ressent l’esprit d’unité. Tu comprends que tu es un élément intégrant du pays que tu représentes », a dit l’athlète.

Couleurs vives, style patriotique

Mais qu’est-ce qui se passe chez les autres équipes ?

L’Allemagne a décidé d’attirer l’attention des milliards de téléspectateurs par des tenues « arc-en-ciel ». Les costumes colorés ont d’abord alerté la communauté internationale, mais les responsables allemands ont rapidement déclaré que la conception choisie pour l’uniforme olympique ne représentait pas un geste politique.

D’après une déclaration officielle du Comité olympique de l’Allemagne, les couleurs des tenues reflètent « les paysage de Sotchi » : à savoir, le turquoise représente la mer Noire, le jaune évoque le soleil et le sable, le vert fait référence aux palmiers, et le blanc symbolise les pics enneigés du Caucase.

L’équipe américaine a, quant à elle, réussi cette fois à éviter un scandale. Comme pour les Jeux de Londres de 2012, c’était la marque Ralph Lauren à qui il a été confié de concevoir les tenues olympiques des athlètes US. Cependant, en 2012, le public américain n’a pas aimé la collection car les vêtements ont été tous produits en Chine. Donc, le Comité olympique américain a décidé cette fois-ci de produire les tenues aux États-Unis.


Crédit photo : RIA Novosti

En ce qui concerne le style, l’uniforme est typiquement américain : les tenues pour les cérémonies d’ouverture et de clôture représentent « un ensemble dynamique des motifs patriotiques et sportifs », tandis que la tenue informelle pour le village olympique comprend un pull en laine sympa, un polo et une veste.

Les accessoires, notamment des chapeaux, des gants, des foulards, des sacs en nylon, des survêtements et une édition limitée de pulls « Polo Bear », conçue exclusivement pour la cérémonie de clôture, sont ornés du drapeau américain et des symboles olympiques.

Les tenues des Jeux de Londres

Revenant aux Jeux de 2012, rappelons les autres équipes qui ont embauché des couturiers. Ainsi, les athlètes italiens ont été vêtus par le célèbre styliste Giorgio Armani, qui avait conçu les uniformes des clubs de foot Chelsea et Inter.

Le designer a créé pour l’équipe olympique de son pays une collection sportive spéciale, comprenant une cinquantaine de divers vêtements et accessoires, y compris des valises. Sur tous les vêtements, l’on pouvait lire les premiers mots de l’hymne national italien. Il est à noter que les membres de la sélection italienne de voile ont été habillés par leur propre couturier, Miuccia Prada.

L’équipe anglaise a embauché Stella McCartney qui a collaboré pour les Jeux de Londres avec une certaine marque sportive célèbre. Pendant deux ans, la designer a tenté de transformer l’Union Jack britannique pour le placer sur les uniformes.

D’après certains Britanniques, la conception finale de McCartney n’était pas idéale : notamment, le rouge, l’une des principales couleurs du drapeau du Royaume-Uni, était trop pâle par rapport aux autres.

Il y avait une autre combinaison de couleurs très populaire à Londres en 2012 : le vert, le jaune et le noir. L’équipe jamaïcaine s’est habillée chez Cedella Marley, la fille du célèbre musicien Bob Marley. En dessinant l’uniforme de l’équipe, elle s’inspirait de la musique et de la culture de la Jamaïque des années 1970 et 1980.

La couturière a également fait référence aux racines africaines du pays. Les tenues comprenaient des robes de toutes sortes, des jupes et des tuniques. Parmi les participants de la présentation de l’uniforme figurait Usain Bolt, l’homme le plus rapide de la planète.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.