Le plus grand projet muséal de Russie menacé à cause d’un architecte britannique

Le projet brillant, ambitieux et coûteux de Norman Foster (sur la photo), s’il était réalisé, détruirait l’aspect historique de Moscou. Crédit : Reuters

Le projet brillant, ambitieux et coûteux de Norman Foster (sur la photo), s’il était réalisé, détruirait l’aspect historique de Moscou. Crédit : Reuters

Le village muséal est le plus important projet de musée de la Russie contemporaine. Il est prévu d’y créer un conglomérat de musées au centre de Moscou. Le concours architectural a été remporté il y a quatre ans par le bureau du célèbre architecte britannique Norman Foster.

Le projet de Norman Foster a été évalué à 22 milliards de roubles. Il prévoyait d’unifier les différents territoires du musée Pouchkine en un ensemble unique de quinze bâtiments : un centre de restauration, un centre de conférences, le musée lui-même et un espace d’exposition incluant un parking souterrain. Le reste devait être reconstruit. Le territoire de l’ensemble muséal devait passer de 49 600 à 111 500 m². Mais les travaux n’ont  pas commencé.

Le bureau d’architecture britannique a annoncé qu’il se retirait du projet et souhaiterait même interdire de citer son nom lorsque le projet est évoqué. La cause de cette décision est simple : pendant les trois dernières années, le musée n’a pas fait appel au bureau pour participer au déroulement du projet, et ce malgré les tentatives répétées du bureau de renouer le contact avec le musée.

Des considérations financières ont aussi joué un rôle dans cette affaire, comme le constate le coordinateur du projet pour la partie russe, Sergueï Tkatchenko. « Effectivement, notre travail avec Foster+Partners s’est ralenti pendant la dernière année et demie. Au cours des trois dernières années, le bureau a reçu 100 millions de roubles sur les 320 prévus par le contrat, et le musée lui doit, d’après ses calculs, 68 millions de roubles, » explique-t-il.

Mais ce n’est pas l’unique obstacle. Il se trouve que le projet brillant, ambitieux et coûteux de Foster, s’il était réalisé, détruirait l’aspect historique de Moscou. Plusieurs complexes architecturaux du centre de la capitale seraient menacés.

Toujours est-il que la direction du musée ne veut pas abandonner l’idée d’une reconstruction. La présidente du musée, Irina Antonova, a écrit une lettre à l’architecte britannique lui demandant de finir le village. Dans cette lettre, elle explique que lors de la réunion du conseil d’architecture de Moscou au cours de laquelle le destin du village muséal a été fixé, de nombreuses personnes se sont prononcées pour la poursuite d’une collaboration avec le maître britannique. « Je ne veux pas renouer notre collaboration : je considère que nous ne l’avons pas interrompue. Le bureau m’a toujours affirmé que le projet de reconstruction du musée l’intéressait beaucoup. Mais il a subi tant de coups et de déceptions à Moscou et à Saint-Pétersbourg ! Vous savez combien de ses projets ont finalement été abandonnés ? Notre projet reste le dernier », a déclaré Irina Antonova au quotidien russe Izvestia.

Parmi les projets moscovites de Foster tués dans l’œuf figurent notamment la tour de 600 mètres Rossia, prévue dans le quartier d’affaires Moskva City, le centre commercial Apelsin sur le quai Krimskaia et le centre de culture et d’affaires Khroustalny Ostrov au sud-est de Moscou.

La nouvelle directrice du musée Pouchkine, Marina Lochak, soutient aussi l’idée d’un retour de l’architecte. « Pour nous, la question n’est pas close, a-t-elle déclaré à Izvestia. L’architecte Sergueï Tkatchenko, qui mène le projet pour le côté russe, a pris contact avec ses partenaires du bureau Foster. Ils ont déclaré qu’ils souhaitaient poursuivre le travail, mais qu’il fallait pour cela surmonter certaines difficultés. Cela nous donne l’espoir que tout peut encore être arrangé. » L’architecte lui-même n’a pu être joint par les journalistes. D’après son responsable de la communication, Lord Foster est actuellement en voyage.

Article rédigé avec Izvestia, Gazeta.ru, Rossiyskaya Gazeta, NewsRu.com

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.