Erotisme sans Photoshop ni retouches

Source : rusmuseum.ru

Source : rusmuseum.ru

Au Musée Russe de Saint-Pétersbourg, a ouvert l’exposition Beauté sans glamour ? retraçant l’histoire de la photographie érotique russe sur une centaine d’années, des années 1900 à la décennie 2000.

Il s’agit de la première exposition de photographies de modèles nus d’une telle ampleur. Les organisateurs soulignent qu’il n’y a ici ni provocation ni vulgarité. La commissaire de l’exposition Svetlana Zintchenko explique : « les premières photographies datent des années 1900, on les doit au célèbre artiste Alfred Eberling, peintre russe et disciple de Repine. Il photographiait ses modèles, afin qu’ils n’aient pas à rester pendant des heures dans des poses inconfortables, et utilisait ces clichés comme esquisses pour son travail. Il photographiait des dames de la haute société. Parmi ses modèles : Tamara Karsavina et Anna Pavlova. »

On y trouve également des photos rarissimes, prises après les années 30. Rarissimes parce que le genre du « Nu » n’était alors pas accepté par l’art officiel en Union soviétique, qui avait besoin d’autres références. Les quelques photographies soviétiques des années 30, 40 et 50 sont aujourd’hui de véritables raretés et présentent un intérêt considérable. A partir des années 60, on trouve plus de travaux de ce genre, les prises de vue s’effectuaient dans un environnement semi-clandestin, mais on photographiait des modèles nus.  Les années 90 sont massivement représentées : de nombreux auteurs, avec différents regards sur le genre et différentes techniques. Une chose les rassemble, explique Svetlana Zintchenko : « Ici on ne voit ni brillant ni glamour. On ne peut pas qualifier la plupart de ces photographies de belles, mais singulières, oui c’est possible. Il s’agit d’une forme de révolte contre les photographies retouchées, dépourvues d’âme dans lesquelles toutes les imperfections ont été gommées. Ici les femmes sont représentées en tant que sujet, et non comme objet. »

L’exposition comprend des œuvres de près d’une centaine de photographes ayant exercé en Russie, ainsi que d’autres ayant produit leur travail en exil. Parmi ces auteurs, on trouve des maîtres aussi célèbres qu’Alfred Eberling, Nikolaï  Svichtchov-Paola, Andreï  Kniazev, Dimitri Vozdvijenski, Alia Esipovitch, Vita Bouïvid, Vazgen Aroutiounov et bien d’autres.

L’exposition se déroule au Palais Stroganov jusqu’à la fin du mois de septembre. L’entrée est réservée aux plus de 18 ans.

Sources : Radio Russie-Saint-PétersbourgMoï Raion

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies