Un week-end à Zvenigorod

Crédit : Alexandra Gouzeva

Crédit : Alexandra Gouzeva

Dans la capitale, on a coutume de dire que « Moscou, ce n'est pas la Russie ». La mégapole diffère effectivement beaucoup de la plupart des villes russes. Cependant, après une heure de trajet en train de banlieue, on peut se retrouver à Zvenigorod, incarnation typique de la « Russie réelle ». Petite, avec sa rue principale toute en longueur, de nombreuses églises et un monastère ancien, Zvenigorod est le lieu de prédilection des Moscovites qui souhaitent passer un week-end de méditation à l'air libre.

Crédit photos : Alexandra Gouzeva

Samedi

11:00

L'infrastructure touristique est assez peu développée : la rue principale est appelée Moskovskaïa. Au numéro 29 on trouve l'hôtel « Zvenigorod », où vous pourrez séjourner pour 73 $ (57 euros) dans une chambre simple et 93 $ (72 euros) pour une chambre double. A quelques maisons de l'hôtel se trouve le restaurant du même nom – un endroit où vous devrez prendre le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner. Le nom Zvenigorod ici est omniprésent : c'est ainsi que s'appellent tous les magasins de souvenirs, cafés, hôtels, et même certains enfants.

12:00


Agrandir le plan

L'attraction principale de Zvenigorod est le monastère Savino-Strojevski sur les rives de la Moskova. Ce monastère avec ses murs massifs de plusieurs mètres de haut a été fondé en 1398 par Sawa, un élève du célèbre saint russe Serge de Radonège. Cependant, par rapport aux principaux sanctuaires russes – la laure de la Trinité-Saint-Serge à Serguiev-Possad ou le monastère Kirillo-Belozerski dans la région de Vologda – le monastère est assez modeste par sa taille. Plusieurs églises, un bâtiment avec les cellules et des murs blancs, alternent avec les taches rouge vif et jaune d'autres bâtiments.

Dans ce monastère, pas besoin de se conformer au « dress code » obligatoire pour ces lieux : une longue jupe et un foulard pour les femmes, la tête découverte pour les hommes. Ici, les moines accueillent tous les visiteurs – « l'important est de venir admirer le monastère », et d'acheter pour un prix abordable les viennoiseries toujours fraîches (1,5 euros) dans la boulangerie du monastère.

14:00

Après avoir flâné autour du monastère et posé un cierge dans tous ses temples, vous pouvez jeter un œil dans le réfectoire du monastère Savinno-Strojevsky – surtout si vous êtes fatigué du restaurant Zvenigorod. Pour 5 euros, chaque visiteur peut manger un repas complet avec un bortsch ou de la soupe et plusieurs plats principaux. Près d'ici, dans la boutique, on vend de la medovoukha, une boisson alcoolisée traditionnelle russe à base miel.

15:00

Pour continuer l'enrichissement culturel, vous pouvez aller à la cathédrale de l'Assomption – l'une des cathédrales les plus belles et les plus anciennes de la région de Moscou. L'architecture moscovite précoce (la cathédrale a été construite à la fin du 14e siècle) et des œuvres des célèbres peintres d'icônes orthodoxes Andreï Roublev et Daniil Tcherny contribuent à faire de cette cathédrale l'une des plus importantes églises orthodoxes de Russie, et aussi un monument historique et culturel. Soit dit en passant, c'est l'une des rares églises en pierre blanche entièrement préservées.

}

Dimanche

11:00

Après le tourisme urbain et la nuit à l'hôtel Zvenigorod, on peut continuer la visite avec un arrêt au pensionnat qui s'appelle « Zvenigorodski », un coin rustique entouré de sapins et de pins. Ici, vous pourrez vous détendre aussi bien en hiver qu'en été. Il y a des pistes de ski, on peut louer des skis, des luges, et autres équipements de glisse gonflables (tubing). L'été, Zvenigorod attire par sa proximité avec la Moskova et sa plage privée. La chambre double coûte 100 euros par jour.

13.00

Comment s'y rendre ?

Depuis Moscou : les trains partent de la gare de Biélorussie. Horaires sur le site tutu.ru. Aller jusqu'au terminus Zvenigorod. Prix ​​des billets 99 roubles (2,5 euros). Le train prend le départ toutes les demi-heures. On peut ensuite prendre un bus (très pratiques) : le N°23 va jusqu'au monastère et le numéro 25 va au centre-ville et tourne vers Golitsyno.

Après avoir survécu au long hiver russe (qui, d'ailleurs ne compte pas s'achever de sitôt), on peut éventuellement organiser un pique-nique en plein air. Il y a toutes les conditions ici - barbecue et tables en bois. Certes, il faudra acheter les brochettes et autres délices à l'avance à Zvenigorod (dans n'importe quel magasin, assez nombreux rue Moskovskaïa).

15:00

Sur le chemin du retour (que ce soit en train ou en bus), vous pouvez changer de décor et visiter les endroits pittoresques où Alexandre Pouchkine a passé son enfance. A Vyazemy se trouve la propriété de la famille Golitsyne, qui est associée à anecdotes amusantes. La propriété a accueilli une nuit de 1812 le commandant russe qui a vaincu Napoléon, Mikhaïl Koutouzov. Mais ce qui est plus intéressant est que très peu de temps après, Bonaparte lui-même a dormi sur le même canapé. Ici, pendant l'enfance d'Alexandre Pouchkine, vivait la princesse Natalia Golitsyne, qui a été le prototype de la Dame de Pique (lien vers traduction en anglais).

16:00

Pouchkine a vécu chez sa grand-mère Maria Hannibal dans le domaine voisin de Zakharovo. C'est à cet endroit que ce trouve le célèbre pays imaginaire du Loukomorie du poème Rouslan et Lioudmila. En fait, c'est un bras de l'étang où auparavant se dressait un grand chêne, cet endroit a frappé l'imagination de Pouchkine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.