Décès du cinéaste russe Alexeï Guerman

Alexeï Guerman Crédit : Rossiyskaya Gazeta

Alexeï Guerman Crédit : Rossiyskaya Gazeta

La cinéaste russe Alexeï Guerman, auteur de La Vérification et Khroustaliov, ma voiture! est décédé. Il est mort sans avoir repris connaissance d'une insuffisance rénale à l'Académie militaire de Saint-Pétersbourg. Il avait 74 ans. Il avait quasiment achevé le film le plus important de sa vie Il est difficile d'être un dieu.

Alexeï Guerman a probablement été un des représentants de sa génération qui a le plus souffert de la censure. Son premier film devait être l’adaptation cinématographique d’Il est difficile d'être un dieu des frères Strougatski, mais son tournage fut interdit. Le premier film qu'il a réalisé en 1971 est La Vérification, mais les censeurs l’ont mis à l’index, et le film a pris la poussière sur une étagère pendant quinze ans. Il n’est sorti sur grand écran qu'en 1986. C'était le premier film soviétique consacré aux prisonniers de guerre: le héros rejoint les résistants après avoir fui de captivité et doit maintenant verser son sang pour mériter leur confiance. Mais une partie des partisans ne croit pas qu’un soldat soviétique ayant agi de la sorte – c’est-à-dire ayant été fait prisonnier – puisse un jour restaurer cette confiance. Le film a été accusé désacraliser la résistance populaire à l'ennemi, et le cinéaste de ne pas connaître les réalités de la vie de la résistance.

« Pour ce film, le Héros de l’Union soviétique Nikiforov travaillait en tant que consultant. Pendant la guerre, il fut jeté à l'arrière dans les troupes de Vlassov. Et il faisait de la propagande parmi eux : "Revenez avec les vôtres. Vous avez une chance d'expier par le sang votre trahison. Le gouvernement soviétique vous garantit le pardon". Croyant dans cette promesse, les gens revenaient dans l'Armée Rouge, se battaient honnêtement, beaucoup sont allés jusqu’à Berlin, ils ont reçu des récompenses. Mais après la guerre, on a commencé à les emprisonner. Alors Nikiforov est allé voir Jdanov en disant « Comment cela se fait? ». Jdanov a écouté et a dit « Rompez ». Après quelques minutes, juste là, dans le couloir de Smolny, Nikiforov a été arrêté. Et pendant dix ans il a purgé sa peine à l'endroit où purgeaient la leur ceux qui l’avaient cru », a déclaré Guerman au magazine allemand Teatral en 2008.

Le deuxième opus d’Alexeï Guerman, et son premier film arrivé jusqu’au grand public, a été le film Vingt jours sans guerre. Le film mettait en scène le merveilleux acteur et clown Youri Nikouline dans un film qui n’a rien de drôle - l’histoire du congé de vingt jours que reçoit un journaliste militaire. Le film a été accusé d'« humanisme abstrait ».

Le plus grand succès de Guerman a été le film Mon ami Ivan Lapchine (1984) qui a remporté de nombreuses distinctions – le Léopard de bronze du Festival international de Locarno et le prix FIPRESCI. Le film raconte le travail de la police criminelle dans les années 1930.

Les films La Vérification, Vingt jours sans guerre et Mon ami Ivan Lapchine (1984) ont valu à Alexeï Guerman le prix de la critique du de Festival International du Film de Rotterdam en 1987.

En 1998 est sorti le film de Guerman le plus célèbre en occident Khroustaliov, ma voiture! consacré aux derniers jours de l'ère stalinienne. Guerman a commencé à réaliser cette oeuvre incroyablement difficile durant les dernières années de la Perestroïka, lorsque la critique de l'époque stalinienne était encore un thème très sensible, et l’a terminée à la fin des années 1990, le film ayant fait l’effet d’une révélation. Lors de la première qui s’est tenue au Festival de Cannes, le public a quitté la salle en masse, le film fut presque hué. Le critique de cinéma André Plakhov écrivit qu’il « aura sa place dans l'histoire du cinéma comme le film le plus personnel et le plus remarquable du réalisateur ». L'écrivain Peter Weill a écrit après avoir vu Khroustaliov, ma voiture! : « C'était un choc rare avec quelque chose qui par son échelle dépasse votre représentation non seulement du cinéma, mais des possibilités de l'art en général. Une obsession : tel est ce qui emporte le spectateur. La nature onirique du cinéma n'a peut-être jamais surgi avec une expressivité aussi désespérée et évidente. On se plonge dans Khroustaliov au point de s’y dissoudre ».

Le dernier film de Guerman, et le travail principal de sa vie est Il est difficile d'être un dieu, l’adaptation du roman de science-fiction des frères Strougatski consacré à un terrien du futur envoyé dans une société médiévale sur une planète lointaine pour humaniser ses habitants et les amener vers un avenir meilleur, une fable sur la lutte d’un humaniste avec un Moyen-âge cruel et insensé. Guerman a conçu cette adaptation dans les années soixante, commençant à la tourner en 1999. La période de tournage s’est terminée en 2007. Ensuite, Guerman, réalisateur légendaire pour sa méticulosité, s’est occupé du montage et de la post-production jusqu’à la fin de ses jours. Depuis la fin des années 2000, le film était considéré comme l’un des plus attendus de l'année – il semble désormais qu’il devrait sortir l'année de la mort de cinéaste. Le fils de Guerman, le réalisateur Alexeï Guerman Jr, a écrit dans son blog sur le site de la radio Echo de Moscou: « Le film Il est difficile d'être un dieu est quasiment achevé. Il ne reste plus qu'à réenregistrer le son. Tout le reste est prêt. Il sera terminé dans un avenir proche. Ce film, mon père l’a tourné quand il était déjà très malade, sacrifiant sa vie pour lui. Le tournage du film a été long et douloureux. C’était le grand travail de sa vie. Le film n’a pas été tourné avec de l'argent public ».

Selon la directrice adjointe du studio Lenfilm Olga Agrafenina, le film Il est difficile d'être un dieu d’Alexeï Guerman Sr., sera achevé et sortira sur les écrans après les funérailles du cinéaste.

« La quasi-totalité des opérations de montage et de sonorisation sont achevées, donc, en principe, il ne reste que des travaux spécifiques : réenregistrement et laboratoire. Le film est presque prêt. Difficile de dire quand il sortira, on va bien sûr le perfectionner. Il faut trouver quelqu’un pour finir le travail », a déclaré Agrafenina dans une interview à RIA Novosti.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies