Sotchi mystique : entre légendes de la Grèce antique et trésors olympiques

PhotoXpesse
L’organisation des Jeux olympiques d’hiver dans la ville subtropicale de Sotchi, située dans le kraï de Krasnodar dans le Sud de la Russie, a été perçue comme une sorte d’anomalie, créant toute une série de légendes. Généralement, tout ce que cette ville connaissait d’inexplicable et d’incroyable se passait dans les montagnes, presque chaque attraction touristique étant liée à une légende ou une tradition. Les guides expérimentés connaissent jusque trois cent légendes sur les lieux importants de cette station balnéaire et les racontent volontiers aux touristes.

Le mythe de Prométhée

Crédit : Victor Kliuchkine / TASS

Les rochers des Aigles, situés près de Sotchi, sont liés à une légende aussi belle que cruelle. Les gens pensent que c’est à ces rochers que le dieu grec Zeus attacha Prométhée pour le punir d’avoir donné le feu aux hommes.

Une jeune femme, prénommée Agura, cherchait à soulager les souffrances du jeune dieu et lui donnait secrètement à boire, jusqu’à ce qu’elle fût elle-même transformée en un fleuve bouillonnant qui coule aux pieds du rocher des Aigles.

Ainsi, une seule légende mélange les mythes de la Grèce antique et les contes des Adyguéens. La figure de Prométhée, sculptée dans la roche et installée au sommet des rochers des Aigles, est désormais le symbole de cette union. D’ailleurs, les aigles de montagnes font, en effet, leur nid à cet endroit jusqu’à nos jours.

Les trésors des Jeux olympiques 

Crédit : Igor Zarembo / RIA Novosi

Les ouvriers qui travaillaient sur la construction des sites olympiques de Sotchi ont fait quelques découvertes historiques précieuses dans les montagnes de Krasnaïa Poliana. Une équipe de cent archéologues a été alors expédiée par Moscou pour lancer des fouilles de grande envergure.

Lors de la construction des pistes sportives et des hôtels, ils ont découvert, à quelques dizaines de mètres de profondeur seulement, les fondations de temples anciens et environ 4 000 objets : plats en céramique, armes blanches, bijoux en argent et pièces de monnaie.

Évaluées par des experts, ces trouvailles sont devenues des pièces d’exposition : vous pouvez les découvrir au musée de l’histoire de la ville de Sotchi ainsi qu’au musée d’histoire de Krasnaïa Poliana.

Les rochers de la force 

Crédit : Lori / Legion media

Le Dolmen de Volkonka, qui arrive en tête des attractions atypiques de Sotchi, est célèbre pour sa puissante énergie mystique : les horloges y tournent à l’envers, la structure de l’eau change, les appareils de mesure dévissent, et l’homme est libéré du sentiment d’anxiété et de colère.

Le dolmen, trônant au milieu d’une forêt peuplée d’arbres insolites, est créé à partir d’un bout de roche entier et non assemblé à partir de plusieurs dalles, comme c’est le cas habituellement.

Les touristes s’y rendent pour faire le plein de santé et d’énergie émanant de ce monolithe antique. Les plus croyants peuvent passer plusieurs jours à l’intérieur du dolmen dans l’espoir de guérir des maladies graves.

La fiancée fantôme

Crédit : Lori / Legion media

Chaque habitant a entendu parler du fantôme de la fiancée morte qui vit sur le mont Akhoun depuis près de 15 ans, certains l’ont même vu. Des photos et vidéos d’amateurs représentant la silhouette semi-transparente de la jeune femme tournent sur Internet.

On dit que si un automobiliste s’y arrête par curiosité, il disparaît avec sa voiture.

Le fantôme de la fiancée est apparu sur le mont Akhoun après un accident routier réel, survenu en 2001 et impliquant un cortège de mariage. Le fiancé a survécu, mais sa jeune bien-aimée a péri. Les cortèges de mariage sont une vieille tradition sur le mont Akhoun.

Les jeunes mariés montent au sommet de sa tour à la recherche de belles vues sur fond de la crête du Caucase et de la mer. Il serait intéressant de savoir combien d’albums de mariage ont été « décorés » de l’image du fantôme.

Les secrets du vieux parc 

Crédit : Igor Zotine / TASS

Le dendrarium (jardin botanique) de Sotchi existe depuis plus de cent ans. En un siècle, il s’est couvert de lianes et de lierres, mais aussi de ses propres secrets et histoires mystiques. Les habitants locaux attribuent des vertus magiques à de nombreuses sculptures du parc.

Le dendrarium de Sotchi a même son équivalent de la célèbre Bocca della Verità romaine – le bas-relief « Gueule du lion » qui se trouve au cœur d’une histoire effrayante : un jour, la gueule du lion s’est fermée et a mordu la main d’une épouse infidèle.

Depuis, les femmes désireuses de prouver leur fidélité viennent au parc pour tester la légende dans ce lieu mystique. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.