Les entrechats du Bolchoï près de chez vous

Des nepmen qui dansent le foxtrot, la brillance des pierres précieuses et toute l'armée royale du château enchanté de la princesse Aurore – les spectacles classiques du Théâtre Bolchoï s'invitent sur les grands écrans belges. Les cinémas de huit villes belges (Bruxelles, Anvers, Bruges, Gand, Hasselt, Braine l'Alleud, Courtrai, Louvain, Liège et Ostende) diffuseront en direct quatre spectacles des maîtres du ballet russe : Grigorovitch, Balantchine et Ratmansky.

« La belle au bois dormant »

Projection le 22 décembre 2013


Crédit photo : AFP / Eastnews

La première mise en scène de La belle au bois dormant de Marius Petipa a eu lieu au Théâtre Mariinsky en 1890. Depuis, 6 versions de ce ballet ont été présentées au Bolchoï. Le rôle de la princesse Aurore a été interprété par les plus grandes stars du ballet soviétique : Maïa Plissetskaïa, Ekaterina Maximova, Natalia Bessmertnova, etc.

En 2011, la première de la nouvelle version du ballet de Grigorovitch est devenue l'événement majeur de la saison, après la réouverture de la scène historique du Théâtre Bolchoï.

Les époux scénographes italiens Ezio Frigerio (le décor) et Franca Squarciapino (les costumes) ont été invités pour contribuer à la mise en scène du ballet. Cette dernière a transformé le spectacle en défilé de costumes des XVIIe et XVIIIe siècles.

« Illusions perdues »

Projection le 19 janvier 2014

 Crédit photo : Service de presse

Le ballet Illusions perdues, tiré du roman de Balzac, a été créé spécialement pour le Théâtre Bolchoï par le compositeur Leonid Dessyatnikov et le chorégraphe Alexeï Ratmansky. Ce dernier a repris le livret initial du compositeur russe Vladimir Dmitriev, qui diffère de l'original littéraire.

Chez Balzac, le personnage principal, Lucien, est poète, journaliste et homme de lettres, tandis que dans cette adaptation, il devient compositeur. Les actrices de Balzac deviennent des ballerines.

Illusions perdues est la première collaboration avec le Bolchoï pour l'artiste français Jérôme Kaplan. Il rêvait de travailler pour un spectacle du Bolchoï, d'autant plus que son grand-père était d'origine russe.

« Joyaux »

Projection le 2 février 2014

Crédit photo : Service de presse

 Joyaux est un ballet de George Balantchine constitué de trois parties : Emeraudes, Rubis et Diamants. Selon ses propres mots, Balantchine a trouvé l’inspiration en se promenant le long des bijouteries de la Cinquième Avenue new-yorkaise...

Sa première au Théâtre Bolchoï a eu lieu en mai 2013. Chaque partie du ballet est accompagnée par la musique d'un compositeur différent : tour à tour Fauré, Stravinsky et Tchaïkovsky. 

Une chorégraphie qui correspond à chacun de ces compositeurs a également été élaborée. Joyaux incarne le style particulier de George Balantchine, qui englobe trois différentes écoles de ballet : celle de Saint-Pétersbourg, des saisons de Diaghilev et de la nouvelle école de New-York.

« L'âge d'or »

Projection le 30 mars 2014


Crédit photo : Kommersant

La première de L'âge d'or de Dmitri Chostakovitch a eu lieu le 26 octobre 1930 au Théâtre Mariinsky. Dans les années 1980, le chorégraphe Iouri Grigorovitch et le critique d'art Isaak Glikman ont totalement modifié son livret et sa partition.

En 2006, à l'occasion du centenaire de la naissance du compositeur, le ballet a été représenté par Grigorovitch sur la scène du Bolchoï.

L'action se déroule dans les années vingt du siècle dernier. « L'âge d'or », c'est un restaurant où viennent s'amuser des nepmen et des bandits. Le ballet est basé sur la danse classique mais il comprend aussi des éléments de danse folklorique et de gymnastique, de tango et de foxtrot.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies