Lénine, immortalisé dans le bronze et à l'écran partout dans le monde

Cuba, toujours acquise à l'idéologie communiste, a baptisé un parc entier du nom de Lénine. Crédit photo : AP

Cuba, toujours acquise à l'idéologie communiste, a baptisé un parc entier du nom de Lénine. Crédit photo : AP

90 ans après la mort du dirigeant bolchevique Vladimir Lénine, il reste encore plusieurs monuments à sa mémoire disséminés à travers le monde, tandis que de nouvelles œuvres d'art dont il est le sujet voient le jour.

Bustes et monuments de Lénine - de Cuba à l'Antarctique

À la chute de l'empire soviétique, de nombreux pays ont tenté de clore le chapitre de leur passé communiste aussi vite que possible. Bien que de nombreuses sculptures du « dirigeant prolétaire » aient été détruites ou descendues de leur piédestal, on estime qu'il reste 6000 monuments à la gloire de Lénine à travers le monde.

Cuba, toujours acquise à l'idéologie communiste, a baptisé un parc entier du nom de Lénine. Ouvert à La Havane pour accueillir des activités récréatives de plein air destinées à la classe ouvrière cubaine, le parc est orné d'une statue de Lénine en marbre mesurant 9 m de haut.

Le monument à Tcheliabinsk. Crédit photo : Vladimir Kozlov

En Russie, on trouve l'un des monument dédiés à Lénine parmi les moins conventionnels à Tcheliabinsk, dans l'Oural. Les dons des ouvriers locaux ont financé la construction de ce bâtiment aux allures de mausolée, orné de colonnes, d'un balcon, et d'un buste à l'effigie du dirigeant bolchevique. Il a été inauguré en 1925, peu après la mort de Lénine.

L’île Maurice est certainement l'un des derniers endroits au monde où l'on s'attend à trouver un monument dédié à un dirigeant communiste. Et pourtant, Port-Louis, la capitale, abrite l'un de ces monuments depuis 1983.

Les États-Unis comptent également sur leur sol quelques monuments à la gloire du dirigeant communiste. L'un d'entre eux est placé sur le toit du Red Square, un immeuble de 13 étages construit à la fin des années 80 à East Village. 

Le monument par Youri Gerasimov. Crédit photo : Alamy / Legion Media

Cette statue, créée par le sculpteur Youri Gerasimov, n'a jamais été exposée en public en Russie, et elle gisait dans l'arrière-cour d'une datcha à l'extérieur de Moscou lorsqu'elle attira l'attention d'un des concepteurs de l'immeuble, Michael Shaoul, au milieu des années 90.

Une imposante statue de Lénine de 5 m de haut se dresse sur la côte ouest, à Fremont, dans la banlieue de Seattle. À l'origine, cette œuvre du sculpteur slovaco-bulgare Emil Venkov fut inaugurée en 1988 dans la ville de Poprad, en Slovaquie.

Elle est restée en place pendant un peu plus d'un an, avant d'être discrètement déboulonnée de son socle pendant la « Révolution de velours » en Tchécoslovaquie. Quelques années plus tard, un enseignant américain la retrouva chez un ferrailleur, et elle fut installée à Fremont en 1995.

D'ailleurs, on peut trouver un buste de Lénine aussi loin que l'Antarctique, amené là en 1958 par des chercheurs soviétiques. Le buste de plastique est encore en état, malgré des températures frôlant les -60°C.

Lénine sur pellicule et en plastique : des films aux objets de collection

Sous l'ère communiste, Lénine a fait l'objet de dizaines de documentaires et de films réalisés en URSS, des outils de propagande à faible valeur artistique, aux films de Sergueï Eisenstein, Octobre : dix jours qui secouèrent le monde, et de Dziga Vertov, Trois chants sur Lénine.

Lénine a aussi été repris comme personnage par les cinéastes du monde entier. Le film Nicolas et Alexandra, de Franklin J. Schaffner, se concentre sur le dernier tsar, Nicolas II, détrôné en 1917, avec l'acteur britannique Michael Bryant dans le rôle de Lénine.

Après la chute du régime communiste, le leader bolchevique a été dépeint sur un ton différent, souvent présenté d'une manière peu flatteuse. Le film de Hardi Volmer Minu Leninid (Tous mes Lénines), tourné en 1997, est une comédie sur une école imaginaire où sont formés des doubles de Lénine.

Néanmoins, le film récent le plus connu dont le titre mentionne Lénine est Goodbye Lenin !, réalisé en 2003 par l'Allemand Wolfgang Becker, avec l'actrice russe Chulpan Kamatova. Le film retrace les mois qui ont suivi la réunification allemande en 1990, et montre effectivement Lénine, mais uniquement sous la forme d'une statue emportée au loin comme une relique du passé communiste.

L'artiste Oleg Osmouk, résidant à Norilsk, a également réinterprété le passé communiste à sa manière, en créant des tableaux inspirés des comics, représentant Lénine et d'autre dirigeant bolcheviques. L'une de ses toiles montre Lénine en train d'écraser Batman.

À la fin des années 80, les objets portant des symboles communistes sont devenus à la mode à l'Ouest, grâce aux réformes de la Perestroïka en URSS. Les collectionneurs s'empressaient d'acheter les bustes et les sculptures de Lénine, qui passaient en contrebande plutôt que d'être officiellement exportés.

De nos jours, les objets de collection sur le thème de Lénine ne suscitent guère d'intérêt. Certains articles à l’effigie du dirigeant bolchevique apparaissent pourtant de temps à autre dans des boutiques d'antiquités en ligne.

Sergueï Eisenstein, Octobre : dix jours qui secouèrent le monde. Source : kinopoisk.ru

Une entreprise américaine, spécialisée en « antiquités originales et uniques », propose une statue de Lénine de 5 m de haut, qui était installée près du restaurant Red Square, aujourd'hui fermé, au casino Tropicana d'Atlantic City.

Cette statue érigée en 2005 avait suscité la polémique, et le restaurant avait dû en faire supprimer la tête, et la recouvrir d'une substance ressemblant aux fientes de pigeons, afin d'éviter toute association malencontreuse avec un épisode historique.

Si l'on en croit les photos postées par le vendeur, la statue est aujourd'hui en bon état, et son prix est de 29 500 €.

Ceux qui recherchent plutôt des articles moins cher peuvent, quant à eux, acheter un buste de Lénine en porcelaine, mis en vente par une autre boutique d'antiquités en ligne pour 95 €.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.