Face au scandale du dopage, l’opinion russe partagée

Le 15 août 2013, une épreuve (course 1500m femmes) des Championnats du Monde de l'IAAF au stade Loujniki à Moscou.

Le 15 août 2013, une épreuve (course 1500m femmes) des Championnats du Monde de l'IAAF au stade Loujniki à Moscou.

EPA
Comme on pouvait s’y attendre, le scandale lié aux accusations de dopage massif émises contre les athlètes russes a suscité une vive réaction dans la blogosphère russe. Les opinions sont partagées : les uns pensent que le scandale a des mobiles politiques, d’autres estimant que les griefs formulés contre la Russie sont tout à fait justifiés.

Le 9 novembre dernier, la commission de l'Agence mondiale antidopage (AMA) a recommandé à l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) de disqualifier la Fédération russe athlétisme, l’accusant de violations systématiques liées au dopage présumé de ses athlètes. À la lumière de ces allégations, la participation des athlètes russes aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro pourrait être suspendue, a déclaré le ministre russe des Sports Vitali Moutko.

Montée des tensions

Les blogueurs russes ont rapidement réagi aux nouvelles concernant l’AMA. Certains ont estimé que cette affaire avait des mobiles politiques évidents. Sur son LiveJournal, nyka_huldra a ainsi estimé que la décision de l’AMA vise à « acculer les Russes » et à l'enfermer derrière un « rideau de fer ». « Les enquêtes ? C’est absurde ! Les responsables sportifs internationaux ne se sont pas contentés d’établir une liste d’athlètes russes devant être disqualifiés à vie – c’est déjà arrivé par le passé – mais ont, pour la première fois, recommandé de suspendre nos athlètes de toutes les compétitions organisées par la Fédération mondiale d’athlétisme. En outre, ils ont déclaré qu’un système de tolérance envers le dopage a été créé en Russie », écrit nyka_huldra, convaincue de la dimension politique de ce problème sportif. Par ailleurs, la blogueuse reconnaît que des « ratés liés au dopage ont effectivement eu lieu », mais assure qu’ils « ne sont pas plus fréquents que chez les Américains ». « Cette affaire montre que les tensions montent dans la guerre contre la Russie. Le fait que les responsables sportifs s’y soient livrés à leur tour est doublement rageant », résume nyka_huldra.

Sur Facebook, le blogueur El Murida prétend qu’il s’agit « probablement d’un "réglage de tir" avant la vraie surprise – l’annulation de la Coupe du monde de football en Russie, qui sera présentée en « cadeau » à Poutine en 2018 ».

Dans son post Les forgerons du rideau de fer, Ilya Konstantinov, autrefois célèbre homme politique russe qui écrit sur Live Journal sous le pseudo ivkonstant, imagine facilement que les athlètes russes aient pu recourir au dopage. Mais il se demande pourquoi les athlètes russes sont les seuls à risquer la suspension, alors que les athlètes d’autres pays utilisent sans doute des substances interdites eux aussi. « Ce que je n’arrive pas à imaginer est que les mœurs soient différents, disons, en Colombie ou en Somalie. Certes, ils n’ont pas d’arme nucléaire. Mais ce n’est qu’une question de temps. Pourtant, ils ne sont pas disqualifiés des compétitions internationales », écrit-il. Ivkonstant y décèle le désir de barricader la Russie, ce qui ne peut que conforter ceux, qui en Russie, voient leur pays comme une forteresse assiégée.

« Ce n’est pas une blague »

Par ailleurs, une partie de la blogosphère russe estime que ces accusations sont justifiées. Sur son Live Journal, ni_usa écrit qu’il « n’est aucunement ici question de politique. Le sport olympique interdit complètement le dopage. C’est pourquoi les échantillons biologiques des athlètes sont conservés pendant de longues années et ré-analysés avec l’utilisation de nouvelles méthodes ».

« Je n’ai jamais douté que le dopage est massivement utilisé dans le sport russe. Ce qui m’étonnait, c’est qu’on ne les attrapait pas massivement. On a visiblement commencé à les coincer avec le changement de la direction. Des pans entiers de sport russe n’ont même pas été représentés au dernier championnat du monde d’athlétisme », estime Vitalii Fersanov sur Goole+ .

Sur son Live Journal, le blogueur Murarius estime que les responsables russes n’étaient pas préparés à une telle évolution. « Je ne pense pas que nos responsables voyaient venir un tel scénario. Moutko [Vitali Moutko, ministre russe des Sports] gagne du temps avec son « nous n’y sommes pour rien, c’est votre faute » classique, mais en attendant, il cherche frénétiquement « la bonne excuse ». C’est pourquoi la suspension des athlètes d’un pays tout entier aux Jeux olympiques n’est pas une blague », estime le blogueur. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.