Stalingrad: la bataille historique et la ville

Volgograd est considéré comme la ville la plus « soviétique » de Russie. En effet, la ville a obtenu ses lettres de noblesse à l’époque, où elle s’appelait Stalingrad et ses monuments de guerre sont célèbres jusqu’à nos jours comme le kourgane Mamaïev ou le musée panorama « La bataille de Stalingrad ». De plus, la ville a été détruite pendant la guerre et le centre ville, entièrement reconstruit, incarne parfaitement, par son architecture, le style « Empire stalinien ».

Crédit photo : Mikhail Mordassov / Focus Pictures

Le musée-panorama « La bataille de Stalingrad » (www.stalingrad-battle.ru,47, rue du Maréchal Tchouïkov) est l’un des lieux mythiques de Volgograd. En plus de la fresque grandiose représentant la vue panoramique du champ de bataille, le musée possède une riche collection de documents et d’objets, comme les drapeaux des régiments, accrochés dans la salle Triomphale.

Il y a aussi la riche collection de cadeaux de reconnaissance offerts depuis les quatre coins du monde pour honorer le courage exemplaire des combattants. Des statuettes en bronze, les fameuses sculptures de Rodin offertes en 1945 par Lady Westmacott, femme de l’ambassadeur britannique. L’épée sertie de diamants du roi George VI du Royaume-Uni, offerte en 1943 pour la victoire de Stalingrad.

Pour les 70 ans de la bataille de Stalingrad, le musée-panorama présente l’exposition « Une pour tous... », où sont exposés uniformes, armes, trophées et objets du quotidien, documents d’époque et correspondance des soldats de régiments, de grades, de professions et de nationalités différents. Une expo instructive, très touchante et authentique.

Non loin du musée-panorama, la fameuse Maison Pavlov (39, rue Sovietskaïa) défendue durant 58 jours par une poignée de soldats soviétiques. Une quinzaine en tout. Le bâtiment de quatre étages était situé sur une colline et c’était une position stratégique importante pour le Russes comme pour les Allemands.

Durant le siège de 58 jours, une petite fille est née : Zinaïda Petrovna Selezneva vit toujours à Volgograd. La Maison Pavlov, avec ses murs décorés de bas-reliefs, est aujourd’hui encore habitée et fait partie de l’ensemble architectural de la place Lénine.

Où se loger

A Volgograd, vous ne trouverez pas d’hôtels cinq étoiles, ni de chaînes de niveau international. Mais, il y a d’autres solutions : par exemple l’hôtel « Volgograd » située sur l’allée aux Héros, dans un bâtiment « historique » qui a été restauré après la guerre. L’hôtel « Intourist », lui, a été entièrement reconstruit. Dans la cour, les caves du centre commercial Univermag abritent le musée « Mémoire », où a été pris le feld-maréchal allemand Paulus.

Pour éprouver toute la grandeur et la peine, la souffrance et la fierté concentrés dans la pierre, il vous faudra gravir les marches du kourgane Mamaïev. Cet monument grandiose peut « se feuilleter » comme un livre. Et chaque page est unique : l’allée des peupliers, la place des résistants, les ruines et le lac de larmes, le panthéon de la gloire et la mère en désolation... Et pour couronner le tout, la Mère-Patrie sur son piédestal qui surplombe la ville et une vue imprenable sur les paysages de la Volga.

N’oublions pas que le kourgane Mamaïev est aussi une nécropole de plus de 36 000 tombeaux de combattants soviétiques. Après la guerre, lors de la reconstruction de la ville, les corps retrouvés étaient amenés et enterrés ici. Les noms de certains soldats sont restés inconnu jusqu’à maintenant.

Le 2 février au mémorial de kourgane Mamaïev a été inaugurée une stèle révélant 17 000 nouveaux noms de soldat disparus, découverts grâce au travail acharné d’un groupe de chercheurs durant dix ans.

Où manger


Volgograd propose tous les types de cuisines : des plats européens (italiens, tchèques, allemands) au plats japonais, caucasiens. Et partout, on sert du chachlyk. Malgré la présence des Mc Donalds, le fast-food qui fait fureur ici est la « côtelette à la Kiev » (de la viande hachée de poulet fourrée de beurre).

Des dizaines de milliers de soldats sont enterrés ici et dans les années 2000 une église orthodoxe a été érigée, l’Eglise de Tous-les-Saints, pour que les visiteurs puissent mettre un cierge et prier pour le repos de l’âme des disparus.

Ce sont les lieux cultes de Volgograd. Mais tout le centre ville est également un véritable monument à ses défenseurs. Le moindre arbre ou lampadaire peut s’avérer être un monument historique. C’est d’ailleurs le cas. Comme par exemple, ce lampadaire, témoin de la bataille de Stalingrad avec les traces de balles et d’éclats d’obus qui se trouve sur la place de la gare près du musée historique (10 rue de Gogol). Ou ce peuplier qui pousse au milieu de l’asphalte le long de l’allée aux Héros et casse la perspective d’ensemble. Même s’il dénote un peu, personne ne le touche car c’est le seul arbre rescapé après le bataille dans cette ville brûlée et détruite entièrement.

Pas étonnant que les habitants de Volgograd aient un faible pour les espaces verts. Les quais et l’allée des Héros sont comme un grand parc. Tandis que la perspective Lénine ressemble davantage à un boulevard avec sa large zone piétonne.

Au printemps, la ville fleurit : commençant par les abricotiers, dans les rues et dans les cours, on les appelle les « sakura de Volgograd », puis viennent les lilas, les acacias, les catalpas et les marronniers. A cette époque, il fait bon de flâner dans la rue de la Paix, la première à avoir été reconstruite après la bataille, d’où son nom.

Au bout de la rue, vous tomberez sur l’Observatoire, intéressant du point de vue architectural (sa coupole est surplombée d’une sculpture de la célèbre artiste soviétique Véra Moukhina) et historique car le complexe est équipé de l’optique Zeiss, cadeau de l’usine est-allemande pour les 70 ans de Staline. 

Volgograd ne manque pas de guides francophones

Pour les 70 ans de la bataille de Stalingrad, l’Université pédagogique de Volgograd a organisé des cours spéciaux pour former les guides en anglais, allemand, français et espagnol pour accueillir les touristes. Pour toutes les questions concernant les agences de tourisme, les hôtels, les musées, les visites guidées, les bases de loisir et la « carte des invités », vous pouvez consulter le site www.turizm-volgograd.ru.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies