Trucs et astuces du low-cost à la russe

Les Russes préfèrent porter des vêtements « passe-partout ». Crédit : Reuters

Les Russes préfèrent porter des vêtements « passe-partout ». Crédit : Reuters

Un budget minimum pour un maximum de confort et de charme. Pour maintenir leur image de « plus belles femmes du monde », les Russes doivent en permanence se réinventer en expérimentant de nouveaux styles, avec des tenues toujours bien apprêtées à moindres frais. Ce véritable talent demande de l’ingéniosité et de la persévérance pour trouver les vêtements et accessoires qui feront la différence.

Selon les statistiques officielles, il y a cinq ans, au plus fort de la crise, plus de la moitié des femmes russes ont cessé de porter des vêtements de marque. La vague de licenciements économiques qui s’est abattue sur le pays a obligé les femmes à reléguer au second plan leur souci d’apparence. Il a alors fallu user de stratégies diverses pour conserver des tenues attrayantes et étudiées. Les femmes russes ont leurs petits secrets pour s’habiller et rester élégantes en toutes circonstances, tout en dépensant un minimum d’argent.

Après la crise, la situation s’est redressée assez rapidement. Fatigués de se priver pour faire des économies, le shopping est redevenu une activité régulière parmi la population et les ventes dans les magasins de prêt-à-porter ont sensiblement augmenté. Néanmoins, l’accès à un style de luxe et, de ce fait, plus coûteux, n’en reste pas moins réservé à une clientèle peu nombreuse. La plupart des Russes au revenu moyen qui souhaitent adopter un style « cher », à l’européenne, doivent ruser pour arriver à leur fin.

Secret n°1 : Les Russes préfèrent porter des vêtements « passe-partout », facilement ajustables à leurs tenues. Ce qui explique le pourcentage élevé de retours après vente: pas toujours facile de choisir la couleur adéquate ou la bonne texture d’une veste susceptible de s’accorder à la fois à une jupe de printemps légère et à un pantalon en laine. D’où la popularité acquise des basiques, du tricot au manteau d’hiver. Ils peuvent durer plusieurs saisons sans prendre la poussière dans votre dressing.

Secret n°2 : Les accessoires sont idéaux pour rendre une tenue tendance à moindres frais. Les Russes en sont férues. Le même manteau sera, d’année en année, agrémenté de nouvelles écharpes, foulards et sacs à main. Contrairement à la plupart des pays, en Russie, il est de coutume de porter un sac partout, en toutes occasions. Y compris pour se rendre au jardin d’enfants. En raison du climat et de la précarité sociale, il est important de se procurer les nécessaires à l’entretien de ses affaires (sac de courses, mouchoirs, brosse à cirage, etc.).

Le même manteau sera, d’année en année, agrémenté de nouvelles écharpes, foulards et sacs à main. Crédit : Getty Images / Fotobank

Secret n°3 : Remplacer jupes et blouses, trop onéreuses et risquées en termes de compatibilité, par des robes. Ces dernières présentent l’avantage d’un plus grand choix de combinaisons possibles tout en gardant l'élégance de la tenue avec un minimum de vêtements. Par ailleurs, l’amour que vouent les femmes russes à la robe est tout irrationnel. Les Russes sont toujours à la recherche de plus de féminité et de naturel. Même lorsqu’elles portent des vêtements aux coupes masculines, elles espèrent secrètement rester attirante.

Les Russes sont toujours à la recherche de plus de féminité et de naturel. Crédit : Getty Images / Fotobank

Secret n°4 : Ce quatrième secret laisse souvent les Européennes bouche bées: la plupart des femmes russes ne jettent pas leurs collants en nylons effilés. Elles les reprisent avec délicatesse pour les porter ensuite sous les pantalons. L’hiver comme l’automne, en Russie, un simple pantalon ne suffit pas à tenir chaud. Et une paire de collants coûte si cher...

La majorité des Russes ne connaît pas le concept « d’ensemble complet de sous-vêtements ». Le haut et le bas peuvent être totalement dépareillés, sans parler de l’harmonie des couleurs avec la tenue complète. Mais il s’agit encore une fois d’une question d’économie. Un soutien gorge peut durer deux fois plus longtemps qu’une paire de culotte. Une fois l’ensemble acheté, il faudra donc continuer à porter le soutien gorge tout en renouvelant le stock de culotte.

Le haut et le bas peuvent être totalement dépareillés. Crédit : PhotoXPress

Secret bonus : Le lieu d’achat. En Russie, les magasins affichent sans scrupules des réductions allant de 100 à 400%. Sans ristourne ou remise, acheter en boutique l’original d’une veste Etro ou d’une paire de chaussures Valentino, ou tout autre marque de luxe, serait tout bonnement impossible. C’est là qu’entrent en scène les boutiques en lignes étrangères et les soldes, même si, il faut bien le reconnaître, elles ne sont pas particulièrement rentables pour le consommateur puisqu’elles ne dépassent généralement pas les 20-30%.

En revanche, un nouveau concept pour les fashionistas a vu le jour en Russie, proposant pour la première fois dans le pays des ventes outlets. Pour l’instant, ce concept s’attache à se développer et apprend à faire face aux réalités du marché russe. En attendant, la plupart de mes amis continuent de profiter d’un voyage en Europe pour renouveler leur garde-robe et privilégient Internet pour les ventes outlets et les périodes de soldes. Le shopping? Un grand mot pour les grandes occasions.

Un nouveau concept pour les fashionistas a vu le jour en Russie : des ventes outlets. Crédit : Itar-Tass

Les « shoppeuses de bonnes affaires » aguerries aiment se rendre dans les magasins de reventes de marques. La ville de Moscou en compte à elle seule une vingtaine. Ici, les vêtements de marques provenant des garde-robes de dames richissimes sont mis en vente à prix cassés. Souvent, les vêtements sont neufs et jamais portés. Certaines portent encore l’étiquette au dos. Le prix étant fixé par les vendeurs, avec un peu de chance, il est possible de dégoter une paire de bottines Roberto Cavalli quasi neuves pour 60€ ou une jupe Jil Sander pour 50€.

En Russie, il existe également une énorme industrie de récupération de vêtements. En fouillant un peu, on y trouve des kilos de vêtements et accessoires à des prix dérisoires, comme un « nouveau » foulards H&M pour 4,50€ ou une blouse Caroline Biss pour 3€.

 

Et vous aves-vous des secrets ? Tweetant @larussie #mode


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.