Les historiens reconstituent les années Eltsine pour les futures générations

Le centre Eltsine à Ekaterinbourg. Crédit : PhotoXPress

Le centre Eltsine à Ekaterinbourg. Crédit : PhotoXPress

Dans un an, en été 2014, un musée dédié au premier président russe, Boris Eltsine, ouvrira ses portes. L’écrivain Boris Minaev, biographe d’Eltsine, nous raconte la création du musée.

Depuis un an, la construction bat son plein dans le centre de Ekaterinbourg, ville de l'Oural, au 3, rue Eltsine. Les habitants de la ville savent très bien que derrière le grillage, le Centre présidentiel de Boris Eltsine remplacera bientôt un complexe commercial. Certains d'entre eux ont déjà participé à la création de l'exposition : ils ont donné des « artefacts de l'histoire contemporaine » pour le futur musée. Il s'agit, par exemple, de coupons alimentaires de l'époque des queues et des déficits : dans les années 1980, il n'était possible de se procurer de la nourriture, même la plus basique comme la farine, le sucre et le beurre, qu'avec ces morceaux de papier gris. Ils ont également apporté de vielles photographies, des journaux et des magazines, des affiches et des dépliants des années 1991 et 1996, les deux années où le premier président russe, lors de ses campagnes présidentielles, se rendit dans sa ville natale en quête de soutien.

Ceux qui sont aux faits de la création du musée ne comprennent pourtant pas toujours qu'il s'agit du « centre d'héritage historique du Président de la Russie, anciennement au pouvoir ». Telle est la formulation reprise dans la loi fédérale n° 68 du 13 mai 2008, adoptée par la Douma russe. Chaque ancien président disposera désormais de sa bibliothèque présidentielle ainsi que d'un « centre présidentiel » où chacun pourra s'informer sur les actions accomplies par le politicien en question, sur les lois signées par ce dernier, sur ses rencontres, sur l'époque dont il a été témoin. Ces centres devront accueillir les archives des anciens présidents, des cadeaux, des écrits, des documents de valeur. Les centres serviront également de base pour les recherches historiques et scientifiques, pour les projets humanitaires. Plus important encore, ces centres seront ouverts au public. À la fin du siècle, leur nombre sera porté à presqu'une vingtaine !

Le centre Eltsine à Ekaterinbourg n'est pas simplement le premier de la série. Boris Eltsine est le premier président russe démocratiquement élu au suffrage universel direct. Avant lui, la Russie n'avait jamais connu d'élections du chef de l'État. Les années 1990, les années Eltsine, sont une période tumultueuse, l'époque du bouleversement de tout le mode de vie où le pays, de crise politique en crise économique, vivait une transition pénible de son passé soviétique à la démocratie et à l'économie du marché. À ce jour, il est encore difficile d'évaluer cette époque.

L'appel d'offres pour la création de l'exposition a été remporté par l'entreprise de Ralph Appelbaum (New York), responsable de la création des bibliothèques présidentielles aux Etats-Unis, notamment de la bibliothèque Bill Clinton, ainsi que du Musée juif et centre de tolérance de Moscou. Elle collabore avec un groupe d'architectes, archivistes, ingénieurs et scénaristes russes, dirigé par le célèbre réalisateur Pavel Lounguine.

L'objectif de l'équipe créative est de réaliser une exposition dédiée à la Russie du ХХe siècle, allant de la Première Guerre mondiale à ses derniers jours. La salle nommée le « Labyrinthe de l'histoire russe » accueillera des documents datant de l'époque effrayante de la terreur des années 30, des films et des photographies de la guerre, des posters portés par les participants des gigantesques manifestations des années 80 contre le monopole du pouvoir communiste. L'exposition Les sept jours de l'époque Eltsine s'étendra de sa première intervention rebelle au Kremlin lors de la session extraordinaire en l'honneur du 70e anniversaire du pouvoir soviétique à sa démission au 31 décembre 1999.

Une section entière sera dédiée aux libertés apportées par l'époque Eltsine et par la première Constitution qui signe la création des instituts démocratiques en Russie : les élections universelles, le Parlement, le pouvoir présidentiel, la liberté de parole et la liberté de propriété privée. Ces salles recèleront de nombreuses surprises : des nouvelles technologies média muséales, une conception originale ainsi que des trouvailles des historiens telles que lettres, carnets et notes de cours de Boris Eltsine (provenant des archives familiales), les originaux de documents uniques, notamment, le premier exemplaire de l'accord de l'Union qui devait être signé le 20 août 1991. Mais un coup d'État militaire eut lieu le 19 août signant la dissolution de l'URSS...

L'équipe créative promet que le Centre présidentiel accueillera le musée de l'histoire contemporaine, l'exposition dédiée à la personne et à l'époque de Boris Eltsine et des expositions temporaires, mais aussi des centres d'initiatives sociales et de créations d’enfants, des concerts et des conférences publiques traitant des problèmes de la Russie actuelle. Le Centre présidentiel se fixe des objectifs assez complexes : s'inscrire à la fois dans le contexte de la vie actuelle d'une grande ville et dans son époque.

Plus important encore, le centre Eltsine cible avant tout la jeune génération, née dans les années 1990. Ils connaissent mal ou pas du tout cette époque, mélangent les dates et les noms, se contentent des mythes et stéréotypes inculqués par les adultes. Souvent, personne ne peut raconter ce qui s'est réellement passé, comment et pourquoi. C'est un problème, un parmi tant d'autres, que le Centre présidentiel Boris Eltsine est appelé à résoudre.

 

 

 

Cet article vous a intéressé ou interpellé ? Nous attendons vos questions et réactions ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.