Depardieu incarne le « starets mystique » Raspoutine

Source : kinopoisk.ru

Source : kinopoisk.ru

En Russie le film « Raspoutine » est à l’affiche, consacré à l’une des figures les plus énigmatiques de l’histoire du crépuscule de l’empire russe. Le rôle principal est tenu par l’acteur français Gérard Depardieu, récemment devenu citoyen russe.

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à la figure de Raspoutine ?

 A un moment donné j’ai ressenti une forme de proximité avec ce personnage. Mes deux grands-mères étaient voyantes et pratiquaient l’hypnose. Dans ma vie, j’ai vu beaucoup de « Raspoutine » dans différents pays, différentes circonstances, différents palais.

En même temps, c’est un personnage très russe, un idéaliste, une personnalité entière. Il a vécu à une époque troublée. Presque toutes les monarchies européennes se sont effondrées au même moment, les alliances ont été brisées et les Etats se trahissaient mutuellement.  

Par quels autres personnages russes êtes-vous attiré ?

Tous ceux qui peuplent les œuvres de Dostoïevski, Gogol, Tchekhov. J’étais très intéressé par la figure de Porphyry Petrovitch, le père des Karamazov, le prince Michkine.

Pensez-vous qu’un européen raffiné puisse correctement incarner un personnage aussi rustre ?

La question n’est pas d’incarner un Russe, mais de se mettre dans la peau du personnage d’une histoire. Comme dans n’importe quel autre art ou sport. Est-ce que la nationalité compte ? L’origine de l’acteur n’influence pas la manière dont il incarne un personnage.

Lorsque Vladimir Vyssotski est venu se produire et chanter en France, le public ne s’est pas déplacé pour observer un Russe. Il est venu pour voir un spectacle et écouter des chansons.

Vous voyagez beaucoup en Russie. Sans doute qu’après l’Europe, beaucoup de choses dans la Russie profonde vous semblent incompréhensibles ?  

J’aime faire connaissance et passer du temps avec des Russes. J’aime aussi les villages. Il n’y a aucune ostentation, tout y est simple. Je suis né en province. Par ailleurs, cela fait déjà 25 ans que je viens en Russie.

A ce stade de ma vie, j’ai ressenti le besoin de passer plus de temps ici. L’on m’a fait un immense honneur et j’ai maintenant un passeport russe dont je suis très fier. L’on a beaucoup trop écrit à ce sujet dans les médias, mais ce n’est pas ce que je recherchais.

L’on a beaucoup écrit à propos de votre projet d’ouvrir un restaurant à Moscou. Qu’est-ce qui va y attirer le public ?

Je possède plusieurs restaurants à Paris. Je ne me suis jamais demandé comment devrait être un restaurant pour qu’il ait du succès. J’ai simplement ouvert des restaurants servant de la bonne cuisine et avec des gens que j’apprécie. Mes restaurants sont toujours pleins.

Si j’ose, je ferais exactement la même chose en Russie. Le plus important est ce que l’on sert dans l’assiette et le personnel. Pour moi, il est important que je sois en mesure de comprendre ce qu’il y a dans mon assiette, de savoir d’où viennent et comment sont élaborés les différents produits.

Je ne parle pas d’aliments biologiques mais simplement d’une nourriture saine : les légumes, la viande, le vin. Je suis attiré par une cuisine simple, à base de plats traditionnels.

En Russie, j’aimerais faire quelque chose avec de la viande : j’ai visité des élevages superbes, mais je pense que les techniques de conservation et de découpe de la viande peuvent être améliorées.

Qui a doublé la voix de Depardieu ?

Les français ont pu voir Depardieu incarner Raspoutine dès décembre 2011, dans la version du réalisateur José Dayan.

Le film a été tourné en un temps record : 26 jours.

La première projection de « Raspoutine » à Paris a été réservée aux descendants des immigrés russes. Le film a ensuite été diffusé à la télévision pour noël. Il était à l’origine prévu que le film sorte en Russie en mars 2012, après les élections présidentielles, mais il semble que quelque chose n’ait pas fonctionné.

Comment l’a lui-même précisé Depardieu, Vladimir Poutine a trouvé le temps de regarder la version française.

« J’ai rencontré Vladimir Poutine à plusieurs reprises lorsqu’il était Premier Ministre. Je lui ai donné le script et lui ai dit : « vous devez le lire et nous dire si vous l’aimez ou non ». Il nous a beaucoup aidé», explique l’acteur.

En cas de succès au box-office pour Raspoutine, Dayan et Depardieu ont l’intention de poursuivre la « série russe ». L’on parle d’une possible adaptation à l’écran de La fille du capitaine, Les frères Karamazov et d’autres œuvres russes majeures.

Le réalisateur de la version russe de Raspoutine, Irakli Kvirikadze, a de son propre aveu réalisé le film d’une manière différente, authentiquement russe. La voix de Sergueï Garmash a été choisie pour porter les paroles vibrantes de Depardieu sur Dieu et le pêché.

Le village natal de Raspoutine en Sibérie cadre entièrement avec la « Russie crasseuse », les personnages se signant en permanence et/ou s’enivrant tandis que Depardieu, dans son immense manteau de fourrure ouvert, évoque un ours.   

Source : Izvestia.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.