Maladies oculaires : pourquoi des étrangers viennent se soigner en Russie

Vitali Ankov / RIA Novosti
Les cliniques ophtalmologiques de Moscou comptent de nombreux de patients venus d’Europe, du Proche-Orient et d’Afrique, attirés avant tout par le rapport qualité/prix. Mais les démarches d’homologation étant compliquées en Russie, les centres médicaux russes sont la plupart du temps équipés de matériel importé.

Des Africains en costume traditionnel et des femmes voilées attendent dans la cour de l’Institut Fiodorov de microchirurgie de l’œil de Moscou. Plus de 1 600 étrangers se sont fait soigner dans cet établissement rien que depuis 2013. Les patients arrivent essentiellement d’Irak, de Libye, d’Oman et du Soudan, précise la clinique. L’Institut, fondé en 1986 par le chirurgien russe et académicien Sviatoslav Fiodorov, accueille également des Européens, surtout d’Italie et d’Allemagne, et, plus rarement, des Américains.

Les patients viennent se faire soigner en Russie en réalisant toutes les démarches nécessaires eux-mêmes ou sont aidés par des agences spéciales qui leur assurent les services de traduction et l’encadrement. Les interventions les plus sollicitées sont la chirurgie de la cataracte au laser, la correction du strabisme et les traitements conservateurs. La chirurgie vitréo-rétinienne (du segment postérieur de l’œil) est elle aussi de plus en plus populaire, a indiqué Dmitri Pokrovski, chef du bloc opératoire de l’Institut Fiodorov.

Les pionniers de l’ophtalmologie

Edward Roslof, directeur en chef du projet commun de la structure américaine MIT et de l’Institut des sciences et technologies de Skolkovo, s’est fait faire l’année dernière un retrait de la cataracte sur les deux yeux au Centre médical européen (EMC) de Moscou. « Cette procédure est la phacoémulsification qui assure la fragmentation du cristallin à l’aide d’ultrasons et l’élimination de ces éclats par aspiration. Par la suite, le chirurgien insère une lentille intraoculaire », a-t-il raconté.

Il n’a pas songé un seul instant à réaliser l’intervention chez lui, aux Etats-Unis, car il connaît bien l’histoire du développement de cette méthode. La technique « a été mise au point en Russie, au centre Fiodorov. Il y a certains avantages à se faire soigner des maladies oculaires en Russie, car les médecins et chercheurs russes sont pionniers dans ce domaine. Ils ont une excellente formation et une grande expérience. Et les prix sont plus que raisonnables », a-t-il fait remarquer.

Au début des années 1980, Sviatoslav Fiodorov et son équipe ont mis au point plusieurs méthodes uniques en leur genre qui ont évolué au cours des dernières années, et sont désormais  appliquées dans de nombreux pays. L’une d’elles est l’extraction de la cataracte au laser, qui est à la base de l’opération faite à Edward Roslof.

En outre, Sviatoslav Fiodorov a perfectionné la technique de kératotomie radiaire (intervention chirurgicale consistant à faire des incisions en forme de rayons dans la cornée). Dans les années 1980, cette méthode a révolutionné le traitement de l’astigmatisme et de la myopie. L’intérêt pour cette opération a attiré nombre d’ophtalmologistes étrangers à Moscou. « A l’heure actuelle, la technique n’est plus appliquée, explique Dmitri Pokrovski. Mais ses principes ont jeté les fondations de plusieurs procédés de hautes technologies, notamment de correction de la vue par laser femtoseconde. » Cet instrument permet de réaliser des découpes précises et de se passer d’instruments mécaniques.

Originede l’équipement

« Les centres russes effectuent toutes les interventions nécessaires avec des équipements essentiellement sud-coréens, américains et japonais, raconte le professeur Mikhaïl Konovalov, directeur de la clinique ophtalmologique Konovalov. Mais le matériel indien – des instruments aux cristallins – est de plus en plus présent ». Le plus grand problème, c’est la réalisation longue et coûteuse des documents en Russie, a-t-il dit. Acheter des équipements homologués à l’étranger est plus rapide et moins cher.

Toutefois, les nouveautés russes dans ce domaine sont intéressantes. Stanislav Fiodorov a créé des lasers uniques qui permettent d’éliminer des cataractes très avancées. « Il a trouvé les paramètres de rayonnement permettant de guérir entièrement et d’éliminer le problème à n’importe quelle étape, a poursuivi Dmitri Pokrovski. La plupart des lasers utilisés en Occident sont de très faible puissance et ne sont efficaces qu’en cas de cataracte naissante. Souvent les patients s’adressent à nous quand il leur est impossible de recevoir une aide ailleurs. »

Microscan est une autre installation ophtalmologique de nouvelle génération élaborée par le groupe Microchirurgie de l’œil en commun avec le Centre de la mécanique de précision de l’Institut de physique générale. Ce laser permet de corriger avec une haute précision la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme. L’installation est fabriquée par la société russe Optosystemy à Troïtsk (région de Moscou). Microscan est également exportée en Chine, en Iran et au Nigeria.

 

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.