L’art russe grandeur nature dans les rues de La Haye

Réchaud à pétrole (1989). Andreï Philippov. Crédit photo : Piet Gispen / The Hague

Réchaud à pétrole (1989). Andreï Philippov. Crédit photo : Piet Gispen / The Hague

À La Haye, une exposition de sculptures propose les dernières nouveautés de l’art contemporain russe dans le cadre de l’année «Pays-Bas – Russie ».

Cet été, les touristes présents à La Haye ne pourront pas manquer les dernières tendances de l’art contemporain russe.

Une statue en bronze du Christ marchant main dans la main avec Mickey Mouse et Lénine, ou un bulldog en bronze haut d’environ 4,9 mètres : voici deux des nombreuses œuvres présentées lors de l’évènement « Russia XXL », organisé dans la ville néerlandaise par le musée local « Beelden aan Zee » et le Centre national russe des arts contemporains.

Des poubelles représentant les Jeux olympiques de Sotchi, qui auront lieu en 2014, et un cerf en bois dans des caisses en bois, censés définir la communication entre la nature et les humains, seront également exposés. 37 artistes russes participent à ce projet.  

L’exposition a été inaugurée le 5 juin par son Altesse royale la Princesse Béatrix. La sculpture de Vadim Zakharov intitulée « Monument d’Utopie » a notamment été mise en marche lors de la cérémonie d’ouverture. Il s’agit d’une tête de lion bleue de 3 mètres de haut qui monte et descend à l’aide d’un mécanisme spécial.

L’art contemporain russe puise son inspiration dans un grand nombre de domaines. Certaines pièces reflètent l’héritage de l’époque soviétique, alors que d’autres proviennent d’un mélange d’idées abstraites, d’histoire impériale russe, ainsi que de la société et de la politique modernes.

L’objectif de cette exposition est de montrer la diversité de l’art contemporain russe. Les œuvres de Sergueï Chekhovtsov, dont les sculptures en caoutchouc mousse peuvent être conservées pendant trente ans au plus, apparaissent par exemple aux côtés des travaux en bronze solide de Zourab Tsereteli.

Selon Dick van Broekhuizen, responsable des collections et publications du musée « Beelden aan Zee », « non seulement ces sculptures constituent des œuvres d’art, mais elles ont également une signification sociale. L’installation « Brillante Idée » par exemple, de Nikolaï Polisski, reflète la communication dans les villages russes. Cette énorme construction a été terminée en quatre jours grâce aux efforts des habitants du village de Nikola-Lenivets. Ce dernier préserve encore le mode de vie traditionnel et les relations humaines n’y sont pas les mêmes que dans les villes, où l’individualisme règne ».

Irina Gorlova, directrice du département des programmes artistiques du Centre national russe des arts contemporains, explique pour sa part que même si l’art est contemporain, il s’inspire de l’histoire. 

« Les œuvres des artistes russes représentent deux courants principaux. Le premier est lié à l’avant-garde russe des années 1920-1930, alors que le second est un mélange de symboles de l’époque communiste et un prolongement du « soc-art ». Sous la couche culturelle, vous pourrez ainsi apercevoir les origines de l’histoire controversée de la Russie ».

Ce projet, première grande exposition de sculpture contemporaine russe aux Pays-Bas, se déroule dans le cadre de l’Année « Pays-Bas – Russie ». Le sculpteur Chekhovtsov, qui présentera l’œuvre « Libre » (montrant un homme sautant à travers un mur), est heureux de prendre part à l’événement.

« Je pense qu’un tel format d’exposition à ciel ouvert ne pourrait pas se faire à Moscou et nous devons nous inspirer du savoir-faire de nos collègues néerlandais pour organiser de tels spectacles urbains », a indiqué Chekhovtsov.

Les visiteurs sont jusqu’à présent impressionnés par ce qu’ils ont vu. «C’est très différent de ce que je vois d’habitude dans cette ville », explique Caroline, habitante de La Haye. «L’œuvre représentant les sept péchés, par exemple, est très effrayante et je ne pense pas qu’un artiste hollandais aurait pu être à l’origine d’un tel objet d’art ».

L’exposition se tiendra jusqu’au 27 septembre.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.