A Moscou s’ouvre le Temple des chats

Après une restauration, le Théâtre des chats de Iouri Kouklatchev ouvre à nouveau, on y trouvera le Temple des chats dans lequel auront lieu des leçons de bonté et de prévention des allergies.

Iouri Kouklatchev a soixante-quatre ans dont plus de quarante passés à dresser des chats et à faire le clown. Crédit : Anton Denissov/RIA Novosti

Après une restauration s’ouvre à Moscou le théâtre des chats de Iouri Kouklatchev. L’établissement du légendaire clown et dresseur était fermé depuis quelques années pour travaux, les représentations avaient lieu dans le bâtiment d’un centre folklorique situé à proximité. Mais maintenant, l’unique théâtre des chats du pays et du monde ouvre à nouveau, et c’est pourquoi à part les volières et les murs, il y aura aussi le « Temple des chats ».

Selon toute vraisemblance, le Temple ressemblera aux cafés pour chats très répandus en Asie, et sera un lieu simple dans lequel il y aura beaucoup de chats que l’on pourra toucher et caresser. « On pourra simplement s’y asseoir un instant et se reposer ‘en compagnie de ronronnements’ », a raconté Kouklatchev à l’agence RIA Novosti. En outre, dans ce temple ou, comme on l’appelle également, le jardin des chats, les animaux pourront vivre simplement et, au lieu d’étroits cagibis, les 120 artistes du théâtre des chats vivront maintenant dans des logements spacieux.

Les plans des travaux et de la réhabilitation des machines étaient pharaoniques. Il y a un an et demi, lorsque le théâtre a fermé pour travaux, Kouklatchev a raconté que le Temple des chats serait un complexe de divertissement et d’éducation pour les enfants et les adultes. Chacune des villes de chats (et le théâtre en compte 36) sera présentée dans un environnement particulier et original, les chats persans sur des tapis persans, les chats sibériens dans un petit coin décoré à la sibérienne et pour les chats américains on construit une sorte de Manhattan. Kouklatchev a élaboré pour ses spectateurs un programme divertissant et éducatif : des leçons de dressage de chats et de chiens domestiques, des lignes spéciales avec lesquelles les jeunes visiteurs du temple pourront jouer avec les chatons, des activités avec des psychologues pour les enfants et les parents au cours desquelles il sera possible de caresser les chats. « Il y aura des leçons à la pratique de la respiration pour les enfants qui ont une allergie aux chats. Je fais moi-même de tels exercices et mon fils Dmitri qui était allergique aux poils de chats dans l’enfance pratiquait cette méthode », a raconté l’artiste.

Iouri Kouklatchev a soixante-quatre ans dont plus de quarante passés à dresser des chats et à faire le clown ; il fut une star de la télévision soviétique pour enfants. Maintenant, dans son théâtre travaille avec lui son fils Dmitrii Kouklatchev, lui aussi clown et dresseur de chats, le même Dmitrii que Kouklatchev a soigné de l’allergie.

Les chats domestiques ne se laissent presque pas dresser, et Kouklatchev confirme que l’unique moyen de faire un tour avec eux, c’est simplement de jouer avec le chat, de lui trouver un talent unique, sa particularité, et de préparer un tour à partir de cette base. « Avec eux, le principe du bâton et de la carotte ne fonctionne pas, on peut seulement négocier. Supposons qu’on ne les nourrisse pas pendant 24 heures, les maux de ventres et de reins commencent, si on les frappe, toute la confiance disparaît. On ne doit pas poser le chat sur les genoux », a expliqué Kouklatchev au journal Argumenti et Fakti.

En 2009, Kouklatchev a poursuivi en justice des bloggeurs qui l’avaient accusé de tortures et de mauvais traitements sur des animaux. Toute l’affaire s’est conclue par un effacement des publications pour mauvais traitements, des excuses et des compensations pour Kouklatchev. « Une méthode humaniste unique » a délibéré la cour.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies