Dina Garipova bientôt en tournée en Europe

a Garipova, lauréate de l’adaptation russe de l’émission The Voice. Crédit photo : Ruislan Roshcupkhin / RIA Novosti

a Garipova, lauréate de l’adaptation russe de l’émission The Voice. Crédit photo : Ruislan Roshcupkhin / RIA Novosti

Dina Garipova, qui représentera la Russie au Concours Eurovision de la chanson 2013, vient de rentrer de Moldavie. La jeune star russe a ainsi donné un coup d’envoi à sa tournée promotionnelle dans dix pays européens visant à attirer les votants potentiels qui soutiendront la chanteuse en première demi-finale du concours. Son retour a toutefois été marqué par un petit scandale : le compositeur Leonid Goutkine, auteur de sa chanson pour l’Eurovision What If a été accusé de manque d’originalité.

La tournée promotionnelle de la participante russe de l’Eurovision 2013 Dina Garipova, lauréate de l’adaptation russe de l’émission The Voice, a démarré en Moldavie, a déclaré Dmitri Konnov, directeur du département russe de Universal Music. « Après la Moldavie, Dina se rendra en Belgique, aux Pays-Bas, dans les pays de l’ex-Yougoslavie, en Italie, en Autriche et en Estonie. En outre, elle visitera l’Ukraine et la Biélorussie. Quant à sa chanson What If, elle sera disponible en ligne, clip inclut, dans la plupart des pays européens », a indiqué M.Konnov. 

Mais la tournée de promotion n’est pas si nécessaire que ça, estime Iouri Aksuta, chef de la délégation russe à l’Eurovision et responsable chargé du contenu musical de la chaîne Pervyi Kanal. « L’influence de genre de tournées promotionnelles sur le vote est une question controversée. Nous en avons discuté durant une réunion avec les chefs des délégations des autres pays participants sans toutefois parvenir à un consensus. Peut-être, la tournée promotionnelle n’affecte pas du tout le résultat ? L’Eurovision est quand même un concours de chant. Et c’est premièrement la chanson et son effet émotionnel qui sont pris en compte. C’est pourquoi, pour présenter la chanson aux futurs spectateurs, on peut se passer des tournées. Promouvoir la chanson, la transformer en un tube, ça peut se faire via la radio et la télé... Mais, cette tradition existe depuis longtemps : les participants du concours partent en tournées promotionnelles, comprenant une série d’interviews et la participation aux émissions de télévision dans d’autres pays de l’Europe », dit M.Aksuta.

La chanteuse devra trouver un moyen pour combiner sa tournée européenne avec son travail en Russie et la préparation pour l’Eurovision. Mais ce programme chargé ne préoccupe pas du tout Dina. « Je m’occuperai de mes affaires, je vais travailler et donner des concerts. Et si tout va bien, je serai heureuse. En ce moment, nous nous préparons au concours, nous faisons des répétitions, nous travaillons dans le studio. Et moi, j’essaie de mieux sentir ma chanson, de percevoir le texte, car il a une grande importance pour What If... Je travaille constamment sur la mélodie. J’aime cette chanson et j’aime l’interpréter », dit-elle.

Toutefois, les critiques russes ont taclé What If, la qualifiant de trop générique et d’identique à beaucoup d’autres chansons. Le compositeur Léonid Goutkine, dénonce bien évidemment cette attitude.

« Quelques éléments similaires sont inévitables, compte tenu de la quantité de musique générée maintenant dans le monde. De toute façon, il y a des progressions d’accords qui sont utilisées plus fréquemment que les autres. Et c’est vrai pour la musique classique aussi, ainsi que pour le rock ’n’ roll : les chansons de ce dernier genre sont similaires non seulement en termes d’accords mais aussi en termes de mélodie. Toutefois, pour autant que je sache, les auteurs des chansons rock ’n’ roll classiques ne tiennent grief l’un à l’autre », dit le compositeur.

Cette année-ci, Pervyi Kanal, qui présente habituellement les participants russes de l’Eurovision, a tablé sur une chanteuse très sérieuse avec une jolie voix. 

« À mon avis, l’Eurovision peut être divisée en deux parties stylistiques. Primo, c’est un concours de chanteurs, de leurs chansons et de leurs âmes. Secundo, c’est une compétition de freaks. Ainsi, il y a quelques années, le groupe finlandais Lordi a du coup remporté le concours. Et les chances de notre chanteuse à Malmö dépendent des préférences dominantes du public qui soit voudra cette année écouter de la musique, soit encourager les freaks », dit Alexandre Gradski, chanteur soviétique et producteur de Diana Garipova.

Il est à noter quand même que la Russie a présenté en 2012 ses propres freaks au concours : les Babouchki de Bouranovo, groupe de femmes âgées d’Oudmourtie, qui a remporté la deuxième place.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies