Plus de lumière sur l’art

Les couvertures tissées d'or d'Edith Dekyndt, artiste minimaliste. Source : Service de presse

Les couvertures tissées d'or d'Edith Dekyndt, artiste minimaliste. Source : Service de presse

Du 19 septembre au 20 octobre 2013, la 5ème biennale d'art contemporain se tiendra à Moscou. De nombreux lieux accueilleront les oeuvres d’artistes du monde entier.

L’artiste minimaliste Edith Dekyndt présentera une oeuvre composée de couvertures en laine, sur lesquelles a été tissé un carré doré à la feuille d’or, un clin d’oeil à l’avant-gardiste Kasimir Malévitch, mais aussi à l’orthodoxie russe.

« Avec ces couvertures, il y a l’idée du domestique et de l’intime, mais aussi celle du froid et de la préservation, et le fait qu’elles soient recouvertes partiellement d’or est également un hommage à l’icône russe. C’est un peu un autre regard sur le sacré », explique la plasticienne. 

Le projet principal de cette édution aura pour thème « Bolshe sveta » (Plus de lumière) et se tiendra sous la direction de Catherine de Zegher, récemment nommée directrice du musée des Beaux-Arts de Gand en Belgique.

« L’idée de « Plus de lumière » concerne le temps et l’espace, deux notions que je vois comme une énergie qui donne de la lumière », a expliqué la curatrice, écrivain et critique d’art belge à La Russie d’Aujourd’hui. « Je travaille toujours avec le lieu, l’espace, la communauté, et j’essaie de joindre ces éléments locaux à la scène internationale »

Catherine de Zegher a souhaité réunir des artistes du monde entier : Azerbaïdjan, Syrie, Kazakhstan, Russie... Et pas seulement Moscou ou Saint-Pétersbourg, mais aussi l’Oural, la Sibérie, où les peuples conçoivent l’espace différemment, comme dans le travail de Mikhaïl Lukatchevski, un artiste yakoute.

« En Russie, il existe une scène tout à fait différente de ce que l’on imagine. Il y a un côté très spirituel, très mental, et les jeunes Russes sont très inventifs, ce qui me donne beaucoup d’espoir », a-t-elle confié.

Parmi les participants au projet principal, figurent aussi sept artistes belges, à l’honneur pour cette édition 2013. Pour beaucoup d’entre eux qui ne connaissent pas ou peu la Russie, c’est l’occasion d’aller à la rencontre d’un public et de s’interroger sur ce vaste pays, sa culture, son peuple.

« Qu’est-ce que le spirituel au XXIème siècle, à qui parle-t-il et comment parle-t-il aux Russes ? », s’interroge Edith Dekyndt, qui explore un univers particulièrement intéressant, emprunt de sensibilité et d’intelligence d’esprit. « Et en miroir, que représente pour eux Malévitch ? Où se trouve aujourd’hui le suprématisme dans la société russe ? », poursuit-elle. 

Lisez plus sur les festivals russes

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.