Plus de lumière sur l’art

Les couvertures tissées d'or d'Edith Dekyndt, artiste minimaliste. Source : Service de presse

Les couvertures tissées d'or d'Edith Dekyndt, artiste minimaliste. Source : Service de presse

Du 19 septembre au 20 octobre 2013, la 5ème biennale d'art contemporain se tiendra à Moscou. De nombreux lieux accueilleront les oeuvres d’artistes du monde entier.

L’artiste minimaliste Edith Dekyndt présentera une oeuvre composée de couvertures en laine, sur lesquelles a été tissé un carré doré à la feuille d’or, un clin d’oeil à l’avant-gardiste Kasimir Malévitch, mais aussi à l’orthodoxie russe.

« Avec ces couvertures, il y a l’idée du domestique et de l’intime, mais aussi celle du froid et de la préservation, et le fait qu’elles soient recouvertes partiellement d’or est également un hommage à l’icône russe. C’est un peu un autre regard sur le sacré », explique la plasticienne. 

Le projet principal de cette édution aura pour thème « Bolshe sveta » (Plus de lumière) et se tiendra sous la direction de Catherine de Zegher, récemment nommée directrice du musée des Beaux-Arts de Gand en Belgique.

« L’idée de « Plus de lumière » concerne le temps et l’espace, deux notions que je vois comme une énergie qui donne de la lumière », a expliqué la curatrice, écrivain et critique d’art belge à La Russie d’Aujourd’hui. « Je travaille toujours avec le lieu, l’espace, la communauté, et j’essaie de joindre ces éléments locaux à la scène internationale »

Catherine de Zegher a souhaité réunir des artistes du monde entier : Azerbaïdjan, Syrie, Kazakhstan, Russie... Et pas seulement Moscou ou Saint-Pétersbourg, mais aussi l’Oural, la Sibérie, où les peuples conçoivent l’espace différemment, comme dans le travail de Mikhaïl Lukatchevski, un artiste yakoute.

« En Russie, il existe une scène tout à fait différente de ce que l’on imagine. Il y a un côté très spirituel, très mental, et les jeunes Russes sont très inventifs, ce qui me donne beaucoup d’espoir », a-t-elle confié.

Parmi les participants au projet principal, figurent aussi sept artistes belges, à l’honneur pour cette édition 2013. Pour beaucoup d’entre eux qui ne connaissent pas ou peu la Russie, c’est l’occasion d’aller à la rencontre d’un public et de s’interroger sur ce vaste pays, sa culture, son peuple.

« Qu’est-ce que le spirituel au XXIème siècle, à qui parle-t-il et comment parle-t-il aux Russes ? », s’interroge Edith Dekyndt, qui explore un univers particulièrement intéressant, emprunt de sensibilité et d’intelligence d’esprit. « Et en miroir, que représente pour eux Malévitch ? Où se trouve aujourd’hui le suprématisme dans la société russe ? », poursuit-elle. 

Lisez plus sur les festivals russes

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies