Le Top-7 des plats locaux pour les végétariens

Crédit photo : Lori / Legion Media

Crédit photo : Lori / Legion Media

La plupart des plats nationaux de la cuisine russe et de la cuisine du Caucase sont faits à base de viande : le chachlik et les pelmeni sont habituellement préparés avec du porc ou du bœuf. Toutefois, si vous ne mangez pas de viande, cela ne veut pas dire que la cuisine locale vous restera à jamais étrangère. A Sotchi, vous pourrez trouver des plats végétariens locaux, aussi délicieux qu’insolites.

Les salaisons du Caucase


Crédit photo : Lori / Legion Media

Les salaisons doivent se trouver en première position dans cette liste ! Cornichons, choux, betteraves et carottes font partie des principaux légumes que les locaux préparent à leur façon. Parfois, ils sont tous marinés ensemble. Aussi, les cornichons et le chou prennent une vive couleur rose et un parfum inoubliable.

Les haricots sont, également, marinés selon les recettes locales. Il peut s’agir de haricots verts ou jaunes, selon la variété et la saison. Les habitants de Sotchi préparent les aliments qu’ils font pousser dans leurs jardins, mais aussi des aliments sauvages, cueillis dans la forêt.

Au printemps, ils ramassent les jeunes pousses de chardon local qui grimpe sur les arbres et ressemble à des lianes, ainsi que les pédoncules charnus des grosses feuilles de bourrache (ou de bardane).

Ces plantes sont également marinées, fermentées, salées. Le chardon rappelle vaguement les fougères marinées de l’Extrême-Orient, alors que la bardane a son propre goût unique. Si vous tombez sur ces plat, n’ayez pas peur et goutez ces « plantes sauvages ».

Ajapsandali


Crédit photo : Lori / Legion Media

Ce plat connaît de nombreuses recettes et présentations. Il peut être consommé comme un plat à part entière ou en garniture, froid ou chaud – à votre convenance. Ajapsandali est un plat à base d’aubergines, de tomates et de poivrons. Parfois, on y ajoute des carottes ou des pommes de terre. Parfois même de la viande.

Sur les conseils du chef-cuisinier d’un restaurant de Sotchi, je le prépare de la manière suivante : je fais rapidement griller les aubergines et les poivrons au four, j’épluche les légumes et les coupe en petits morceaux.

Ensuite, je retire la peau des tomates ébouillantées, les coupe et y ajoute du piment. Puis, je hache l’oignon et l’oseille, un peu d’aneth, de persil et de coriandre. Le basilic violet vient parfaire le tableau - sans cela, le gout ne sera pas le même. Tout cela donne une sorte de salade tiède du Caucase.

Lobio


Crédit photo : Lori / Legion Media

C’est un plat nourrissant, savoureux, vif et pimenté. C’est un plat géorgien traditionnel légèrement modifié en Abkhazie qui, ensuite, a pris sa place dans la cuisine de la ville multinationale de Sotchi. Il a beau être un plat simple, c’est un véritable bouquet de saveurs et arômes.

Son principal ingrédient est les haricots rouges qui sont mijotés à feu doux pendant plusieurs heures. Le plat est relevé grâce au piment rouge, également mijoté longtemps avec les haricots. Quand les haricots sont presque prêts, on y ajoute de l’oignon, des carottes, de l’ail et des herbes fraîches.

Aubergines aux noix et à l’ail


Crédit photo : Lori / Legion Media

Les habitants du Caucase adorent les aubergines. Les menus de chaque café et restaurant ou presque vous les proposeront frits ou cuits au four l’été, salés l’hiver. Mais si vous avez de la chance, en février-mars, on vous proposera un roulé d’aubergine frit, goutez-le absolument !

La farce peut varier, mais la plupart du temps c’est une pâte à base de noix, d’ail et d’herbes fraîches.

Tarte ossète


Crédit photo : Lori / Legion Media

Si vous vous arrêtez pour déjeuner dans un des restaurants qui proposent la cuisine nationale, regardez si la tarte ossète est proposée dans le menu. Elle est préparée avec différentes garnitures : fromage, pommes de terre, champignons.

Nous vous conseillons de toutes les gouter, chaque tarte a un gout unique. Portez une attention particulière à la tarte aux pousses de betterave! C’est une garniture réellement rare.

Mamaliga


Crédit photo : Lori / Legion Media

La mamaliga est une kacha. Elle est également préparée en Ukraine occidentale et en Moldavie. En fonction de la recette, son goût et sa présentation peuvent varier considérablement. Elle est préparée avec de la semoule ou de la farine de maïs, avec du lait ou de l’eau, avec du beurre ou de l’huile.

En fonction de la taille du grain de la semoule, la couleur peut passer du jaune vif au blanc.

La mamaliga est venu à Sotchi d’Abkhazie où elle remplace le pain pour accompagner la viande ou les légumes, mais est également servie en tant que plat à part entière, avec des herbes fraîches et du fromage. Goutez-la dans différents endroits, elle ne sera jamais la même.

Varenyky


Crédit photo : Lori / Legion Media

Les varenyky sont des raviolis végétariens. Une fine rondelle de pâte sans levain est garnie de farce, la pâte est ensuite collée en forme de demi-lune. Les varenyky sont ensuite plongés dans l’eau bouillante pendant 5 minutes. Les Russes aiment ce plat presqu’autant que les pelmeni.

La farce peut être très différente : les Russes préfèrent les varenyky aux pommes de terre et champignons ou au fromage blanc et cerises. Mais en réalité, tout peut servir de farce. Les varenyky salés ou sucrés peuvent ainsi être servis en plat principal ou en dessert.

Qu’ils soient sucrés ou salés, ils sont généralement servis avec de la crème fraîche. A la maison, on « cache » un bouton ou une cuillère de sel dans un ou deux varenyky. Celui qui tombe sur la surprise aura de la chance ou verra son souhait se réaliser.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.