Un hôtel capsule ouvre à Moscou

Les sleepbox sont réparties sur trois étages avec 10 à 15 pièces à chaque niveau. Crédit : Itar-Tass

Les sleepbox sont réparties sur trois étages avec 10 à 15 pièces à chaque niveau. Crédit : Itar-Tass

Le premier hôtel de type capsule a ouvert ses portes à Moscou le 28 janvier 2013.

Afin d’optimiser leur zone de vie, les Japonais on mis au point un moyen simple et peu coûteux pour passer la nuit : les capsules ou boîtes à dormir (sleepbox). Les clients sont placés dans des capsules de la taille de celles qu’utilisent les astronautes pour rentrer en hibernation lors des vols intergalactiques dans les films fantastiques d’anticipation. Le premier hôtel de ce type a ouvert ses portes à Moscou le 28 janvier 2013. Les dimensions des capsules moscovites sont bien plus importantes qu’au Japon, mais le coup de la nuitée dans un tel établissement est également plus élevé.

Le Sleepbox Hôtel de Moscou est situé à trois minutes à pied de la gare de Belorousski. L’endroit n’est pas choisi par hasard, c’est de cette gare que part l’aéroexpress à destination de l’aéroport international Sheremetyevo et la clientèle principale des propriétaires de l’hôtel est bien entendu constituée des voyageurs en transit. Une fois arrivé à Sheremetyevo, on peut aller à l’hôtel en une heure et retourner aussi rapidement à l’aéroport.

L’hôtel lui-même rappelle bien plus les décorations d’un film fantastique. Une étourdissante entrée blanche avec un iPad fixé au mur sur lequel on peut consulter sa boîte mail ou les horaires des vols de l’aéroport. Les sleepbox sont réparties sur trois étages avec 10 à 15 pièces à chaque niveau. Les chambres doubles sont faites de bois et les chambres simples de plastique et d’aluminium. Elles sont similaires aux petites maisons au design futuriste ou aux cabines de vaisseaux spatiaux. Un sentiment d’irréalité ne vous quitte pas de tout votre séjour à l’hôtel.

L’intérieur des sleepbox rappelle les classes « coupés » des chemins de fer, les mêmes étagères avec la place pour s’allonger. La première différence de taille qui ne permet pas d’oublier où l’on se trouve, ce sont les grandes fenêtres sur l’un des murs. Elles sont faites pour que chaque individu ne se sente pas comme une sardine en boîte. Tous ceux qui y ont déjà passé une nuit disent ne pas avoir ressenti de claustrophobie. Si l’on veut se retirer, alors on peut fermer les rideaux électriques avec une surface lisse. La qualité des matelas et de la literie n’est pas inférieure à celle des plus bons hôtels, il n’y a pas eu d’économies de faites à ce niveau-là.

}

Le sens de l’hébergement dans cet hôtel consiste à ne pas faire payer plus cher des services supplémentaires. Au fond, les gens ne font que passer la nuit dans les hôtels, et pour une nuitée, les lits sont suffisamment confortables, les sleepbox répondent ainsi parfaitement à ce besoin. Dans chaque chambre, on trouve des prises de courant, le Wi-Fi, une literie complète et des étagères pour les affaires. Les gros bagages sont placés séparément dans des pièces spéciales. Le design des sleepbox a été développé par Alekseï Goryinov et Mikhaïl Krymov du bureau d’architecture Arch Group. Ils ont essayé de créer un bureau petit, mais très fonctionnel pour travailler et se reposer.

Les toilettes et la salle de bain se situent à l’étage, et pour toute nourriture dans l’hôtel on ne trouve que des distributeurs automatiques avec des chocolats et des chips. Si l’on veut bien manger, alors on peut aller se restaurer à l’extérieur. Il ne faut pas oublier que l’hôtel se situe sur la Tverskaya-Yamskaya, l’une des rues de Moscou les plus vivantes, on y trouve des cafés et des restaurants tous les dix mètres. Quand le temps sera plus clément, on pourra louer des vélos et visiter ainsi le centre de la capitale seul.

« Du moment où nous avons trouvé ce emplacement jusqu’à l’ouverture de l’hôtel, une année s’est écoulée, dit Natalya Tchernikova, la directrice de l’Hôtel Sleepbox. Avant, le bâtiment abritait un salon de beauté et c’est pourquoi il nous a fallu refaire toutes les chambres soigneusement. Nous avons supprimé la couche de plâtre, et enlevé une quantité incroyable de débris pour débarrasser les étages. Je considère qu’un an avant l’ouverture de l’hôtel, c’est un délai très court. Selon un plan optimiste, nous devons récupérer nos investissements en un an et demi, mais nous nous plaçons dans une période de trois ans ».

Le coût de l’hébergement dans un hôtel plus bas que la moyenne à Moscou. Une sleepbox de deux places vous coûtera 65 euros, mais pour 24 heures dans une sleepbox une place, il vous en coûtera un peu plus de 70 euros. Si les box futuristes ne sont pas de votre goût, alors vous pouvez prendre une chambre entière, trois places, pour 115 euros.

« Nous avons de grands projets, raconte Natalya, dès que l’hôtel devient rentable, nous souhaitons en ouvrir un ou même deux autres dans Moscou. Désormais, dans le marché de l’hôtellerie il y a un créneau vacant, que nous nous apprêtons à occuper. Nous cherchons déjà une place près des gares desquelles partent les aeroexpress vers les aéroports, mais également à l’intérieur des aéroports même ».

Adresse de l'hôtel : 27, rue Pervaïa Tverskaïa-Iamskaïa

Site internet : sleepbox-hotel.com

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.