Air liquide brasse l’air de Nijni-Novgorod

Le leader mondial des gaz industriels poursuit son expansion dans les régions russes et annonce un plan quinquennal avec des investissements en progression jusqu’au milliard d’euros

Benoît Potier, PDG d’Air Liquide, était à Moscou jeudi pour faire part au public du démarrage d’une nouvelle usine représentant un investissement de 60 millions d’euros non loin de Nijni-Novgorod. Ce nouvel actif de séparation d’air pose un nouveau jalon après l’usine du même type construite en 2007 à Tcherepovets dans une co entreprise avec le groupe sidérurgique russe Severstal. Les clients d’Air Liquide appartiennent cette fois au secteur chimique. Il s’agit de RusVinyl, une co entreprise entre le géant russe Sibur et le belge SolVin, qui produit des chlorures de polyvinule. Air Liquide lorgne vers d’autres industriels de la région de Nijni-Novgorod. La capacité de la nouvelle usine sera de 350 tonnes d’oxygène par an. Benoît Potier a estimé à 150 millions d’euros les investissements déjà réalisés par son groupe au cours des cinq dernières années. Une broutille par rapport aux 850 millions d’euros qu’Air Liquide compte investir d’ici 2015 pour s’attirer à lui le gros des besoins en gaz de l’industrie russe. Il existe un consensus d’expert pour voir dans ce segment industriel des perspectives indiscutables, alors que tant la sidérurgie que la chimie ont des besoins grandissants. Le marché des gaz industriels devrait croître entre 15 et 20% par alors que la reprise économique s’affirme. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.