La plus ancienne gare de Moscou fait peau neuve

La reconstruction de la gare Leningrad à Moscou devrait s’achever au premier semestre 2013. Le projet est de restituer les intérieurs d’origine, mais également de moderniser le service aux passagers, ouvrir une aire de restauration et des boutiques

Source : ITAR-TASS, Alexey Fedoseev, Sergey Guneev, Sergey Kuznetsov, Vladimir Astapkovich/RIA Novosti

La gare Leningrad, la plus ancienne gare ferroviaire de Moscou, a été construite en 1849 et d’abord baptisée en l’honneur du tsar Nicolas Ier.

Mais en 1923, les Bolcheviks l’ont renommée en gare d’Octobre, pour célébrer la révolution de 1917. Ce n’est qu’en 1937 que le nom actuel lui fut assigné. De là partent les trains en direction de Saint-Pétersbourg (ex-Leningrad), Novgorod, Helsinki, Tallin et autres directions septentrionales.

Dans toute son histoire, la gare n’a été rénovée qu’une seule fois, en 1934. Les travaux menés actuellement se concentreront surtout sur le bâtiment historique, point de départ de la gare au XIXe siècle. Il s’agit de reconstruire les appartements impériaux, où la famille du tsar logeait en attendant un départ, et qui  ont été pratiquement annihilés pendant les travaux effectués à l’époque soviétique

Les ornements uniques du bâtiment devraient être intégralement restaurés, explique le porte-parole des Chemins de fer russes, Dmitri Pissarenko : « Les moulures des plafonds de la gare et les appartements impériaux devraient bientôt retrouver l’apparence qu’ils avaient au XIXe siècle ».

Boris Ouborevtich-Borovski, le directeur de l’atelier d’architecture UB_deign, considère que cette restauration est une bonne idée. « La reconstruction de l’héritage historique en Russie est en plein développement. En l’occurrence, c’est tout à fait légitime, puisque le bâtiment original de la gare est un monument d’architecture », commente l’architecte.

« Il est important de tenir compte du fait que la gare Leningrad avait été construite comme une partie de l’ensemble formé par deux autres gares, celles de Iaroslavl et Kazan. Il fallait aussi conserver une unité architecturale avec son homologue, la gare Moscou à Saint-Pétersbourg. La restauration sera réussie si on parvient à préserver l’intégrité de l’ensemble tout en donnant de nouvelles fonctions aux espaces anciens », a-t-il ajouté.

En plus d’être reconstruire, la gare sera agrandie et modernisée. Au rez-de chaussée devraient apparaître un vaste supermarché et une aire de restauration tandis que le premier étage sera occupé par les guichets de vente de billets, les salles d’attente et les boutiques.

Après les travaux, la gare sera dotée de deux niveaux supplémentaires. Le toit notamment devrait accueillir un restaurant en plein air.

« À cause de la croissance du trafic ferroviaire, la gare est de plus en plus chargée. Il est peu probable qu’elle soit vraiment agrandie », commente Boris Ouborevtich-Borovski.

« Un projet plus réaliste serait de la décentraliser vers une banlieue. Le bâtiment historique, lui, compte tenu de sa valeur architecturale, pourrait être utilisé comme un espace d’expositions. Tant que cela n’est pas arrivé, les capacités de la gare d’accueillir plus de passagers et de mieux les servir dépend vraiment de la résolution des problèmes de transport dans les zones adjacentes ».

Avec les travaux de reconstruction, la gare s’est aussi dotée d’un nouveau système d’information des passagers. Selon Dmitri Pissarenko, dans les locaux rénovés sont installés des panneaux de signalisation supplémentaires, toujours dans deux langues, en russe et en anglais.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.