Accent russe sur la Canebière

Une scène des "Méandres de l’amour" (A. Ostrovski). Source : Service de presse

Une scène des "Méandres de l’amour" (A. Ostrovski). Source : Service de presse

La langue de Tchekhov à l’hon-neur au 18ème Festival russe de Marseille, du 12 au 25 mars prochain au théâtre Toursky.

Le cinéma d’abord. Au programme, des productions récentes, notamment Le Retour d’Andreï Zviaguintsev, et Rien de personnel de Larissa Sadilova, mais aussi des classiques du cinéma soviétique : Anna Karénine d’Alexandre Zarkhi, Une gare pour deux d’Eldar Riazanov et L’été froid de l’année 1953 d’Alexandre Prochkine.

Les séances seront suivies de débats avec les spectateurs en présence notamment de la réalisatrice Larissa Sadilova, invitée cette année au festival par le fonds du cinéma russe Gosfilmofond. 

Dans sa partie théâtrale, le festival innove avec des représentations en version originale. Il présentera du 22 au 24 mars Les Méandres de l’amour. Il s’agit d’une mise en scène du Théâtre de la Jeunesse sur la Fontanka de Saint-Pétersbourg réalisée par Semen Spivak et Mikhaïl Tcherniak d’après la pièce Le mariage de Bélouguine d’Alexandre Ostrovski et Nikolaï Soloviev.

Cette comédie pleine d’ironie tourne autour du choix d’une jeune femme moscovite d’épouser à contrecœur un riche marchand, alors qu’elle aime un aristocrate pauvre. Le sujet n’a pas pris une ride depuis le XIXème siècle. 

Les organisateurs du festival expliquent le choix d’inviter le Théâtre de la Jeunesse sur la Fontanka par le succès que cette troupe a rencontré lors de la saison 2011 du Festival russe avec l’Hirondelle d’Alexeï Tolstoï. Après le tomber de rideau, les spectateurs seront invités à participer à un cabaret animé par les artistes de la troupe, avec chants et danses au programme. 

L’idée de proposer au public français du théâtre russe en version originale appartient au directeur du théâtre Toursky, Richard Martin. « C’est lors d’un festival de théâtre expérimental que j’ai rencontré la troupe du théâtre Pokrovka, se souvient ce dernier. Et depuis, notre amitié avec les théâtres russes s’est cimentée grâce au soutien du public »

Malgré le succès du Festival russe, ses organisateurs font face à un déficit chronique de moyens. Le ministère russe de la Culture a sensiblement réduit sa participation. Le théâtre Toursky connaît lui-même des difficultés financières et dépend des subsides accordés ponctuellement par la municipalité et le Conseil général des Bouches-du-Rhône. 

Mais le festival reçoit parfois des coups de pouce inattendus. Ce sera le cas pour sa 19ème édition en novembre de cette année, grâce au financement conjoint des mairies de Saint-Pétersbourg et de Marseille à l’occasion du prochain jumelage entre les deux villes.

Du 22 au 29 novembre 2013, le Toursky accueillera le théâtre Tovstonogov, ou encore la troupe théâtrale Priut Komedianta, tous les deux originaires de la ville sur la Neva. La 19ème saison sera organisée également en collaboration avec l’Opéra de Marseille, qui prévoit un grand gala du Théâtre Mariinsky. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies