Taxis : des voix s’élèvent contre Uber à Saint-Pétersbourg

À l’instar de leurs collègues français, les chauffeurs de taxi de Saint-Pétersbourg ont appelé le gouverneur de Saint-Pétersbourg, Gueorgui Poltavtchenko, à interdire les services Uber, GetTaxi et Yandex.Taxi, rapporte le quotidien Kommersant, se référant à une lettre ouverte publiée sur le site Web du partenariat Taxi de Saint-Pétersbourg.

« Nous vous prions d’adopter des mesures d’urgence contre les compagnies (de réservation en ligne de taxi, ndlr) à Saint-Pétersbourg, de soutenir les taxis légaux et d’initier une vérification de la régularité de l’activité de ce type de service dans notre ville », stipule la lettre.

Les chauffeurs de taxi qualifient la situation sur le marché local des transports de « critique », précisant que Saint-Pétersbourg « s’est transformé en un champ de bataille marketing pour la baisse des tarifs » entre ces trois applications de réservation en ligne. Et de préciser que le tarif minimal établi par ce « trio » était comparable au prix d’un trajet en transports en commun : 49-50 roubles (0,8 euro). Ceci étant dit, la commission prélevée par ces services peut s’élever à 30% et les simples chauffeurs, qui utilisent parfois ces applications, livrent une concurrence féroce aux taxis réguliers.

Les auteurs de la missive préviennent que toute inaction des autorités conduirait à une faillite imminente des compagnies de taxis et, par conséquent, à la disparition des taxis réguliers des rues de la ville.

En signe de protestation contre Uber, les chauffeurs de taxi français ont bloqué la semaine dernière des autoroutes, des gares, des aéroports du pays.

Source : Kommersant 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.